Vue de l’entrée principale de la piscine Sophie-Barat (Photo: jdv archives)

Avec le mois de novembre, la Ville de Brossard a décidé d’interdire toute nudité dans les vestiaires de ses piscines. Alors que cette municipalité de la Rive Sud a décidé d’agir pour calmer les plaintes de certains de ses usagers, qu’en est-il de Montréal et de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville ?

La municipalité de Brossard a prévenu ses résidants dans son bulletin d’informations mensuel qu’il ne serait plus permis aux hommes et aux femmes de se promener nus dans leurs vestiaires respectifs ou dans les douches des piscines municipales. La ville affirme avoir dû prendre cette mesure pour répondre aux nombreuses plaintes sur la nudité formulées par les usagers des piscines.

Si, pour le moment, cette sanction n’est qu’un simple avertissement, il permet aux usagers de s’habituer d’ores et déjà à ces règles qui seront obligatoires au nouveau complexe aquatique de Brossard prévu pour 2019 où les espaces seront universels et non divisés selon les sexes. Les vestiaires mixtes comme au futur complexe sportif de Brossard tendent à devenir la norme pour être plus inclusif et répondre aux besoins les handicapés qui pourraient être accompagnés par une personne du sexe opposé.

Montréal, pas encore visée

Pour le moment, aucune sanction similaire n’existe dans les piscines de la Ville de Montréal ni dans Ahuntsic-Cartierville. Lorsque nous avons posé la question au service des communications de l’arrondissement, voici ce que l’on nous a répondu :

« Après vérification, il n’y a pas de règlement en vigueur en ce sens dans l’arrondissement, sans compter que nous n’avons reçu aucune plainte et aucune situation problématique n’a été portée à notre attention. »

Effectivement dans le cas de la piscine Sophie-Barat aucune plainte n’a encore été enregistrée.

Quant à la situation qui prévaut à la piscine du Centre Claude-Robillard, journaldesvoisins.com n’a pas obtenu d’information à ce sujet pour l’instant puisque l’appel de votre média au Centre a été réacheminé au service des communications de l’arrondissement.

Il semble d’ailleurs que chaque arrondissement fasse sa propre réglementation à ce sujet.

La discrétion est de mise

L’un des employés de la piscine Sophie-Barat explique toutefois qu’en cas de problème, les habitués n’hésiteraient pas à venir les trouver et ils régleraient le problème discrètement. Selon lui, un tel cas est tout de même peu probable, car si la nudité n’est pas interdite par un panneau dans les vestiaires de la piscine, la discrétion est tout de même de mise.

« On a des genres de cubicules, des genres de petits vestiaires cachés et les gens se changent là-dedans et on a aussi un vestiaire familial. On invite les gens à être discrets et respectueux. Les gens doivent respecter ceux qui les entourent. On ne veut pas que les gens abusent et qu’ils se sentent chez eux », explique l’employé de la piscine.

Il rappelle également que le règlement municipal est tout de même clair puisqu’il stipule qu’« il est défendu d’enfreindre l’ordre public et les bonnes mœurs en tout temps. Toute atteinte à la pudeur ou voie de fait s’expose aux poursuites judiciaires. »

 

 

 

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Albert Descoteaux
Albert Descoteaux
4 Années

En plus de 15 ans à nager à la piscine Sophie-Barat les soirs de semaine, je n’ai jamais été témoin d’incidents ou de gestes déplacés.

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Avis publics – Semaine du 15 octobre 2021

Cette rubrique est publiée gratuitement par Journaldesvoisins.com  pour le bénéfice de ses…

Oui, le printemps reviendra…et la canopée aussi!

Ahuntsic-Cartierville figure parmi les arrondissements montréalais ayant l’indice de canopée le plus…

Brigade Neige, ou pelleter pour une bonne cause

Les premières neiges sont arrivées récemment, et elles ont servi d’avertissement à…
Suzanne Bourque bénévole et présidente du CA - Diane Bélanger bénévole au SNAC- Dépannage alimentaire du 1er décembre 2021 - Crédit Leila Fayet

Pandémie: les organismes communautaires gardent la tête haute

La pandémie a chamboulé la façon dont les organismes communautaires travaillent dans…