Cardinal à poitrine rose mâle – photo: J. Poitras
Cardinal à poitrine rose mâle (Rose-breasted Grosbeak)  (Pheuticus ludovicanus) – photo: J. Poitras

Lors de balades en sentier, il est toujours gratifiant d’observer un bel oiseau qui, bien que pas très rare, n’est pas aperçu fréquemment. Le Cardinal à poitrine rose fait partie de cette catégorie.

Description

Le mâle s’exhibe en trois couleurs : noir pour la tête, le dos et la queue; blanc pour le croupion, le ventre et les taches sur les ailes; et enfin un triangle rose vif sur la poitrine. Pas étonnant que certains le surnomment le « chanteur en grande tenue ». Son bec conique est massif et de couleur rose pâle.

La femelle possède un dos, des ailes brunes avec des barres blanches, une poitrine et un ventre chamois pâle striés de brun. Sa tête est une succession de zones différemment colorées : gris sur l’occiput suivi de bande brunes qui s’étendent de la base du bec jusqu’à la nuque, et un large sourcil blanc lui passe au-dessus de l’œil. Au-dessous de ses joues brunes, sa gorge blanche se prolonge en un collier qui va jusqu’à sa nuque et rejoint le sourcil.

Le Cardinal à poitrine rose femelle – photo: J. Poitras

La première fois que vous croisez un mâle juvénile en fin d’été ou en automne, sa livrée vous laisse perplexe et déclenche une frénétique recherche dans le guide d’identification. Il est similaire à la femelle sauf qu’il présente une poitrine d’un chamois prononcé parfois clairsemée de quelques plumes rouge pâle, et des taches rouges sous la bordure des ailes.

Nidification et comportement

Les mâles arrivent en premier et, après avoir choisi un territoire de nidification, se mettent à chanter. Les femelles les rejoignent peu après et les deux se mettent à construire le nid. Celui-ci est fait de brindilles, de radicelles, et d’herbes entrelacées de façon plutôt lâche. Il semble que peu de matériaux différents soient utilisés pour chaque nid, le Cardinal à poitrine rose se contentant de ce qu’il trouve le plus facilement près du site de nidification.

Le nid est situé dans une fourche verticale d’un buisson ou d’un feuillu à moyenne ou faible hauteur du sol, généralement entre 1,5 mètre et 5 mètres. Les œufs bleu-vert tachetés de brun sont couvés tantôt par le mâle, tantôt par la femelle. Il arrive au mâle de chanter sur le nid ou tout près de celui-ci probablement pour bien marquer le territoire, car tant le mâle que la femelle pourchassent leurs congénères qui s’aventurent trop près.

Son chant mélodieux rappelle celui du Merle d’Amérique, mais en plus agréable. Ça pourrait se traduire par « Pliou – piroui-piroui-pliou-pliouri ». Les femelles chantent aussi mais en phrases plus courtes. Son cri est un bref « Tchîk ».

Les oisillons sont nourris par les deux adultes pendant la dizaine de jours qu’ils passent au nid et pendant les deux ou trois semaines suivantes. Il n’est pas rare que l’on observe deux nichées le même été.

Alimentation

Durant l’été, l’alimentation du Cardinal à poitrine rose est surtout insectivore; les chenilles à tente comme la Livrée des forêts ou la Livrée d’Amérique sont particulièrement de son goût et comme elles se trouvent en colonies, c’est le festin assuré. Parfait pour nourrir une petite famille d’affamés! La Doryphore de la pomme de terre, la « Bibitte à patates », rayée de jaune et de noir attire aussi son attention à tel point que son surnom anglais est « Potato Bug Bird ».

Ces habitudes alimentaires en font un allié précieux de notre agriculture. Les adultes consomment aussi des graines et des petits fruits parfois complémentés avec des fleurs et des bourgeons.

Habitat et territoire

Cet oiseau chanteur préfère les jeunes forêts et celles en régénération. Les buissons, les vergers, et les petits boisés ruraux ou à faible distances des villes sont parfois occupés par celui-ci s’ils se trouvent près d’un cours d’eau.

Le territoire de nidification canadien s’étend de la pointe sud-ouest de Terre-Neuve, comprend la totalité des Provinces Maritimes, le sud du Québec et de l’Ontario, le Manitoba, et la partie centrale de la Saskatchewan et de l’Alberta jusqu’au contrefort des Rocheuses. Aux États-Unis,  son territoire couvre les états de la Nouvelle-Angleterre, une bande des Appalaches qui s’enfonce jusqu’en Caroline du Nord, et les états du «Mid-West» jusqu’au grandes prairies. Il est absent de l’ouest sauf certains individus qui le fréquentent en période migratoire.

Migration et tendances

Le Cardinal à poitrine rose arrive chez-nous au début de mai et nous quitte en fin septembre, parfois en octobre. Il hiverne au sud du Mexique, en Amérique Centrale, et en Amérique du Sud.

Depuis les années 1990, il semblerait que les populations les plus au nord du Québec, Saguenay, Côte-Nord, Gaspésie, soient en diminution, selon les relevés du Deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional. Son aire de répartition serait donc en contraction, bien qu’on le retrouve encore dans ces territoires. La modification des territoires forestiers par l’activité humaine, l’usage des pesticides, et la détérioration de son habitat d’hiver, pourraient en partie expliquer ce déclin.

Espérons une stabilisation de la situation, car ce serait dommage de perdre un si bel oiseau.

 

Cardinal à poitrine rose mâle – photo: J. Poitras

 

 

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

La Maison des naissances : loin d’être née

Journaldesvoisins.com vous annonçait en janvier 2018 qu’une maison des naissances allait apparaître…

Les Brèves

Ahuntsic-Cartierville ouvrira plus d’espaces sécuritaires pour piétons et cyclistes cet été

Afin d’aider les citoyens et les commerçants durant la pandémie de la…

Montréal, Ahuntsic-Cartierville, et une 12aine d’arrondissements injectent plus d’1 M$ dans le Fonds d’urgence de Centraide

Afin d’aider les personnes les plus vulnérables en ces temps difficiles, la…