Deux immeubles de Cartierville voués aux «rénovictions» après un incendie ont été transformés en logements abordables. Un organisme d’habitation à but non lucratif (OBNL), Interloge, a pu soustraire ainsi 79 logements au marché spéculatif.

Les appartements sociaux et abordables du 11945 et du 11955, rue Lachapelle. (Photo : Amine Esseghir, JDV)

L’OBNL avait fait l’acquisition des deux bâtiments mitoyens, le 11945 et le 11955, rue Lachapelle, au printemps 2023. Ces édifices avaient été au centre d’un drame pour les locataires après un incendie survenu en 2020. Une quarantaine de ménages s’étaient retrouvés à la rue.

Le 7 avril 2020, le feu avait pris dans le garage, détruisant l’installation électrique. Par ailleurs, quatre appartements avaient été fortement endommagés.

Les immeubles étaient devenus inhabitables. Les locataires devaient être relogés à l’hôtel, d’abord aux frais de la Ville de Montréal.

Toutefois, à peine un mois après l’incident, les propriétaires, Aldo Construction et Construction Éric Longpré, demandaient aux locataires, dont nombre d’entre eux ne parlent ni français ni anglais, de vider leurs logements ou de quitter les lieux avant le 25 mai 2020 pour effectuer des travaux de rénovation. Ceux qui ont résilié leurs baux ont reçu 250 $ d’indemnité et un mois de loyer.

Les autres demeureront à l’hôtel, huit mois. D’abord parce que les propriétaires tardent à lancer les travaux. Puis, parce qu’une fois les travaux achevés, fin septembre 2020, les logements ne sont pas aux normes. Le bâtiment demeure inhabitable. Les locataires sinistrés ne sont pas autorisés à réintégrer leurs logements.

Trouver une solution

À l’automne 2020, les propriétaires reçoivent environ 5000 $ en avis d’infractions et la Ville menace de demander le remboursement des frais d’hébergement des locataires, rétroactivement depuis le 1er juillet de la même année.

Les organismes de défense des locataires s’inquiètent alors de voir les travaux de réfection, après l’incendie, servir de prétexte pour convertir les logements en appartements de luxe que les anciens locataires ne pourraient plus se payer.

Finalement, en 2023, Interloge intervient. L’organisme a dû trouver 17 M$ pour mener à bien la transaction. Le montage financier a été rendu possible grâce, entre autres, à l’apport du Fonds capital pour TOIT, du gouvernement du Québec et du Fonds de solidarité FTQ. La Ville de Montréal a contribué également à hauteur de 2,5 M$.

Les appartements ont tous été versés dans le parc des logements abordables. Pour obtenir l’un de ces appartements, un(e) candidat(e) doit remplir les critères requis par le Programme d’habitation abordable Québec. Une personne seule doit gagner moins de 47 518 $; une famille de quatre, moins de 95 036 $. Les loyers mensuels se situent, en moyenne, autour de 834 $. Au moment de l’inauguration officielle en septembre 2023, tous les logements étaient déjà loués.

Intégrer aux nouveaux développements

Un immense projet est en train de monter très vite et il changera le visage du vieux secteur industriel et commercial de Chabanel, dans le district Central.

Situées à l’angle des rues Meilleur et Chabanel, six tours à logements de 12 à 15 étages sont en train de sortir de terre. C’est le projet Anima, mené par SBI Development, qui remplace de vieux ateliers et un stationnement désuet sur le terrain du 9300, rue Meilleur.

Au milieu de ce projet pharaonique de 1285 logements au total, 190 logements communautaires seront construits dans une des tours de ce complexe.

Outre les logements sociaux et abordables dans les nouveaux projets, ce sont aussi 85 logements communautaires construits par Les Habitations communautaires de Saint-Laurent et le Romel, dans un quadrilatère situé entre la rue Sauvé Ouest et le boulevard de l’Acadie. Les travaux sont terminés depuis 2020 et le bâtiment jouxte les tours du projet Voltige où culmine l’immense tour de 27 étages pour 210 logements de luxe. Au total, le projet comptera 419 unités réparties entre quatre tours.

Enfin, les Habitations Nicolas-Viel vont construire, à l’angle des rues Meilleur et Sauvé Ouest, 73 logements abordables, dans le cadre du projet Crown.

Cet article a été tiré du numéro d’été du Journal des voisins (version imprimée) dont le dossier principal est consacré au logement.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

COMMUNIQUÉ : UNE 1ÈRE JOURNÉE INSTITUTIONNELLE DÉDIÉE À L’ENVIRONNEMENT AU COLLÈGE ANDRÉ-GRASSET POUR FORMER LES ÉCOCITOYENS DE DEMAIN

Montréal, le 26 septembre 2023 – Le Collège André-Grasset a souhaité poursuivre…

Le pont Papineau fermé en fin de semaine

Le pont Papineau (pont Papineau-Leblanc), ainsi qu’une portion de l’autoroute 19, sera…
Pavillon des bâtisseurs PR (2) Itinérants

Pourquoi un centre pour itinérants à Bordeaux?

L’ouverture d’un centre d’hébergement pour une cinquantaine d’itinérants dans le quartier Nouveau-Bordeaux…
École transitoire Marie-Anne

Quelles écoles pour les nouveaux développements sur la rue Meilleur?

Il se construira un peu plus de 1600 logements, donc pour autant…