L’équipe de la garderie Mère et monde il y a quelques années. À l’avant-plan, on aperçoit la fondatrice et directrice, Julie Massaro (Photo: site Web Garderie Mère et monde).

Quand Julie Massaro fréquentait l’école primaire Saint-Benoît, il y a plusieurs années, il y a fort à parier que, jamais, elle n’aurait pensé un jour ouvrir sa propre garderie, là où elle a grandi. Maintenant, ce quartier l’accueille à bras ouverts et lui permet de faire une place toute spéciale aux tout-petits qu’on voudra bien lui confier.

La garderie de Julie, « Mère et monde », a pignon sur rue depuis le 4 mai 2012. Sa propriétaire a grandi dans Ahuntsic-Ouest et a habité 21 ans, sur la rue Meilleur.

Soixante-quatorze bambins

Lors de l’ouverture, le 7 mai 2012, « Mère et monde » pouvait accueillir 74 enfants, dont une quinzaine de poupons.  À l’heure actuelle, Julie nous informe qu’elle peut accueillir 73 enfants. Forte de 35 inscriptions prévues pour l’automne 2012, la garderie de Julie accueillait déjà près d’une vingtaine d’enfants en juin. Lors de la visite du journaldesvoisins.com, les locaux sentaient encore le neuf et l’ensemble inspirait confiance. Lors de l’ouverture, huit employés ayant les compétences requises accueillaient les petits pensionnaires chaque jour, depuis le 7 mai.

Depuis que l’établissement fonctionne à plein régime, une douzaine d’employés assurent les services quotidiens. Actuellement, 57 enfants fréquentent l’établissement.

«Nous avons 10 éducatrices temps plein permanentes ainsi qu’une cuisinière et une directrice-adjointe à temps plein ainsi qu’une équipe d’éducatrices en remplacement d’environ sept filles afin d’assurer la stabilité lors des congés, vacances et maladies des éducatrices permanentes. »

Une famille d’entrepreneurs

Après avoir terminé son secondaire, Julie travaillait chez Desjardins, là où elle a acquis des compétences dans divers domaines. Un jour, elle décide de quitter ce premier emploi pour joindre une entreprise québécoise familiale. Là, elle fera un plongeon en gestion 101. « On m’a vraiment laissé prendre beaucoup d’expérience là-bas, notamment
en gestion des ressources humaines », dit-elle.

Après quelques années, la fibre entrepreneuriale de la jeune femme fait surface. Elle se dit « Pourquoi ne mettrais-je pas sur pied ma propre entreprise? ». Il faut dire qu’elle a de qui tenir… Sa mère, Diane Massaro, a été travailleuse autonome et agent immobilier bien connue dans le quartier pendant de nombreuses années. Le frère de Julie, Dominic, est également propriétaire de sa propre entreprise de construction de charpentes.

Se « coltiner » avec la gestion quotidienne

Il y a eu beaucoup d’étapes à franchir avant l’ouverture des portes de son établissement. Et Julie a appris au fil des ans à se « coltiner » avec la gestion tout court, la gestion des ressources humaines, composer avec les horaires du personnel, remplacer son personnel au pied-levé, et calmer les craintes des parents qui laissent leurs tout-petits pour la première fois ! Mais, nul doute que la directrice, maman elle-même d’un fiston de 9 ans, sait faire face à la musique!

On peut joindre Julie Massaro chez Mère et Monde, en cliquant ici.

(Article publié dans le magazine papier de juin 2012 – avec la collaboration de Christiane Dupont pour les mise à jour en juillet 2017).

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le mag de décembre, un p’tit cadeau!

Même s’il fait déjà froid (bien qu’on annonce un bref redoux demain,…

Accessibilité universelle dans les commerces: toujours un parcours du combattant

Les bonnes relations peuvent-elles pallier le fait que les infrastructures d’accueil des…

Le Collège Ahuntsic : une référence en matière de décolonisation et d’autochtonisation

Après avoir commémoré mardi l’anniversaire du décès de Joyce Echaquan, une femme…

Sacré-Coeur: heureux mariage de l’ancien et du nouveau

En plus du nouveau Centre intégré de traumatologie, la nouvelle aile qui…