Pas facile de naviguer entre les bernaches, rue Park Stanley (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

À l’entrée du parc de l’Île-de-la-Visitation, notamment, les fientes de bernaches abondent ainsi que le long du boulevard Gouin. Chaque début de printemps, ces oiseaux migrateurs sont de plus en plus nombreux dans les parcs près des berges de la rivière des Prairies et dans les terrains de sport. Ils s’y rassemblent de la mi-août à la mi-décembre, ce qui pollue les pelouses et les parcs.

La présence des bernaches cause d’importants problèmes, dont celui de la cohabitation avec les riverains. Leurs excréments ont un impact sur l’écosystème des parcs et nuisent aux activités sportives et récréatives à l’extérieur, rendant l’entretien des équipements municipaux assez difficile.

Certains citoyens de l’arrondissement se sont plaints de la gestion de la bernache sur le territoire qui, selon eux, semble inexistante, malgré l’installation de filets sur les berges pour éviter la reproduction non réglementée de cette espèce.

Depuis quelques temps, selon un citoyen, les bernaches peuplent davantage les berges et le parc semble ne pas être entretenu autant et aussi bien qu’avant.

« La population a doublé depuis les dernières années et rien ne semble être fait, dit-il. C’est bien beau les filets, mais les bernaches les contournent jusqu’à se déplacer ailleurs pour aller pondre leurs œufs, là où il n’y a pas de filets. »

Contrat de gestion en cours

L’affiche d’un projet-pilote visant à limiter l’accès aux bernaches au Parc Notre-Dame-de-la-Merci. (Photo: François Robert-Durand, JDV).

Depuis l’année dernière, des interdictions de nourrir les bernaches à cause de leur impact néfaste sur l’écosystème des parcs ont été affichées, tandis que des filets ont été placés sur les berges des parcs aux abords de la rivière des Prairies.

En effet, en avril 2021, le conseil d’arrondissement a octroyé un contrat à la firme Artémis Faune inc. pour élaborer un plan de contrôle des nuisances occasionnées par les Bernaches du Canada dans les parcs d’Ahuntsic-Cartierville. Le montant total de ce contrat pour une durée de deux ans (2021-2022) était fixé au départ à 80 856,17 $. La dépense est assumée par l’arrondissement. Présentement, la deuxième partie du travail de la firme Artémis est en cours alors que la moitié du budget a été dépensé dans le cadre de ce contrat.

« La première partie du plan consistait à mettre des filets pour empêcher les bernaches de venir, affirme la Ville. Toutefois, cela ne suffit pas et c’est pour cette raison〈que la Ville a retenu〉 l’effarouchement à l’aide de chiens entraînés avec des appareils téléguidés. Ils vont pouvoir aller dans les parcs que l’on a ciblés pour empêcher doublement la reproduction de bernaches. »

Les chiens, dressés par la firme Artémis, sont formés pour ne pas toucher ni blesser ces oiseaux, qui sont protégés par le ministère de la Faune, des Forêts et des Parcs, dans le but de réduire la présence des bernaches et non de les éradiquer. Pour ce faire, les parcs Maurice-Richard, de la Merci, Raimbault et Ahuntsic sont ciblés par l’arrondissement. Les techniciens d’Artémis Faune sont présents de quatre à cinq jours par semaine, du lundi au vendredi. Depuis avril dernier, de 16 à 20 essais d’effarouchement par mois sont ainsi entrepris dans les parcs visés.

Mesures de court terme et effets de moyen terme

Bernaches au pavillon d’accueil du parcours Gouin (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Un suivi des populations de Bernaches du Canada sera fait par la firme Artémis qui assurera un décompte des populations d’oiseaux sur le territoire. La Ville affirme, dans un communiqué, vouloir sensibiliser la population au problème en transmettant de la documentation aux citoyens pendant les opérations d’effarouchement.

Finalement, la firme Artémis rédigera un rapport qui, d’une part, dressera un bilan des activités d’effarouchement et de réduction de la natalité des bernaches dans l’arrondissement et, d’autre part, proposera des solutions pour bonifier les actions dans les années futures. Les effets des investissements de la Ville pour limiter la population de bernaches ne seront observés qu’au fil des années.

D’autres municipalités ont, elles aussi, connu des problématiques liées à la gestion des bernaches. Pour éviter la surpopulation, la Ville de Longueuil a trouvé comme solution la stérilisation des œufs pour contrôler la quantité de ces oiseaux sur son territoire.

« Ce printemps, Artémis Faune a procédé à la recherche de nids, de manière à bien documenter leur présence en vue de pouvoir planifier une éventuelle stérilisation des œufs, expliquait le cabinet de la Ville. Cependant, la réalisation des opérations de stérilisation reste à confirmer et à planifier si la décision d’aller de l’avant est prise. De telles opérations peuvent être réalisées uniquement après avoir obtenu au préalable un permis du Service canadien de la Faune ».

 

S'abonner
me prévenir de
guest
2 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vermette Guy
Vermette Guy
9 Jours

Étant marcheur quotidien le long du Parcours Gouin, je confirme que l’installation du filet le long de la rive au parc De la Merci a donné lieu à une diminution importante du nombre de bernaches cette année. Elles semblent cependant s’être retranchées dans le parc Maurice-Richard et même Jeanne-Sauvé. C’est devenu un problème et quelle prolifération des naissances !!!!

Sylvain Bruneau
Sylvain Bruneau
3 Jours

Longueuil a trouvé comme solution la stérilisation des œufs pour contrôler la quantité de ces oiseaux sur son territoire et à Ahuntsic on fait le décompte de ces oiseaux. Comme il n’y a pas de prédateur naturel, on n’a pas le choix de rétablir l’équilibre et rapidement car il y aura sous peu une prolifération de ces oiseaux et les parcs vont devenir impraticables pour certaines activités.

Vous pourriez aussi aimer ces articles
Vue aérienne des berges du mur Simon-Sicard à la hauteur de Berthiaume-du-Tremblay (Photo : jdv - Philippe Rachiele) Hydro-Québec Ahuntsic Cartierville Montréal

Le projet de sentier sur les berges de la rivière des Prairies piétine

Le comité citoyen pour l’aménagement de la Promenade du Sault, qui pousse…
Réal Migneault devant une planche de kale

La Ferme de Rue mise sur le long terme et les nouveaux projets

Après avoir été considérée comme un projet expérimental depuis quatre ans, la…

A-19, le coup d’envoi est donné : plus de circulation à prévoir dans le Sault

Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, s’est récemment réjoui de…

La peinture, un déchet dangereux

Quelques semaines après la fameuse journée du déménagement, plusieurs résidants pourraient faire…