Lyanna a récolté 3 médailles d'argent 60m, saut en hauteur et saut en longueur- pour Ahuntsic-Cartierville - Crédit Photo : Lyanna a récolté 3 médailles d'argent (épreuves: 60m, saut en hauteur et saut en longueur) pour notre arrondissement, Crédit Photo Vanessa Hernande
Lyanna a récolté 3 médailles d’argent : 60 m, saut en hauteur et saut en longueur – pour Ahuntsic-Cartierville – Crédit photo : Lyanna a récolté 3 médailles d’argent (épreuves: 60 m, saut en hauteur et saut en longueur) pour notre arrondissement. Crédit photo : Vanessa Hernande

Aux Jeux de Montréal, du 26 au 29 mai dernier, les jeunes athlètes d’Ahuntsic-Cartierville ont remporté trois bannières. L’arrondissement arrive en troisième position, derrière Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et Rosemont–La-Petite-Patrie. Rappelons que ces Jeux représentent une première compétition sportive pour les enfants montréalais âgés entre 6 et 12 ans.

Les résultats des sportifs d’Ahuntsic-Cartierville

Les bannières sont attribuées en fonction du nombre de participants, de la qualité de l’esprit sportif des athlètes, etc. Les enfants ont aussi l’occasion d’expérimenter le décorum presque olympien lors de la remise de médailles.

Le club de judo Hakudokan et le club de judo Métropolitain, avec 46 participants, ont remporté une bannière, 15 médailles d’or, 13 d’argent et 7 de bronze.

Pour le Club de tir à l’arc de Montréal, la bannière est remportée avec 13 participants dont trois filles et trois garçons qui ont récolté deux médailles d’or, deux d’argent et deux de bronze. 

Quant au club de badminton Les Raquettes du Nord de Montréal, il a obtenu une bannière avec une médaille d’or, trois d’argent et une de bronze.

De la participation

Les autres disciplines ne sont pas en reste. David Sauvé, chef de la délégation d’Ahuntsic-Cartierville, donne les résultats suivants : l’athlétisme avec quatre médailles d’or, deux d’argent et une de bronze ainsi qu’une médaille de bronze pour la natation. Les résultats des autres disciplines ne sont pas encore compilés à ce jour. Toutefois, selon David Sauvé, les résultats sont moins importants que la découverte du sport et de l’esprit sportif.

« Les valeurs des Jeux de Montréal, cela a toujours été pour nous la participation, l’esprit sportif et en dernier la performance. […] Chaque club est autonome pour la sélection des athlètes. Toutefois, un jeune admissible, mais qui fait de la compétition dans une ligue régionale, ne pourra pas participer aux Jeux. On va laisser la chance à ceux qui ne connaissent pas les compétitions. Le jeune qui est le plus persévérant a toute sa place. Ce n’est pas grave si on n’a pas de récompenses, tant qu’on participe avec une bonne attitude et qu’on prend l’habitude de bouger. Faire du sport, c’est bien! » fait valoir David Sauvé.

Du goût pour le sport

M. Sauvé a lui-même participé aux Jeux de Montréal en 1990 alors qu’il représentait l’arrondissement en tennis de table. Ayant obtenu une médaille de bronze, il se souvient de ces Jeux-là :

«Moi j’avais vraiment l’impression d’être le troisième meilleur à Montréal […]. J’ai continué dans le sport. À 12 ans, c’était le soccer, ensuite le volleyball de compétition », ajoute-t-il, en souriant.

Ce type de compétition contribue à donner aux jeunes le goût de persévérer dans les sports, dès l’enfance.

De l’organisation

Les Jeux de Montréal nécessitent une grande coordination entre les associations sportives régionales ou fédérales, les clubs et les centres de loisirs des arrondissements et la Ville de Montréal.

Les clubs et le centre de loisirs d’Ahuntsic-Cartierville sélectionnent les jeunes. De son côté, David Sauvé s’assure que les sélectionneurs respectent les règlements des Jeux propres à leur sport. De plus, il vérifie que les enfants sont bien inscrits dans leur sport et leur catégorie (âge, poids, etc.).

« Mon grand souci? Je ne veux pas qu’un enfant se présente et ne soit pas inscrit au bon sport ou pas dans la bonne catégorie », précise-t-il.

À l’arrondissement, David Sauvé coordonne les communications entre les Jeux de Montréal, Sports Montréal, les élus, l’arrondissement, les clubs et les centres de loisirs, ainsi qu’avec les fédérations régionales ou nationales des différents sports.

Des contraintes techniques

Par exemple, le Club de handball d’Ahuntsic-Cartierville (CHAC) représente cette discipline aux Jeux de Montréal pour l’arrondissement. Abdelhadi Bounatiro, président du conseil d’administration du CHAC, avait signalé que le terrain de soccer extérieur du Complexe sportif Claude-Robillard prévu initialement n’était pas approprié.

« Le risque de blessure aurait atteint de 5 % à 10 % sur un terrain en gazon synthétique. Heureusement, la météo s’en est mêlée avec les prévisions de pluie. La veille, la décision de changer les lieux nous a été annoncée. Le gymnase de [l’école] Sophie-Barat a été choisi sur nos recommandations : avec ses gradins, ses deux terrains intérieurs de handball sont plus sécuritaires », déclare Abdelhadi Bounatiro, aussi entraîneur au CHAC.

Selon lui, le handball est un sport d’intérieur très tonique et très intense. Imaginez la sollicitation des chevilles et pieds lors des appuis incessants pour bondir, changer de direction brusquement, accélérer subitement et s’arrêter brutalement. Ce n’est pas sans risques. Un gazon synthétique de soccer, sans chaussures à crampons, ça fait glisser et tordre une cheville. Sans compter le marquage au sol propre au handball, absent du terrain de soccer.

« Il a été question d’utiliser des ficelles. C’est impensable : les enfants finiraient par trébucher. On nous a aussi proposé des rubans adhésifs, mais ils ne tiennent pas sur du synthétique. Entre les risques de blessures et le marquage au sol invraisemblable, nous aurions dû retirer nos athlètes de la compétition si le terrain n’avait pas été changé », se désole Abdelhadi Bounatiro.

David Sauvé connaît ce problème. Il dit avoir suivi la procédure pour les questions techniques. Il a transmis la demande à Sports Montréal. En principe, cet organisme aurait étudié le problème avec la Fédération québécoise de handball olympique, le répondant sportif pour le handball. David Sauvé aurait ensuite transmis la réponse concernant ce sport au CHAC

Pour éviter ce genre de situation lors des prochains jeux, Abdelhadi Bounatiro propose une solution.

De l’union fait l’avenir

« Un comité avec tous les clubs ou centre de loisirs de handball sur l’île de Montréal pourrait être créé pour proposer, entre autres, des terrains de nos arrondissements respectant les spécificités du handball», soumet Abdelhadi Bounatiro.

David Sauvé est entièrement d’accord. Il se souvient des épreuves de patinage de vitesse organisées les années précédentes. Tous les clubs membres de l’association régionale avaient formé un comité.

« Ce serait bien que cela se passe dans le plus de sports possible; ce serait vraiment gagnant », conclut-il.

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Chantier bassin Lavigne

La fin d’un cauchemar appelé bassin Lavigne

Près de cinq ans de souffrance plus tard, les résidants des abords…

Le coin communautaire – Semaine du 3 juin 2022

Des nouvelles du SNAC Assemblée générale annuelle du SNAC Vous êtes invités…

COVID-19 : les cas explosent dans les écoles d’Ahuntsic-Cartierville

Le nombre de cas et d’éclosions de COVID-19 dans les écoles de…

La hausse des cas de COVID-19 se poursuit dans Ahuntsic-Cartierville

L’arrondissement, qui demeure encore et toujours parmi les plus touchés par la…