Martin Patenaude-Monette au travail dans son atelier à Hochelaga. (Photo: Camille Vanderschelden, JDV)

Martin Patenaude-Monette, dit Martin PM, est un illustrateur et biologiste de formation. Il réalise aussi les caricatures des éditions papier du Journal des voisins depuis de nombreuses années. Hier, il lançait officiellement sa bédé-reportage coup de poing intitulée Un sacrifice tout naturel: les ratés de la biodiversité au Québec. Rencontre.

Un sacrifice tout naturel: les ratés de la protection de la biodiversité au Québec est le nouvel ouvrage coup de poing signé par Martin Patenaude-Monette, illustrateur et caricaturiste. Dédiée à ses trois enfants, cette bédé-reportage dénonce les pratiques obscures et la culture organisationnelle du ministère de l’Environnement dans la gestion de projets à risque pour la biodiversité au Québec.

«L’autorisation émise par le ministère de l’Environnement devient parfois une caution verte et c’est là que le problème se fonde. Ses recommandations sont souvent considérées comme les plus hauts standards environnementaux. Or sa procédure est déficiente et va souvent à l’encontre des recommandations des scientifiques», explique Martin Patenaude-Monette.

Si l’Ahuntsicois d’origine est désormais illustrateur à temps plein, il garde un fort souvenir de son expérience au ministère de l’Environnement, pour lequel il a travaillé deux ans à titre d’analyste et de chargé de projet. Il raconte avoir compris «comment fonctionnait la machine» durant cette brève expérience, qui l’a poussé à vouloir vulgariser les manquements de l’institution politique.

La bédé-reportage dénonce ainsi la gestion des projets qui empiètent sur les milieux humides ou sur les habitats d’espèces fauniques ou floristiques menacées. Avec plus de 80 demandes d’accès à l’information, Martin Patenaude-Monette livre une véritable enquête journalistique sur le sujet. Chaque protagoniste de la bande dessinée est donc un personnage réel, à l’exception d’un personnage caricatural des institutions politiques.

Protéger la biodiversité

L’ouvrage de Martin Patenaude-Monette offre ainsi une meilleure compréhension des failles du ministère de l’Environnement, amenant à la réalisation de projets controversés tels que celui de l’usine de batteries Northvolt.

Au Québec, la première loi environnementale est votée en 1972. Appelée Loi sur la qualité de l’environnement (LQE), elle interdit les émissions de contaminants pouvant nuire à la santé humaine ou celle des écosystèmes. Comme nombre d’actions vont à son encontre, elle est vite étoffée d’un «permis de polluer». Ce dernier est accordé par le ministère de l’Environnement, qui analyse chaque projet en amont.

Les planches originales (à gauche) et la bédé-reportage de Martin Patenaude-Monette. (Photo: Camille Vanderschelden, JDV)

Malgré cette loi, le ministère de l’Environnement approuve bien 95 % des demandes envoyées contre seulement 5 % de refus moyen. En outre, Martin Patenaude-Monette dénonce le principe de «compensation» du Ministère.

Ce principe autorise en effet la destruction des écosystèmes jusqu’à un certain seuil dans les projets, idéalement contre une compensation. L’illustrateur utilise une analogie dans son livre, pour décrire le principe. Le ministère de l’Environnement casse la tasse préférée d’une personne tout en lui promettant de ne pas détruire une autre tasse.

Un sacrifice tout naturel expose ainsi des cas particuliers de ratés de la protection de la biodiversité au Québec, tels que le projet d’écoquartier de Saint-Jérôme ou encore la gestion du ginseng sauvage, espèce menacée, dans la province.

Entre 1990 et 2011, plus de 55 500 hectares de milieux humides ont été dégradés ou détruits dans les basses terres du Saint-Laurent. Ces pertes seraient causées à 44 % par les activités agricoles et 26 % pour les activités forestières.

Les milieux humides sont pourtant cruciaux dans la biodiversité. Habitats pour la faune et la flore, ils stockent aussi le carbone, filtrent l’eau et préviennent les risques d’inondations.

Martin PM

Martin Patenaude-Monette est né à Ahuntsic. Ancien élève de l’école Sophie-Barat et du Collège de Bois-de-Boulogne, il est aussi caricaturiste. Il réalise par ailleurs les caricatures des éditos de l’édition papier du Journal des voisins (JDV) depuis 2015.

Récipiendaire d’une bourse de l’Association des journalistes indépendants du Québec (AJIQ) en décembre 2023, l’illustrateur signe sa première bande dessinée réalisée à deux mains.

Martin Patenaude-Monette réalise aussi les caricatures de l’édition papier de notre journal. Ici, une caricature publiée dans l’édition de juin-juillet 2023 du Journal des voisins. (Illustration: Martin Patenaude-Monette, reproduction autorisée)

Un sacrifice tout naturel: les ratés de la protection de la biodiversité au Québec est à découvrir au coût de 29,95 $ aux éditions Atelier 10 et La Pastèque.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Quoi faire en cas de smog dans Ahuntsic-Cartierville?

Une autre alerte de smog à Montréal a été annoncée pour ce…

Crues printanières, Ahuntsic-Cartierville sur le pied de guerre

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé à Cartierville, le mardi…
station youville cre prix

La Station Youville reçoit un prix au Gala du CRE-Montréal

Le 12 octobre, le Comité citoyen Youville, située à Ahuntsic-Cartierville, a reçu…
Berges pêcheurs

Un autre enrochement potentiel au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation

La Ville veut restaurer plusieurs tronçons des berges érodées dans le parc-nature…