(Indigo Bunting) – Passerina cyanca) Passerin indigo – photo: J. Poitras

Quel plaisir de croiser ce bel oiseau bleu lors d’une excursion ornithologique! Peu commun au Québec, sa présence dans un bosquet au détour d’un sentier justifie à elle seule de vous être levé ce matin-là.

Description 

Le Passerin indigo mesure 14 cm de long, a une envergure d’ailes de 20 cm, et une masse de 14 g. Il était autrefois connu sous de nom de Bruant indigo.

En période nuptiale, le mâle est presque entièrement bleu avec du noir sur les ailes et la queue. La coloration est généralement plus foncée sur la face et la gorge. Il a aussi un fort bec gris acier dont la forme indique bien que cet oiseau est de la famille des cardinalidés qui inclut outre les différents Cardinaux, les Quiracas et les Pirangas.

En automne et en hiver, il devient brun avec encore des taches de bleu sur les ailes. Les mâles de premier printemps sont généralement tachetés de brun parmi le plumage bleu.

Passerin indigo femelle – photo: J. Poitras

Les femelles sont brunes avec des rayures sur la poitrine et le ventre. Les juvéniles ressemblent à la femelle.

Habitat et nidification

Le Passerin indigo niche généralement dans des milieux où les buissons denses prédominent à la bordure de forêts de feuillus, le long de cours d’eau ou d’étangs, et dans des endroits en régénération comme les fermes abandonnées.

Son nid en forme de coupe est constitué d’herbes, de brindilles et d’écorces; l’intérieur est tapissé de fins brins d’herbes et de matériaux soyeux comme du duvet ou des poils.

Il est généralement situé dans un buisson à faible hauteur du sol. La femelle y pond de trois à quatre œufs bleu pâle. La couvaison dure une douzaine de jours et les poussins demeurent au nid une autre douzaine de jours. Ils sont nourris presque exclusivement par la femelle, le mâle se chargeant de défendre vigoureusement le territoire périphérique.

Après l’envol, les juvéniles dépendent encore des parents pour l’alimentation pendant environ trois semaines.

Alimentation et comportement

Passerin indigo mâle – photo: J. Poitras

Arrivé sur son territoire, le mâle aime chanter en haut des arbres bordants celui-ci. Il est généralement monogame, mais le couple ne dure qu’une saison.

Son chant est un « tchoui-tchoui, tssip-tsssip, tchroui-tchrouii » bourdonnant. Son cri d’alarme est un « tchîp! » assez semblable à celui de plusieurs bruants.

Le Passerin indigo s’alimente surtout de graines qu’il cueille au sol ou dans les herbages de graminées. Des insectes, chenilles et araignées compètent le menu estival. Des baies s’y ajoutent lorsqu’elles deviennent disponibles en fin d’été et à l’automne.

Territoire et migration

Le territoire de nidification de cet oiseau couvre l’ensemble des États-Unis de l’est et du centre, ainsi qu’une bande au sud du Manitoba, de l’Ontario, du Québec, et du Nouveau-Brunswick.

Au Québec, c’est surtout la plaine du Saint-Laurent, jusqu’à Québec, l’Outaouais jusqu’à la Gatineau, et les Basses Laurentides qui sont les régions où la nidification a été confirmée lors du recensement réalisé pour la deuxième édition de l’Atlas des Oiseaux Nicheurs du Québec méridional.

Certaines mentions de nidification possibles ont été relevées au Saguenay, en Abitibi, et sur la Côte-Nord.

Dans notre arrondissement, des observations ont été faites aux Parcs-Nature Île-de-la-Visitation, et Bois-de-Liesse, ainsi qu’aux boisées de Saraguay et de St-Sulpice entre autres.

C’est par contre un oiseau peu commun au Québec, d’où le grand plaisir d’en croiser un. Son territoire serait en extension et sa population jugée stable ou en augmentation.

Le Passerin indigo nous arrive en mai et nous quitte progressivement de septembre à novembre.

Son territoire hivernal se situe au sud du Mexique, en Amérique Centrale et dans les Caraïbes. Il migre surtout de nuit en bandes assez nombreuses.

Je me souviens que, lors d’un séjour au Parc national de La-Pointe-Pelée dans les années 1980, une arrivée massive s’étant produite durant la nuit, et qu’au matin une clairière était tapissée d’oiseaux indigos et bruns; quel spectacle!

Passerin indigo femelle – photo: J. Poitras

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

4 commentaires
  1. Bonjour,

    J’ai trouvé un œuf de passerin indigo abandonné depuis quelques heures tout au plus, je l’ai mis en dôme à l’intérieur au chaud sous une lampe… étant donné la quantité phénoménale de geais bleus sur mon terrain… je sais qu’il n’y aurait pas survécu une heure de plus. Quoi faire? Savez-vous où puis-je me diriger pour trouver quelqu’un qui s’y connaît, pour en prendre soin.

    Merci énormément

  2. Depuis une semaine, tout les jour aux mangeoires et à plusieurs reprises. J’ai même vue une fois 2 mâles, pas capable encore toutefois d’identifier la femelle. Ste-Melanie dans Lanaudiere

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le Plectrophane des neiges, en visite chez nous l’hiver

  (Snow Bunting)                               (Plectrophanus nivalis) Les Plectrophanes tirent leur nom du grec…

Les résidants inquiets pour leurs arbres, rue Olympia

Depuis la mi-mai, la rue Olympia est un immense chantier. Les résidants…

IDENT-cité, un projet unique mettant en vedette des arbres à Ahuntsic-Cartierville

Le projet IDENT-cité (forêt urbaine, tel que défini sur cette illustration), situé…

Nettoyage des trottoirs: « Une logistique assez complexe »

Alors que le mois de mai a tiré sa révérence la semaine…