Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Les Brèves – Semaine du 14 décembre 2018

Publié le 09/12/2018
par Rédaction

Prenez note que cette chronique est interrompue pour la période des Fêtes. Nous reprendrons sa publication le 18 janvier prochain. Merci de votre compréhension.


Les 40 ans du centre des femmes solidaires et engagées

Fête des 40 ans pour le centre des femmes solidaires et engagées (Photo : Courtoisie)

Plus de quatre-vingts femmes se sont rassemblées à la salle de réception Plaza Antique, pour y souligner une étape importante de l’un des premiers centres pour femmes issues de l’immigration à Montréal : le 40e anniversaire du Centre des femmes solidaires et engagées (CFSE), nommé, autrefois, le Centre des femmes italiennes de Montréal.

Les origines du centre de femmes

C’est dans l’optique de créer un filet social pour les femmes issues de l’immigration italienne que le Centre des femmes italiennes de Montréal est fondé en 1978. « Les nouvelles arrivantes italiennes de cette époque étaient des femmes de divers âges, isolées, peu ou pas scolarisées, travailleuses sous-payées ou femmes au foyer », relate Assunta Sauro, l’une des co-fondatrices du Centre et directrice pendant plus de vingt ans. « Elles étaient, en d’autres mots, très marginalisées et elles avaient un grand besoin de se rassembler. Le Centre a agi comme une sorte de catalyseur de rencontres pour ses participantes », explique l’ancienne directrice.

Un Centre féministe pour femmes issues d’une communauté dite « traditionnelle »

L’un des volets les plus importants du centre de femmes, est celui des activités éducatives, où on y fait divers ateliers de sensibilisation et d’éducation populaire. Alors que la société québécoise faisait du progrès en matière d’égalité des femmes, le centre de femmes a pris soin d’inclure les femmes de la communauté italienne dans le mouvement féministe. « Nous avons pu accomplir un énorme travail en termes de sensibilisation à des problématiques telle que la violence conjugale qui, à l’époque, était encore très taboue. La dénonciation d’un mari violent, par exemple, était inconcevable, voire honteuse.  Heureusement, les choses ont changé », selon Giuseppina Barbusci, l’une des seules pionnières et membres toujours active au CFSE. « Les participantes sont devenues beaucoup plus conscientes de leur situation personnelle et des conditions de vie des femmes en général. Ceci est un accomplissement en soi ».

Le Centre offre différentes activités dont des groupes de discussion, d’entraide et d’échange de savoir-faire, tel que le tricot-crochet, visant à combiner la créativité et combattre l’isolement des femmes dans le besoin. Diverses activités de croissance personnelle sont également offertes aux femmes : cours d’informatique, l’atelier d’estime de soi ou sur la gestion de budget, ainsi que des sorties ou activités spéciales : cabane à sucre en hommage aux bénévoles, brunch de la fête des mères, dîner d’Halloween, etc.

Le Centre organise et participe également à de nombreuses actions encourageant l’implication citoyenne des femmes, tel que la Marche à la chandelle du 6 décembre, la Journée internationale des femmes, la campagne Engagez-vous pour le rehaussement du financement des organismes communautaires, parmi tant d’autres.

Flo Fest 2019

Publicité

Des changements pas faciles, mais nécessaires

Le centre a changé de nom il y a 4 ans par souci d’une meilleure inclusivité. Pina Di Pasquale, directrice du Centre des femmes solidaires et engagées : « Nous avons effectivement vu un changement dans la démographie du centre, mais nous avons pris soin de ne pas négliger cette première communauté pour laquelle le Centre a initialement été créé. Cela représente un énorme défi non seulement pour les travailleuses et le conseil d’administration, mais aussi pour les participantes qui ont eu à faire un deuil avec le passé. Cependant, nous sommes satisfaites des résultats positifs entraînés par ce changement. Nous voyons de plus en plus de femmes de toutes origines confondues et de riches échanges qui en résultent. C’est réellement une belle réussite! »

La défense des droits des femmes, toujours d’actualité

« Nous n’avons qu’à regarder les nouvelles ou parler aux femmes de notre entourage pour savoir qu’il reste énormément de travail à faire avant de réellement atteindre une égalité de fait », explique Madame Di Pasquale. « De plus, nous parlons de plus en plus d’égalité entre les femmes, un principe qui a longtemps été négligé au sein du mouvement féministe. Une femme peut être victime de diverses autres formes de discrimination, d’oppression et de violence, en plus du sexisme. Cela vient compliquer le cheminement vers une réelle émancipation de certaines femmes. C’est pour ces raisons que nous luttons continuellement ». Actuellement, environ le deux tiers des nouvelles participantes au CFSE est issu d’une communauté autre qu’italienne. (Source : CFSE)


Refuge pour piétons, efficace

Le refuge piéton proche de l’école Ahuntsic au centre du boulevard Henri-Bourassa au coin  du boulevard St-Laurent semble bien remplir sa fonction comme en témoigne l’impact sur la photo ci-dessus (Photo : jdv – Philippe Rachiele)


Chat va bien remet un chèque de 955,25$ à la SPCA

Les volontaires de Chat va bien remettent un chèque de 955$ à la SPCA (Photo : courtoisie du cje-abc)

Sept jeunes coopérants impliqués dans un projet de volontariat d’utilité collective, au nom de Chat va bien, ont remis ce mercredi 12 décembre au Carrefour jeunesse-emploi Ahuntsic Bordeaux-Cartierville (Cje ABC),  un chèque de 955,25$ à la SPCA de Montréal pour leur programme Capture, Stériliser, Relâcher et Maintenir (CSRM) destiné aux chats errants.

Le Cje ABC est le porteur de ce projet de volontariat d’utilité publique. Il s’inscrit dans son volet Créneau Carrefour Jeunesse qui découle de la Stratégie d’action jeunesse 2016-2021, en partenariat et financé par le Secrétariat à la jeunesse.  La brigade Chat va bien fait suite à la brigade Chats au chaud. À travers ce projet de volontariat, les jeunes souhaitent entreprendre des actions permettant de sensibiliser la population aux enjeux des chats errants et de faciliter la mise en place du programme CSRM.

Dans cette perspective, les volontaires ont décidé de participer au Salon Artist-O-Chats, la fin de semaine du 17 et 18 novembre.  Durant plusieurs semaines, les jeunes ont ainsi préparé leur kiosque où les visiteurs pouvaient : trouver de nombreuses informations utiles sur les chats, tester leurs connaissances sur la réalité des chats errants par l’entremise d’un quizz animé, découvrir un abri (réalisé par les jeunes) qui peut se construire facilement et être mis à disposition, en hiver, auprès des chats errants et enfin, recevoir un échange d’un don un bijou, un porte-clefs ou bien encore un autocollant réalisé par ces jeunes volontaires. (Source : CJE-ABC)


Nouvelle station de mesure du bruit des avions dans Ahuntsic

Le groupe Les Pollués de Montréal-Trudeau annoncent la mise en service de 4 nouvelles stations de mesure du bruit des avions. Cet agrandissement du réseau de stations répond aux nombreuses demandes formulées par des citoyens, qui vivent entre autres à l’ouest de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau. Les nouvelles stations sont installées respectivement à Pointe-Claire, Dorval, Ahuntsic et Villeray. Tout comme les stations initiales, les niveaux de pollution sonore générée par les avions peuvent être consultés en temps réel et sans frais en consultant le site internet ww-ans.net.

Le réseau initial a été installé à l’est de l’autoroute des Laurentides, afin de répondre aux affirmations des autorités aéroportuaires, selon lesquelles aucune personne vivant à l’est de cette autoroute pouvait être touchée par la pollution par le bruit générée par les avions fréquentant l’aéroport Montréal-Trudeau. Il est bon de rappeler que la Cour supérieure du Québec le 5 avril dernier, par la décision de l’Honorable Chantal Tremblay, a donné l’autorisation aux Pollués de Montréal-Trudeau de procéder à un recours collectif contre 3 parties prenantes : NAV Canada, Aéroports de Montréal (ADM) et Transports Canada. (Source : Les pollués)

 


Don de 6523$ du Réno-Dépôt au Centre d’action bénévole

Don de 6523$ du Réno-Dépôt au Centre d’action bénévole pour acheter de la laine pour du tricot (Photo : Courtoisie)

Le 11 décembre dernier, M. Martin Dagenais, directeur général du Réno-Dépôt du Marché Central et Nathalie Côté, directrice adjointe, ont remis un chèque de 6 523$ au Centre d’action bénévole de Bordeaux-Cartierville! L’événement a eu lieu lors d’un atelier de tricot du CABBC, en présence des bénévoles, des membres du Conseil d’administration et de l’équipe de travail. Ce généreux don est le fruit de la participation du magasin à la campagne de financement Les Héros Lowe’s Canada, déployée à travers l’ensemble du pays et ayant pour but d’aider un organisme sans but lucratif à réaliser sa mission ou un projet spécifique.

Le CABBC est honoré d’avoir été choisi par le Réno-Dépôt du Marché Central pour bénéficier de cette première campagne de financement. Durant tout le mois de septembre dernier, cette entreprise a incité ses clients et partenaires à faire des dons au profit du Centre d’action bénévole, organisé diverses activités de financement et récolté des dons aux caisses.

L’argent que le Réno-Dépôt a ainsi amassé permettra au CABBC de se procurer de nouveaux sacs isothermes pour le service de popote roulante, afin que les repas soient livrés bien chauds au domicile des personnes âgées en perte d’autonomie.

Le don servira également à acheter de la laine pour les deux groupes de tricoteuses du CABBC dont les créations sont remises à des familles défavorisées du quartier. L’an passé, 84 ateliers de tricot ont eu lieu au cours desquels 537 vêtements ont été confectionnés. Grâce à cette laine supplémentaire, les tricoteuses espèrent battre un nouveau record en 2019! (Source : CABBC)


Les parcs-nature de Montréal vous attendent cet hiver

Les parcs-nature forment un vaste réseau d’aires naturelles protégées réparties sur le territoire de l’île de Montréal. Véritables joyaux, ce sont des lieux propices à la découverte, à la détente et à la pratique de nombreuses activités. Ils offrent aux amateurs de loisir et de plein air la chance de s’évader de la frénésie de la ville, sans devoir quitter l’île.

Ces grands parcs se distinguent par la richesse de leurs milieux naturels, par la diversité de leurs écosystèmes et de leurs paysages, et même dans le cas de certains d’entre eux, par leur passé historique. D’Est en Ouest, ils dévoilent leur caractère exceptionnel et la beauté de leurs attraits, qui varient au gré des saisons.

Ski de fond, raquette, marche en sentier de jour ou en soirée, balades en vélo à pneus surdimentionnés (fatbike), glissade, cerf-volant de traction, activités de mise en forme, pêche sur la glace, traîneau à chiens, observation de la nature, visite à la cabane à sucre ou à la ferme écologique, ce ne sont pas les choix d’activités qui manquent! (Source : Ville de Montréal)


Un nouveau livre par une Ahuntsicoise

Le livre Journal d’une humaniste sort en librairie cette semaine. Sujet chaud et sensible, ce roman biographique écrit par Sylvie Bergeron, une Ahuntsicoise, traite de laïcité et de la montée de l’islamisme en Algérie.

Basé sur des faits historiques et une histoire vécue, Journal d’une humaniste raconte comment une missionnaire chrétienne a réussi à partager sa foi avec des musulmans, dans une Algérie endolorie par le courant fanatique de l’islamisme. Pour ceux qui se posent des questions sur la place du religieux dans notre société, ce livre démystifie les sources souterraines de multiples conflits, de l’Algérie jusqu’au Québec, à travers un message d’espoir. (Source : Éditions La Guaya)


Programme de financement des projets d’infrastructure de sécurité

pour les collectivités à risque

L’appel de demandes du Programme de financement des projets d’infrastructure de sécurité pour les collectivités à risque (PFPIS) est maintenant ouvert. Le PFPIS fait partie de la Stratégie nationale pour la prévention du crime (SNPC) de Sécurité publique Canada. Ce programme finance l’amélioration de l’infrastructure de sécurité d’organismes sans but lucratif admissibles comme les centres communautaires, les établissements d’enseignement privés reconnus à l’échelle provinciale et territoriale et les lieux de culte qui risquent d’être victimes de crimes haineux.

Le programme finance des projets de sécurité comme l’éclairage, les clôtures, les caméras et les systèmes d’alarme. Les projets approuvés peuvent recevoir une contribution de Sécurité publique Canada pouvant aller jusqu’à la moitié du coût total, et ce, jusqu’à concurrence de 100 000 $ par projet.  Le député fédéral de Bourassa, M. Emmanuel Dubourg, invite les organismes admissibles à soumettre une demande de financement. La date limite pour soumettre une demande est le 31 janvier 2019.

Pour de plus amples renseignements sur le PFPIS et pour présenter une demande, veuillez consulter le site Web suivant : https://www.publicsafety.gc.ca/cnt/cntrng-crm/crm-prvntn/fndng-prgrms/scrt-nfrstrctr-prgrm-fr.aspx.  (Source : Bureau de Emmanuel Dubourg)


Le SPVM crée une équipe dédiée à la lutte au marché noir du cannabis

Le comité exécutif de la Ville de Montréal a autorisé cette semaine l’octroi d’un montant de 1 314 900 $ visant le déploiement d’une équipe au sein du SPVM qui sera dédiée exclusivement à la lutte contre la contrebande du cannabis.

Ce soutien financier provient du gouvernement provincial dans le cadre du programme ACCES Cannabis. Il permettra de financer l’emploi de 26 policiers et de deux employés administratifs. Le même montant sera renouvelé au début de 2019 pour couvrir la période de janvier à mars.

Rappelons que le gouvernement fédéral a légalisé la vente du cannabis le 17 octobre dernier. Au Québec, la vente du cannabis n’est autorisée que dans les succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC). La production à des fins personnelles et la vente en dehors des points de vente gouvernementaux sont interdites.

« La mise sur pied d’une équipe du SPVM réservée exclusivement à la lutte contre le marché noir du cannabis s’inscrit dans l’optique de réduction des méfaits, démarche défendue par notre administration. Ces policiers travailleront sur le terrain afin de réaliser des enquêtes dans le but d’assurer la sécurité de la population montréalaise », a déclaré Rosannie Filato, membre du comité exécutif, responsable du développement social et communautaire, de l’itinérance, de la jeunesse, de la condition féminine, des sports et loisirs.

« Les enquêtes de l’équipe d’ACCES Cannabis viseront à réduire le marché noir, où la qualité du cannabis est loin d’être garantie, et à inciter les acheteurs à se procurer légalement des produits dans les succursales autorisées de la SQDC », a précisé Nathalie Goulet, membre du comité exécutif, responsable de la sécurité publique.

Le programme ACCES Cannabis s’ajoute à des programmes visant à contrer les économies souterraines comme ACCES Tabac et ACCEF dans le domaine des crimes à caractère économique. Selon la Sûreté du Québec, le programme ACCES Tabac a permis de diminuer la part du marché noir de 30 % à 12 %, de 2009 à 2018. (Source : Ville de Montréal)


Lancement d’un premier programme technique spécialisé en intelligence artificielle

Le Collège de Bois-de-Boulogne et le Cégep de Sainte-Foy annoncent fièrement le lancement d’un tout premier programme d’études collégiales spécialisé en intelligence artificielle (IA). Ce programme conduisant à l’attestation d’études collégiales (AEC) et intitulé Spécialisation technique en IA (LEA.D1), vise à répondre à une demande exponentielle du marché du travail. « Parmi les défis les plus urgents auxquels nous sommes confrontés, il en est un qui revêt une importance capitale et qui nous interpelle particulièrement : l’adaptation continue de la formation collégiale et de la recherche appliquée face au développement de l’intelligence artificielle. Cette technologie connaît une progression fulgurante au Québec, particulièrement à Montréal et dans la Capitale-Nationale », mentionne Guy Dumais, directeur général du Collège de Bois-de-Boulogne.

Le programme accueillera une première cohorte à la formation continue du Collège de Bois-de-Boulogne dès février 2019, et au Cégep de Sainte-Foy au printemps 2019. Ce programme pourra être offert à temps complet (Source : Collège BdeB)


Rappel et conditions de publication

S’il-vous-plait, prenez note que nous publierons avec plaisir vos communiqués si vous nous les faites parvenir en texte dans votre courriel  à  journaldesvoisins@gmail.com avant le mercredi, 17 h, pour publication le vendredi qui suit. Nous ferons peut-être un copier/coller pour éviter les erreurs. SVP noter le format des communiqués ci-dessus (Un titre, pas de gras, pas de majuscules, limiter les paragraphes, indiquer (Source : xxx) à la fin, etc). Par respect pour nos annonceurs qui paient pour annoncer et qui nous font vivre, nous publions affiches avec entente de paiement seulement.  Pour plus de visibilité, réservez un emplacement publicitaire.  Les tarifs Web, sont ici. Pour un tarif spécial OBNL, appelez-nous au 514 770-0858.

Compte tenu du volume élevé de communiqués que nous recevons et de notre petite équipe, nous ne publions les communiqués qu’une semaine et nous n’avons pas le temps d’envoyer d’accusé-réception. Notez également que nous ne publions pas nécessairement les photos.  Aidez-nous: relisez-vous avant d’expédier votre courriel ; n’envoyez pas plusieurs versions ! Autant que faire se peut, le texte doit être lisible, intéressant, d’une longueur raisonnable, et sans faute. Nous nous réservons le droit de raccourcir les textes trop longs. (La rédaction)

Si ce n’est pas déjà fait, pour aussi peu que 3 cents par jour (10$ par année), aidez votre journal communautaire. Devenez membre ici! 

Prenez note que cette chronique est interrompue pour la période des Fêtes. Nous reprendrons sa publication le 18 janvier prochain. Merci de votre compréhension.