piscine sophie barat en construction 2
(Photo : Philippe Rachiele, JDV)
La piscine Sophie-Barat (Photo: archives jdv)

Fermée depuis plus d’un an pour des rénovations majeures, la piscine de l’école secondaire Sophie-Barat ouvrira à nouveau ses portes prochainement. Comme dans l’ensemble de ses établissements équipés d’une piscine, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) met en place diverses mesures, afin d’assurer la sécurité des élèves durant les cours de natation.

À la CSDM, lorsqu’un cours d’éducation physique se déroule à la piscine, la présence d’un sauveteur est « obligatoire ». En effet, le responsable des relations de presse de la CSDM, Alain Perron, a confirmé à journaldesvoisins.com que la seule présence d’un professeur d’éducation physique n’est pas suffisante pour assurer la sécurité à la piscine pendant un cours.

« L’enseignant doit constamment être accompagné d’un sauveteur, voire plusieurs, selon le nombre d’élèves dans l’eau », a expliqué Alain Perron, précisant qu’un enseignant d’éducation physique n’a pas l’obligation de savoir nager. Il doit toutefois avoir suivi un cours de secourisme.

Rappelons qu’au Québec, c’est le Règlement sur la sécurité des bains publics qui légifère la surveillance d’une piscine. Il stipule notamment que lorsqu’une piscine est utilisée exclusivement pour des cours dispensés par un professeur d’éducation physique, celui-ci est suffisant s’il n’y a pas plus de 30 baigneurs dans l’eau, contrairement au règlement mis sur pied par la CSDM.

Selon le règlement provincial, lorsque le nombre de baigneurs se situe plutôt entre 31 et 60, l’enseignant doit être accompagné d’un surveillant-sauveteur. Toutefois, dans ce contexte, l’enseignant doit avoir « complété au sein de sa formation universitaire, un minimum de 90 heures d’activités pédagogiques en natation », sinon d’autres parties du règlement s’appliquent.

Le rôle du sauveteur

À la piscine de l’école Sophie-Barat, les sauveteurs, qui assureront la sécurité des baigneurs, seront embauchés par la Ville de Montréal. « Ces derniers devront tous posséder un brevet de Sauveteur national, puisque c’est obligatoire », a précisé le responsable des relations de presse de la CSDM.

Pour obtenir sa certification, le sauveteur doit suivre une formation qui respecte les normes internationales du secteur du sauvetage. Au Québec, c’est la Société de sauvetage qui forme les sauveteurs, alors que dans plusieurs autres provinces du Canada c’est plutôt la Croix-Rouge qui s’acquitte de cette tâche.

« Le rôle principal d’un sauveteur est de faire de la prévention, afin d’éviter qu’un incident arrive », soutient la coordonnatrice du programme de prévention et de sécurité de la Croix-Rouge canadienne, Sylvie Santerre.

Elle affirme que les sauveteurs sont non seulement formés pour aider une personne en difficulté dans l’eau et pour donner les premiers soins, mais ils sont également formés à surveiller efficacement un plan d’eau. Entre autres, le sauveteur doit constamment faire un balayage de la piscine avec les yeux, toujours être assis sur sa chaise prêt à intervenir et rester alerte à ce qui se passe autour de lui.

Outre la présence de sauveteurs, d’autres mesures de sécurité sont nécessaires autour d’une piscine.

« Il y a une réglementation provinciale en ce qui concerne l’équipement, mais chaque piscine implante également sa propre réglementation, explique Sylvie Santerre.

À la Croix-Rouge, on recommande des règlements en fonction du gros bon sens, comme ne pas courir;  enlever ses souliers avant de marcher sur le pont de la piscine, etc. »

Réouverture imminente

Rappelons qu’aucune date officielle n’a encore été annoncée en ce qui concerne la réouverture de la piscine Sophie-Barat. Selon les dernières informations obtenues par journaldesvoisins.com à la fin du mois de février, l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville devrait prochainement en faire l’annonce.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Les jeunes de Bordeaux-Cartierville prennent le micro au Studio 12-17

En juillet dernier, la maison des jeunes de Bordeaux-Cartierville inaugurait le Studio 12-17,…
ordures sacs noirs rue Sauvé Est

Les sacs noirs envahissent les rues du Sault-au-Récollet

Plusieurs citoyens du Sault-au-Récollet et de la Promenade Fleury semblent avoir été…

Une pétition pour ralentir la circulation sur la rue Lachapelle

Les gens d’affaires de Cartierville se sont mobilisés pour demander la réduction…

L’Opération sac à dos vient en aide à 830 enfants d’Ahuntsic-Cartierville

L’Opération sac à dos consiste à soutenir les enfants issus de familles…