Les participants à la réunion virtuelle des scouts Éclaireurs du 103e Groupe de St-André-Apôtre (Photo: page Facebook du Groupe)

Nombreux sont les organismes qui doivent revoir la manière de mener leurs activités en temps de confinement. Les Scouts du Montréal métropolitain, dont les rencontres en personne sont suspendues jusqu’au 31 août, en font partie. Mais le scoutisme, lui, ne s’arrête pas puisque animateurs et jeunes gardent contact en tenant chaque semaine des rencontres virtuelles. À Ahuntsic, les réunions virtuelles du 103e groupe scout Saint-André-Apôtre sont un succès.

Marie-Hélène Deneault, commissaire scout adjointe aux Scouts du Montréal métropolitain, affirme qu’une bonne majorité des scouts de l’organisme continuent d’assister à leurs rencontres hebdomadaires même si les réunions ne peuvent plus avoir lieu en personne. Ces réunions se font à la même heure et le même jour que les rencontres d’avant le confinement.

Pascal-Olivier Dumas Dubreuil, animateur de l’unité des Éclaireurs de Saint-André-Apôtre, explique que lorsque ses collègues et lui ont compris que le confinement allait durer plus longtemps que prévu au départ, ils se sont dit qu’il fallait trouver une alternative pour remplacer les rencontres qu’ils tenaient habituellement avec leurs jeunes scouts. Le concept des vidéo-conférences leur est apparu rapidement pertinent.

Les rencontres virtuelles

Les rencontres virtuelles des Éclaireurs, une unité d’adolescents, dure un peu plus de deux heures, soit la même durée que les rencontres régulières. Marie-Hélène Deneault précise qu’un groupe de jeunes de 7-8 ans par exemple n’aura pas une rencontre d’une si longue durée.

Pascal-Olivier raconte le déroulement d’une rencontre typique de son groupe. Les animateurs commencent avec de simples échanges avec les jeunes pour savoir comment leur semaine s’est déroulé. Ensuite, il propose trente minutes d’exercice physique. Après avoir bougé, les jeunes seront davantage capables de demeurer assis devant leur ordinateur pour le reste de la réunion. Des activités ou jeux liés à différents domaines, que ce soit la philosophie, la science ou la cuisine, à réaliser tous ensemble, leur sont proposés. La rencontre se termine sur une réflexion des jeunes. En conclusion, les animateurs  recommandent une activité à réaliser pendant la semaine, par exemple aller courir, lire un livre ou préparer un souper pour la famille.

Scouts à la maison

Pascal-Olivier est conscient du fait que des scouts qui restent enfermés entre quatre murs, ça peut paraître étrange.

« En général, on essaie d’encourager la communion entre le jeune et la nature. En ce moment, on doit plutôt les encourager à rester à la maison. Au final, le but est le même : leur permettre d’être en harmonie avec leur environnement. En temps de pandémie, cette harmonie passe par le développement de leur créativité, la valorisation de leur curiosité et le développement de leur capacité à entretenir un rapport de qualité d’avec les autres et eux-mêmes », explique-t-il.

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Les Brèves

Un permis de 50$ sera requis pour déposer sa neige sur le domaine public

Après les embûches suscitées par le déneigement privé sur le domaine public,…

« Promenades prolétaires » créée pour CAF en nomination aux Prix OPUS 2019

Un événement couru d’Ahuntsic-Cartierville depuis plusieurs étés a –c’est le cas de…

Construction à Sacré-Cœur pour une deuxième vague de Covid-19

Même si l’autorité sanitaire de Montréal se réjouit de la baisse des…