Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Impressionnant!

Parcs dans Ahuntsic-Cartierville: deux millions de mètres carrés…

Terrain de soccer au parc de Louisbourg (Photo: jdv archives)

Ahuntsic-Cartierville est l’un des arrondissements montréalais avec le plus grand nombre de parcs. Afin que tous les citoyens puissent profiter pleinement du plein air, l’arrondissement dépense beaucoup de temps et d’argent pour assurer un plan d’action et d’entretien cohérent et offrir un éventail d’activités à tous les résidants.

« Plus de deux millions de mètres carrés de parcs, c’est énorme! C’est la signature propre de l’arrondissement d’avoir une harmonisation entre le développement urbain et les parcs », explique Michel Bordeleau, chef de division des études techniques à la Direction du développement du territoire dans Ahuntsic- Cartierville.

Sans compter le Bois-de-Liesse et le Bois- de-Saraguay, l’arrondissement compte quatre parcs de plus de 100 000 mètres carrés de superficie : le parc Ahuntsic (142 000 mètres carrés); le parc Sainte- Odile (146 808 mètres carrés); le parc Marcelin-Wilson (412 044 mètres carrés); et le parc de l’Île-de-la-Visitation (314 260 mètres carrés). L’arrondissement compte, parmi ces parcs, une variété d’infrastructures récréatives pour plaire à tous.

  • Soccer : 12 parcs
  • Baseball : 10 parcs
  • Basketball : 4 parcs
  • Football : 1 parc
  • Planche à roulettes : 2 parcs
  • Tennis : 3 parcs
  • Jeux d’eau : 6 parcs
  • Bocce/pétanque : 13 parcs
  • Aire d’exercice canin : 2 parcs
  • Pataugeoire : 6 parcs
  • Volleyball : 1 parc

De 2010 à 2015, 10,3 millions de dollars ont été investis dans les parcs d’Ahuntsic-Cartierville. En 2016, 5,1 millions de dollars ont été investis dans les parcs, sans compter les (2,5 millions de dollars qui ont été prévus pour l’aménagement d’un terrain mixte de rugby et soccer au parc Henri-Julien.)

Afin de déterminer les priorités, l’arrondissement se base d’abord sur les plans directeurs élaborés par la ville-centre. Chaque arrondissement produit ensuite des plans directeurs locaux et les élus choisissent les projets à financer.

«C’est sûr que les demandes dépassent toujours les finances… », dit M. Bordeleau.

Un peu de tout !

Par exemple, le plan d’intervention aquatique pour la période 2013-2025 de la Ville-centre proposait d’augmenter le nombre de lieux où les gens peuvent se rafraîchir.Voilà pourquoi de nombreuses pataugeoires et jeux d’eau ont été installés au cours des dernières années.

Par ailleurs, la politique du baseball, annoncée par Denis Coderre au cours de son mandat à la mairie aura certainement une incidence sur le prochain plan d’Ahuntsic-Cartierville pour les terrains et plateaux sportifs, qui doivent être préparés sous peu.

Une autre grande orientation de la Ville de Montréal est l’aménagement des berges de la rivière des Prairies. En 2016, la Ville-centre avait annoncé qu’elle y investirait 25 millions de dollars d’ici 2020 et que la somme serait partagée entre les cinq arrondissements.

De cette somme, Ahuntsic-Cartierville devait obtenir 7,35 millions de dollars, un montant calculé au prorata de la population.

Parcs de proximité

L’arrondissement utilise beaucoup les statistiques démographiques pour planifier les rénovations aux parcs du territoire, mais essaie également de consulter la population.

« Il n’y a rien de pire que de faire un investissement qui ne répond pas aux besoins des citoyens », dit M. Bordeleau.

En 2016, l’arrondissement avait installé un panneau à l’intersection de Crémazie et de Christophe-Colomb demandant aux citoyens de proposer des suggestions pour améliorer les parcs de proximité.

Le service des loisirs travaille aussi en étroite collaboration avec les différentes associations sportives. Par exemple, l’arrondissement est en contact avec l’Association canadienne de rugby.

« C’est le premier terrain de rugby à Montréal et nous ne sommes pas experts. On veut s’assurer que tout est conforme aux règlements du jeu », explique M. Bordeleau.

Par ailleurs, les plans de l’arrondissement se doivent d’être flexibles et dynamiques, explique M. Bordeleau.

« On doit être connecté sur les besoins des citoyens. Il est toujours nécessaire de revisiter les plans et de les ajuster. Si aujourd’hui, je planifie des jeux 0-5 ans, mais que je peux seulement les réaliser dans cinq ans, je dois penser que je ne pourrai plus installer des jeux 0-5 ans (spécifiquement pour la clientèle planifiée, à l’époque), puisque ma population sera rendue à 6-12 ans ».

En juin 2016, des investissements de 2 131 486 $ ont été octroyés par les élus en contrats afin de réaliser des travaux aux parcs Henri-Julien (aménagement d’une aire d’exercices pour adultes et d’une halte repos); Marcelin-Wilson (aménagement du secteur sud), Ahuntsic (aménagement d’une aire d’exercices pour adultes); de Beauséjour (aménagement d’une aire d’exercices pour adulte et d’un stationnement) et St-Paul-de-la-Croix (réaménagement du secteur sud).

En outre, dans les faits saillants du conseil d’arrondissement de juin 2016, on pouvait également que des travaux de réfection des toitures du chalet du parc des Hirondelles et du pavillon Gabriel-Lalemant seraient entrepris, de même que l’aménagement des berges du parc Raimbault, le tout pour plus de 800 000 $.

Par ailleurs, le parc St-Paul-de-la-Croix subit une cure de jouvence. Ce printemps, la troisième phase de rénovations du parc consistera à démolir et reconstruire le chalet du parc. Après bientôt deux ans de travaux, et 2 M $, le parc aura une toute autre allure.

Cet article a été publié pour la première fois dans le magazine papier de juin 2016 et mis à jour par Christiane Dupont en mars 2018.