Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

ÉLECTION 2018

Marie Montpetit: rien pour acquis! /Manon Gauthier: déplore le ton

Publié le 31/08/2018
par Alain Martineau

La députée et ministre Marie Montpetit à son lancement de campagne (Photo: jdv P. Rachiele)

Marie Montpetit affirme «ne rien prendre pour acquis» même si un sondage Léger sorti juste avant le déclenchement officiel de la campagne électorale, lui accorde la première place dans les intentions de vote dans la nouvelle circonscription de Maurice-Richard, autrefois Crémazie.

La députée sortante de la circonscription du nord de la ville, élue pour une première fois sous l’étiquette du Parti libéral du Québec (PLQ) en 2014, part donc en avance sur la Coalition Avenir Québec (CAQ), en deuxième même si son organisation est toute nouvelle.

« Je suis confiante, a affirmé Mme Montpetit, au journaldesvoisins.com, mais comme à chaque élection, je ne prends rien pour acquis », a pris soin d’ajouter celle qui a été nommée ministre de la Culture en octobre dernier.

Au début de son mandat, Marie Montpetit avait été désignée adjointe parlementaire de la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique. Par la suite, elle était devenue adjointe parlementaire du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette.

Marie Montpetit a procédé samedi dernier au lancement de sa campagne avec l’ouverture officielle de son bureau d’élection au 1577 Fleury est (entre les rues Curotte et Francis), devant 150 personnes, selon son estimation.

« Nous avons une équipe solide ici. J’ai rencontré de nombreuses personnes récemment et les échos que j’ai sont on ne peut plus positifs. Depuis mon élection,  j’ai toujours misé sur une gouvernance de proximité dans la circonscription. La preuve en est que j’ai participé à des centaines d’activités », a-t-elle insisté.

Pour les analystes politiques, un candidat ou une candidate occupant un portefeuille ministériel profiterait d’une «prime» pouvant aller jusqu’à 5% en termes de votes.

Le sondage Léger-Journal de Montréal-LCN donne Marie Montpetit, la députée du Parti libéral du Québec (PLQ), gagnante devant la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ), mais la lutte s’annonce tout de même serrée, compte tenu des marges d’erreur. Mme Montpetit obtiendrait 28,1 pour cent des intentions de vote mais la CAQ (avec Manon Gauthier) la talonne avec 25%, suivi du PQ avec Frédéric Lapointe (21,8 pour cent) et de Québec solidaire (avec Raphael Rebelo) avec quand même 18,4% des intentions de vote pour fermer la marche.

SI jamais il y a du mouvement parmi les électeurs, dont bon nombre sont encore indécis, la lutte pourrait devenir corsée si bien, que l’un ou l’autre des candidats pourrait se faufiler et devenir pour quatre ans le ou la représentante de la nouvelle circonscription montréalaise.

Engagements électoraux

Devant ses militants, Marie Montpetit a insisté sur ses priorités depuis son élection soit l’éducation, la santé et la valorisation du patrimoine québécois.

« Au cours de mes quatre années de mandat, a dit la députée, on a obtenu des gains substantiels ici : changement de nom de la circonscription afin d’honorer Maurice Richard (l’ex-joueur vedette du Canadien de Montréal), rénovations et agrandissements des écoles du quartier dont un grand projet pour Sophie-Barat, restauration de l’église de la Visitation et création d’une maison des naissances, entre autres. Les gens me connaissent bien et savent qu’ils peuvent compter sur moi. Je suis une élue de proximité et d’action et je suis fière de mon bilan » a-t-elle ajouté.

Interrogée sur le fait que les Québécois ont pu assister en direct à un mini-remaniement ministériel lors de la présentation de la candidate libérale Gertrude Bourdon à Québec, Mme Montpetit a estimé que ce n’était pas une intervention «inusitée».

«  Lors de la campagne de 2014, souvenez-vous que notre chef Philippe Couillard avait présenté le trio économique de l’éventuel gouvernement », a indiqué la ministre.

On s’attend à ce que le premier ministre Couillard se pointe dans la circonscription. La coutume, au PLQ, veut que le chef se pointe dans une résidence de personnes âgées sur le boulevard Gouin.

« M. Couillard viendra dans la circonscription » a confirmé Mme Montpetit au jdv.

« Grâce aux actions de notre gouvernement, nous avons retrouvé les moyens de nos ambitions, a estimé celle qui cherche un deuxième mandat. Au cours des prochaines semaines, nous prendrons des engagements concrets pour faciliter la vie de tous les Québécoises et les Québécois », a promis Marie Montpetit.

Manon Gauthier et la CAQ en mouvement

La candidate de la CAQ, Manon Gauthier, sur La Promenade Fleury (Photo: jdv J. Collet)

Même si elle est arrivée sur le tard dans la campagne, Manon Gauthier, la candidate de la CAQ dans Maurice-Richard qui vient du monde culturel et des communications-marketing, demeure résolument optimiste pour le 1er octobre.

Désignée candidate tout récemment, et ne demeurant pas dans la circonscription (comme la candidate libérale Marie Montpetit), Manon Gauthier n’hésite pas à enfourcher son vélo pour mener campagne.

« Je sens l’adrénaline se manifester au quotidien, c’est très  valorisant faire de la politique, échanger avec les gens, qui désirent du changement. Cette élection sera historique » dira-t-elle en entrevue au journaldesvoisins.com.

Ce n’est que tout récemment que l’ex-conseillère municipale responsable de la Culture et du Patrimoine dans le comité exécutif de la Ville de Montréal avec l’équipe de Denis Coderre, est revenue dans Ahuntsic, quartier qu’elle a habité alors qu’elle était adolescente, fréquentant le Cégep Ahuntsic.

Elle s’est installée dans des locaux au coin des rues Fleury et Christophe-Colomb. Elle a mobilisé une équipe de bénévoles, qui ont eu l’occasion samedi dernier de participer au lancement de campagne.

Sur le terrain, elle dit sentir que les électeurs souhaitent du changement.

« Je sens l’engouement pour cette élection, les gens sont avides d’échanger sur les enjeux qui les préoccupent. On sent la fatigue» (le gouvernement libéral est au pouvoir depuis 15 ans sauf une courte période alors que la péquiste Pauline Marois a dirigé un gouvernement minoritaire entre 2012 et 2014). « Les gens craignent l’immobilisme. En même temps, ils veulent que l’on parle de choses positives, ils ne veulent pas entendre les partis se dénigrer », a-t-elle noté.

Propos déplorables

Mais en ce début de campagne, elle déplore le ton adopté par certaines de ses adversaires dont les candidates Christine St-Pierre (PLQ, L’Acadie) et Marwah Rizqy (PLQ,  St-Laurent) qui, selon elle, ajoute au cynisme envers la politique.

Interrogée sur les propos virulents tenues par deux candidates libérales qui se présentent à  l’ouest de notre circonscription, Manon Gauthier a déploré le fait que certaines s’éloignent d’une campagne que d’aucuns auraient souhaité «positive».

« Tout ça alimente le cynisme, car des gens dévient des priorités que veulent entendre les électeurs. Parlons des priorités des quartiers. Je déplore vivement toute approche négative, revenons au contenu, aux vrais enjeux, vous voyez, ça prend du changement », a-t-elle lancé.

Rappelons que lundi dernier, les chefs des trois partis d’opposition ont dénoncé, à des degrés différents, la teneur des propos de Christine St-Pierre et Marwah Rizqy après que la CAQ eut dévoilé la teneur des conversations qu’ont eues le chef caquiste et Gertrude Bourdon, qui s’était montrée intéressée à joindre les rangs de la CAQ pour finalement changer d’idée et opter pour le PLQ (elle irait à la Santé si le PLQ est réélue).

Les deux candidates libérales ont dénoncé ce qu’elles appellent «le féminisme de façade de la CAQ», accusant François Legault d’avoir fait couler des entretiens privés parce qu’ «elle est une femme». Mme Rizqy est allée plus loin en le comparant au président américain Donald Trump (sic), ce qui en a fait sourciller plusieurs, dont pratiquement tous les commentateurs politiques.

Quoi qu’il en soit la candidate caquiste dans Maurice-Richard souhaite des débats sereins et continue sa politique de «portes ouvertes» pour les gens qui veulent discuter de politique avec elle.

Manon Gauthier prévoit des «moments forts» et des «visites surprises»  pendant la campagne, à l’occasion d’événements «rassembleurs».

« Je continue sur ma lancée, convaincre un citoyen ou une citoyenne à la fois », a conclu Mme Gauthier.