Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Les Brèves – Semaine du 15 mars 2019

Publié le 10/03/2019
par Rédaction

Les faits saillants du conseil d’arrondissement du 11 mars 2019

Sur la photo avec les élu(e)s, les trois femmes honorées lors de la signature du livre d’or au conseil d’arrondissement du 11 mars 2019 sont Fanny Chagnon (assise), Nathalie Fortin (à sa droite) et Yara El-Ghadban (à sa gauche) (Photo : jdv – P. Rachiele)

Trois femmes honorées

Afin de souligner la Journée internationale des femmes qui a eu lieu le 8 mars, les élu(e)s du conseil ont invité Mmes Nathalie Fortin, Yara El-Ghadban et Fanny Chagnon à signer le livre d’or de l’arrondissement.

Mme Nathalie Fortin a travaillé pendant dix-huit années au Conseil local des organismes communautaires (CLIC) de Bordeaux-Cartierville, dont quinze ans à titre de directrice. L’apport  considérable de Mme Fortin aura été sans conteste le rapprochement des différentes communautés qui composent le tissu social de Bordeaux-Cartierville et la lutte aux inégalités sociales. Pendant ses années à la tête du CLIC, Mme Fortin a aussi activement contribué à la réalisation de projets marquants pour le quartier, dont la construction du YMCA Cartierville et la revitalisation de la rue commerciale Gouin Ouest.

Résidente de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, Mme Fanny Chagnon est un modèle inspirant de persévérance et de réussite. Atteinte de dystrophie musculaire (ataxie), Mme Chagnon est bachelière en biochimie (Université de Montréal), détentrice d’une maîtrise en virologie et immunologie (INSR) et docteure en médecine expérimentale (Université de McGill). Épouse et mère de deux enfants (11 et 13 ans), elle s’implique activement au sein de l’organisme Dystrophie musculaire Canada. Elle est aussi ambassadrice provinciale de la Dystromarche de Montréal.

Mme Yara El-Ghadban est romancière, anthropologue et musicienne. Sa famille a quitté la Palestine pour s’établir à Montréal (dans Bordeaux‐Cartierville) en 1989 après un long parcours de migrations qui l’a menée, entre autres, en Argentine, au Liban et au Yémen. Auteure de trois romans, elle a été lauréate du Prix Victor‐Martyn‐Lynch‐Staunton du Conseil des arts du Canada 2017, qui récompense des artistes canadiens en mi‐carrière qui ont accompli des réalisations exceptionnelles dans une discipline. Elle a aussi collaboré avec la bibliothèque d’Ahuntsic, l’organisme Concertation-femme et le Carrefour d’aide aux nouveaux arrivants (CANA) en assurant la direction éditoriale des Récits du cœur, carnets de migration à Montréal, publié en 2018. Ce projet rassembleur a donné la parole à des personnes venues récemment s’établir au Québec.

Soutien à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale
Les membres du conseil ont approuvé le versement d’un montant de 322 895,70 $ à divers organismes de l’arrondissement qui, par leurs actions, contribuent à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale des résidents.

En 2019, cette somme permettra la réalisation de 21 projets par des organismes à but non lucratif d’Ahuntsic-Cartierville. Ces projets amélioreront les conditions de vie des clientèles ciblées soit, principalement, les familles immigrantes, les familles à faible revenu, les enfants, les jeunes et les aînés.

Planification des secteurs environnant les gares Ahuntsic et Chabanel
Les élu(e)s ont accordé un contrat d’un montant de 89 795,48 $ à la firme L’Atelier urbain inc. pour la réalisation d’une planification urbaine détaillée du secteur des gares de trains Ahuntsic et Chabanel. Cette planification se basera sur des critères de développement établis pour les aires TOD (Transit Oriented Development). Ceux-ci préconisent la densification et l’urbanisation selon une approche de planification détaillée aménagement/transport, et ce, afin d’atteindre l’objectif d’orienter 40 % de la croissance des ménages du territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal aux abords des points d’accès au réseau de transport en commun métropolitain.

Programme de réfection routière 2019
Dans le cadre de son Programme de réfection routière 2019, l’arrondissement procédera à divers travaux d’infrastructures visant à améliorer l’état de ses réseaux, souterrains et routiers. Au cours de la séance, les élu(e) ont adopté deux résolutions autorisant la prise en charge, par l’arrondissement, de la conception et de la réalisation de travaux sur des tronçons de rues relevant de la ville centre.

Grâce à une équipe de la Division des études techniques consolidée, l’arrondissement augmentera en effet considérablement le nombre de chantiers d’amélioration des infrastructures souterraines (qui visent notamment la reconstruction des conduites d’aqueduc et le remplacement de services en plomb) et procédera à la reconstruction complète de la chaussée et des trottoirs ainsi que des saillies sur une série de rues artérielles et résidentielles d’Ahuntsic-Cartierville.

Nominations au Comité consultatif local de patrimoine et de toponymie
Les élu(e)s ont procédé aux nominations suivantes au Comité consultatif local de patrimoine et de toponymie :

  • en qualité de membre citoyen, Mme Maria Ines Subercaseaux et Mme Geneviève Sénécal sont nommées pour une période de deux ans;
  • par ailleurs, Mme Diane Archambault-Malouin, membre désigné par la Société d’histoire du domaine Saint-Sulpice,  M. Gilles Boulay, membre désigné par Les amis du boulevard Gouin et M. Claude Lalonde, membre citoyen, sont reconduits également pour une période de deux ans.

Rappelons que c’est en 2016 que l’arrondissement a décidé de créer un comité constitué de personnes représentants des organismes œuvrant dans les domaines de l’histoire et du patrimoine de l’arrondissement ainsi que de résident(e)s d’Ahuntsic-Cartierville, afin de prendre en compte les aspects historiques et patrimoniaux comme enjeux de développement urbain. (Source : Arrondissement)


GUEPE met en valeur la vie aquatique de la rivière des Prairies

Afin de reconnecter la collectivité à la riche nature des berges et de la rivière des Prairies et grâce à un don de plus de 6 400 $ de la Fondation TD des amis de l’environnement, le Groupe uni des éducateurs-naturalistes et professionnels en environnement (GUEPE) a actualisé, conçu et animé trois activités éducatives mettant en lumière l’écosystème de la rivière des Prairies.

Plus spécifiquement, ce projet éducatif a permis de bonifier les animations intitulées Becs et plumes, L’eau dans tous ses états et Vie aquatique, dont le but est de multiplier les occasions de faire connaître à la collectivité l’importance et le rôle des berges en milieu urbain. Deux ateliers scientifiques ont été animés à l’école primaire de la Visitation et deux classes de l’école primaire du Carignan ont gagné une sortie éducative sur le thème des oiseaux, au pavillon d’accueil du Parcours Gouin.

« Le don de la Fondation TD des amis de l’environnement a permis de sensibiliser les jeunes et les citoyens à l’importance de la biodiversité des berges de la rivière des Prairies, comme un écosystème à part entière. Cela crée un sentiment d’appartenance à la nature de cet écosystème méconnu, permet de mieux l’apprécier et de susciter chez les individus l’envie de le protéger », explique Pascal Lynch Caron, responsable des communications et du marketing chez le GUEPE. (Source : GUEPE)


Journée d’échanges citoyens par Mélanie Joly

Mélanie Joly, députée d’Ahuntsic-Cartierville organise le 16 mars, une journée « Au service de vos idées ». Huit ateliers thématiques, une plénière et une célébration de clôture pour permettre aux résidentes et aux résidents présents d’échanger sur leurs besoins, leurs priorités et leurs idées, tant à l’échelle de leur quartier qu’à l’échelle nationale fédérale. (Source : Bureau de Mélanie Joly)


Un nouveau règlement pour trottinettes et vélos en libre service sans ancrage

Le responsable de l’urbanisme et du transport de Montréal, Eric Alan Caldwell a annoncé que la Ville de Montréal se dotera d’un nouveau règlement afin d’encadrer l’exploitation des services de véhicules non immatriculés en libre-service sans ancrage, comme les vélos ou les trottinettes, électriques ou non. Ce règlement, inspiré des expériences étrangères, permettra de fixer un cadre clair afin de responsabiliser les opérateurs intéressés à s’installer à Montréal. Le but est d’encadrer ces nouveaux services de mobilité pour favoriser les déplacements de tous les citoyens, tout en assurant une occupation ordonnée du domaine public.

Le règlement, élaboré par la ville centre en collaboration avec les arrondissements, définit trois espaces dédiés au stationnement de ces véhicules : sur les supports à vélos (dans les 19 arrondissements), dans les zones de dégagement de 5 mètres d’une intersection identifiée à l’annexe du règlement (une quarantaine prévues dans l’arrondissement de Ville-Marie pour débuter) ou dans les aires désignées identifiées à l’annexe (aucune zone n’est identifiée pour le moment).

Les exploitants doivent également se procurer un permis dont les frais sont établis en fonction de la taille du parc de véhicules du même type (trottinettes/vélos) qu’ils souhaitent déployer sur le territoire. Les tarifs sont d’un minimum de 15 000$ et peuvent aller jusqu’à plus de 27 500$.

Le règlement prévoit aussi que chaque exploitant assume la tâche de déplacer ses véhicules qui entravent la voie publique ou qui sont mal stationnés. Si l’exploitant failli à sa tâche, la Ville se réserve le droit de procéder à sa place et de lui facturer les frais associés à l’enlèvement et l’entreposage des véhicules. (Source : Ville de Montréal)


Une cuisine de rue qui mise sur les rassemblements événementiels pour la Ville de Montréal

Après des années à soutenir et encadrer la cuisine de rue sur le territoire montréalais, la Ville de Montréal misera sur les rassemblements événementiels autour de la cuisine de rue pour permettre à ce marché de passer en deuxième vitesse.

L’expérience des dernières années a permis de constater que l’offre quotidienne n’est pas aussi performante que les rassemblements de camions, comme les Premiers vendredis du mois au Stade olympique et les activités au parc Tolhurst dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Afin de donner plus de flexibilité à l’industrie, Montréal ne reconduira pas son règlement central 15-039, désignant des emplacements précis aux restaurateurs. Ce qui signifie que la gestion de la cuisine de rue revient maintenant entre les mains des arrondissements. Pour l’instant, rien n’a été annoncé de spécifique pour Ahuntsic-Cartierville. (Source : Ville de Montréal)


Une application faite par un Ahuntsicois pour aider l’apprentissage

L’idée est simple derrière l’app Emma’s Words : permettre à l’enfant d’apprendre le vocabulaire qu’on lui enseigne à l’école, les mots, les expressions, et même la conjugaison de verbes. L’enfant crée un exercice, entre des mots et enregistre sa propre voix. Ensuite, il les révise et complète un quiz où il doit orthographier correctement ce qu’il entend. Emma accompagne l’enfant et montre sa joie selon les résultats.

« Le plus important, c’est que l’enfant crée lui-même ses exercices et les révise bien; c’est là que s’effectue l’apprentissage », explique Jean-Pierre Fortin, développeur de Emma’s Words et président du comité de parents de l’école le Jardin-Bleu.

Disponible sur App Store et Google Play, l’app permet aussi de suivre les progrès en conservant les résultats des derniers quiz joués. Le détail de l’exercice conserve les résultats pour chaque mot. On peut ainsi savoir quels mots sont plus difficiles à apprendre. L’app n’est pas là pour remplacer le parent, ce n’est qu’un outil supplémentaire.

La version gratuite de Emma’s Words limite le nombre de mots ou expressions à trois par exercice. Le but de cette version est de permettre d’essayer l’application avant de l’acheter. La version complète coûte un seul montant de 6,99$. (Source : Joanie Léveillé)


Prévenir et composer avec les problèmes émotifs et comportementaux au collège :

Le Collège de Bois-de-Boulogne a eu le privilège le 13 mars d’accueillir Dr Égide Royer, psychologue et professeur associé à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval, pour mettre en lumière des mesures efficaces pour améliorer la formation des enseignants.

Actuellement, les défis de la profession enseignante sont nombreux. À cet effet, le Collège de Bois-de-Boulogne s’est engagé concrètement face aux enjeux liés à l’enseignement en ajoutant récemment à son offre de formation le Parcours SH-BAC en éducation : un arrimage pédagogique entre le Collège de Bois-de-Boulogne et l’Université de Montréal pour la formation des enseignants. Une première au Québec!

Dans sa conférence destinée au personnel des douze cégeps de la grande région de Montréal, Dr Égide Royer a présenté des cas concrets et des pratiques éprouvées qui font souvent une différence dans l’intervention auprès des jeunes présentant des problèmes émotifs et de comportement, tout en améliorant la qualité de vie professionnelle des travailleurs de l’éducation. (Source : Collège BdeB)


Rappel et conditions de publication

S’il-vous-plait, prenez note que nous publierons avec plaisir vos communiqués si vous nous les faites parvenir en texte dans votre courriel  à  journaldesvoisins@gmail.com avant le mercredi, 17 h, pour publication le vendredi qui suit. Nous ferons peut-être un copier/coller pour éviter les erreurs. SVP noter le format des communiqués ci-dessus (Un titre, pas de gras, pas de majuscules, limiter les paragraphes, indiquer (Source : xxx) à la fin, etc). Par respect pour nos annonceurs qui paient pour annoncer et qui nous font vivre, nous publions affiches avec entente de paiement seulement.  Pour plus de visibilité, réservez un emplacement publicitaire.  Les tarifs Web, sont ici. Pour un tarif spécial OBNL, appelez-nous au 514 770-0858.

Compte tenu du volume élevé de communiqués que nous recevons et de notre petite équipe, nous ne publions les communiqués qu’une semaine et nous n’avons pas le temps d’envoyer d’accusé-réception. Notez également que nous ne publions pas nécessairement les photos.  Aidez-nous: relisez-vous avant d’expédier votre courriel ; n’envoyez pas plusieurs versions ! Autant que faire se peut, le texte doit être lisible, intéressant, d’une longueur raisonnable, et sans faute. Nous nous réservons le droit de raccourcir les textes trop longs. (La rédaction)

Si ce n’est pas déjà fait, pour aussi peu que 3 cents par jour (10$ par année), aidez votre journal communautaire. Devenez membre ici!

.