L’entrée du boisé de l’écocentre Acadie. (Photo : François Robert-Durand, JDV)

Il existe peu d’endroits aussi méconnus dans Ahuntsic-Cartierville que le boisé de l’écocentre Acadie. Présentant un écosystème particulier, le lieu est unique dans le quartier. Cependant, il a été oublié par l’arrondissement, alors que des déchets y pourrissent depuis des années.

Le boisé est enclavé entre le Collège Bois-de-Boulogne, la voie ferrée du Canadien Pacifique (CP) et la rue René-Bauset. Mis à part les résidants de ce secteur, peu de gens en connaissent l’existence.

Carte illustrant la situation géographique du boisé de l'écocentre Acadie
Proche de la Gare Bois-de-Boulogne, le boisé de l’écocentre Acadie est aussi longé de l’axe difficilement franchissable: la voie ferrée (Crédit : Google Maps)

Elie Abou-Jaoude habite ce quartier depuis son enfance. Il explique que dans sa jeunesse, lui et plusieurs autres jeunes fréquentaient l’endroit. Après ne pas y être retourné pendant plusieurs années, il a redécouvert le boisé pendant la pandémie, alors que comme tant d’autres, il était à la recherche d’espaces verts afin de se ressourcer pendant le confinement.

Il dit cependant avoir été frappé par la décrépitude de l’endroit :

« Quand je suis retourné, j’étais déçu de constater que le boisé était en mauvais état et que plusieurs déchets couvraient le sol. »

Une visite de l’endroit permet d’émettre le même constat. Lorsque le journaldesvoisins.com (JDV) est allé sur place, la même impression d’abandon était frappante. En plein milieu du boisé, un vieux divan était en train de se décomposer. Plusieurs autres déchets semblaient aussi être présents depuis bien longtemps.

« Un peu de travail pourrait être fait pour nettoyer l’endroit », avoue-t-il.

Un divan abandonné dans le boisé. (Crédit : Olivier Paiement, JDV)

Un flou bureaucratique

Le boisé semble avoir été laissé à l’abandon puisque l’instance responsable de sa gestion était vague. Nathalie Goulet, conseillère dans le district d’Ahuntsic, a visité les lieux avec M. Abou-Jaoude et a voulu enquêter sur le dossier :

« Il y avait un certain flou sur qui incombait la responsabilité. On pensait que c’était peut-être une extension du parc René-Beauset ou encore que c’était l’écocentre Acadie qui le gérait. »

Elle a donc effectué un suivi avec le cadastre de l’arrondissement et la réponse était claire. Les deux tiers du boisé, d’une superficie totale de 10 000 m², appartiennent à Ahuntsic-Cartierville, alors que l’autre tiers est la propriété du Collège Bois-de-Boulogne et du CP.

Un lieu unique

Après avoir appris cette information, Mme Goulet a chargé un ingénieur forestier de visiter les lieux. Un inventaire sommaire a été fait et l’arrondissement a découvert plusieurs grands arbres et des espèces plutôt rares. La présence de l’érable argenté, du chêne à gros fruits, du frêne noir et de l’orme d’Amérique a été constatée.

L’ingénieur forestier a aussi découvert que l’endroit comporte des embûches. Beaucoup d’herbes à puce et de l’agrile du frêne ont été découverts. Des troncs jonchaient aussi le sol et plusieurs des sentiers avaient des chutes abruptes, rendant la marche difficile, voire dangereuse.

Toutefois, maintenant que l’arrondissement est conscient du petit joyau entre ses mains, Mme Goulet assure que des efforts seront mis en place pour valoriser le boisé.

« Un mandat a été donné à l’ingénieur forestier pour faire un inventaire plus approfondi afin qu’on ait une meilleure connaissance des lieux. Une fois que cela sera fait, un échéancier sera mis en place pour la sécurisation et la mise en valeur du site. »

Un autre aspect intéressant du boisé est qu’il abrite même un tunnel vieux de plus de 111 ans. En effet, un tunnel, toutefois inondé, passe sous le chemin de fer, reliant ainsi la petite forêt aux stationnements derrière la rue Terrasse Fleury. Il s’agit donc d’un des rares passages permettant de passer d’un côté à l’autre la voie ferrée traversant l’arrondissement.

Un tunnel dans le boisé passe sous la voie ferrée du CP (Crédit : Olivier Paiement, JDV)

L’ouverture du tunnel pourrait aider à désenclaver le secteur. Cela devra toutefois se faire en concert avec le CP, mais pour l’instant, Mme Goulet préfère se concentrer sur l’inventaire et la sécurisation.

L’arrondissement en connaîtra davantage sur le boisé le printemps prochain. Puisqu’il s’agit d’un marais, les inondations printanières donneront une meilleure idée des caractéristiques exactes de l’endroit.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Un Roundup « léger » vendu dans nos quartiers

Toutes les quincailleries de l’arrondissement offrent du Roundup, un herbicide. Toutefois, il…

Manhattan dans Ahuntsic-Cartierville, oubliez ça!

S’il n’en tient qu’à l’administration Thuillier, le projet Voltige et sa tour…
Hydro-Québec envisage un nouvel aspect du parc Louis-Hébert avec l'enrochement en paliers

Mur Simon-Sicard : après l’enrochement… les arbres

Les gens veulent accéder à la rive certes, mais veulent garder leurs…

Parc Zotique-Racicot : vers un réaménagement au naturel…un bardeau de toit à la fois

Jusqu’au 24 juin, l’arrondissement procède à un inventaire de la faune dans…