Affiche de l’organisme Parents-Secours dans la fenêtre d’un logement d’Ahuntsic-Cartierville. (Photo: Toma Iczkovits, collaboration spéciale)

Parents, on vous demande de montrer laffiche rouge et blanche à vos enfants!

Alors que le début des années 2000 et, auparavant, larrivée des mères sur le marché du travail ont nui aux efforts de recrutement du populaire organisme Parents-Secours, fondé dans les années 1970, voilà que le dynamisme dune mère bénévole aura permis aux affiches-fenêtres rouges et blanches de se multiplier dans Ahuntsic. Le hic? Les tout-petits ignorent pour la plupart ce que ces affiches signifient. 

En 2012, un article publié sur le site du Journal des voisins relate les déboires de Parents-Secours dans Ahuntsic-Cartierville. Lorganisme tente, avec difficultés, de reconquérir ses lettres de noblesse, notamment de recruter des parents pour joindre ses rangs. 

Entre 2014 et 2020, le nombre de foyers prêts à sengager recule de manière radicale partout au Québec. En 2018-2019, dautres Ahuntsicois bénévoles tentent laventure, mais leur comité responsable perdant des membres, il doit être dissous. Une fois de plus, le programme tombe à leau. Pour que Parents-Secours puisse safficher dans un quartier, le comité responsable doit compter au moins trois parents.

En 2018, plus largement au Québec, La Presse écrit: «Sur papier, la dégringolade est nette: le nombre de foyers-refuges associés à Parents-Secours est passé de plus de 100 000 à la fin des années 1980 à 4 224 [en 2017]. Ces 10 dernières années, l’organisme a encore perdu presque 40 % de ses portes où enfants et aînés en difficulté peuvent trouver secours et réconfort.»

2020, année charnière

En 2020, Évelyne Audet, jeune maman, décide de mettre de nouveau sur pied un tel comité dans Ahuntsic. «Je me promenais dans un autre quartier de Montréal et jai vu une affiche-fenêtre rouge et blanche, et ça ma rappelé des souvenirs denfance. Jhabitais à Québec, et je me souviens que notre voisin avait une affiche semblable dans sa fenêtre. Je nen ai pas eu besoin, mais je me suis souvenu également du sentiment de sécurité qui mhabitait juste parce que je voyais cette affiche-là, et ça ma donné le goût de faire pareil ici», ajoute-t-elle. 

Évelyne Audet met donc sur pied un comité de familles bénévoles responsables du programme dans Ahuntsic. Toujours dans le quartier, 75 familles ont été recrutées depuis pour être familles refuges. Cartierville constitue un territoire indépendant pour Parents-Secours; cela nécessiterait la mise sur pied dun autre comité. Comme il ny en a pas pour le moment, le programme et les affiches-fenêtres sont absents de son paysage. Avis aux intéressés!

Faire connaître aux enfants

La grande majorité des enfants d’âge scolaire et des tout-petits, ainsi que de nombreux parents, ignorent ce quest Parents-Secours, ou croient que le programme quils ont connu, enfants, nexiste plus. 

Évelyne Audet a confié récemment une mission aux familles ahuntsicoises, sur une page Facebook du quartier: « Salut les parents! […] Il y a donc 75 maisons qui portent fièrement l’affiche-fenêtre. Le hic, c’est que les enfants d’aujourd’hui n’ont aucune idée de ce que c’est! Alors voici ma mission pour vous aujourd’hui : Ce soir, prenez 2 minutes pour montrer ce logo à votre enfant, et apprenez-lui à quoi ça sert. Ça pourrait lui être utile un jour! Et si jamais vous voulez vous-même être un foyer refuge: parentssecoursahuntsic@gmail.com

Un peu dhistoire

Faisons un retour en arrière. Lorganisme Parents-Secours a été implanté au Québec dans les années 1970 afin dassurer la sécurité des enfants et, depuis 1992, celle des aînés. Quand elles sont à la maison, les familles participantes mettent une affiche à leur fenêtre, un dessin stylisé rouge et blanc dun tout-petit donnant la main à un adulte. 

Les enfants avertis savent que sils sont perdus, sils sont suivis, sils ont peur de quelque chose ou de quelquun et quils trouvent cette affiche sur leur chemin, ils peuvent sans crainte sonner à la porte pour demander de laide aux adultes qui sy trouvent.

Affiche de l’organisme Parents-Secours dans la fenêtre d’un logement d’Ahuntsic-Cartierville. (Photo: Toma Iczkovits, collaboration spéciale)

Lorganisme sans but lucratif est né à la suite de la disparition, en 1976, dun jeune garçon. Des citoyens décidèrent de se regrouper afin de prévenir les événements dramatiques de ce genre. Après avoir examiné différentes options, les fondateurs ont décidé dadhérer à linitiative dun groupe dOntariennes qui avait mis sur pied un groupe semblable en 1968. Parents-Secours est lancé dabord à Sainte-Thérèse, à Laval, à Pincourt puis à Pierrefonds. 

En 1977, Parents-Secours comptait 33 groupes répartis dans la région de Montréal. La même année, un comité provincial a été mis sur pied afin de coordonner lavenir du programme.

Depuis, Parents-Secours a même fait des petits à l’étranger, notamment à Liège en Belgique. Parents-Secours de Liège tenait même une semaine spéciale en octobre dernier pour faire connaître le programme aux enfants et recruter des familles refuges.

Un renouveau, après une baisse

Patricia Tardif de Parents-Secours du Québec rapporte quen 2022, une dizaine de comités bénévoles se sont ajoutés au Québec, pour un total de 76 comités regroupant 2 337 foyers-refuges. 

Également, en 2022, Mme Tardif signale que 22 000 enfants ont fait connaissance avec le programme grâce à diverses rencontres, de même que 6 250 aînés. Parents-Secours, en effet, se porte au secours denfants en situation vulnérable, mais également de personnes âgées.

Sait-on combien denfants et daînés ont pu être «secourus» grâce aux affiches des foyers-refuges partout au Québec au cours de la dernière année? Dans son dernier rapport annuel, l’organisme a établi que 98 enfants ont été aidés en 2022: 86 s’étaient perdus, 5 ont été blessés, 1 avait été laissé seul, 1 avait oublié ses clés, 2 ont craint quelque chose ou quelquun et 3 autres pour d’autres raisons. 

Outre les enfants, dont les âges varient de 0 à 17 ans (la catégorie la plus concernée est celle des 6 à 11 ans), 24 aînés ont trouvé de l’aide dans les foyers-refuges. 

Au Québec, 24 personnes âgées ont pu demander de l’aide en voyant une affiche de Parents-Secours en 2022. (Photo: Alfred Grupstra, courtoisie Pixabay.com)

Toujours présent

Au Québec, dans les décennies qui ont suivi les années 1980, lentrée des mères sur le marché du travail et le manque de subventions ont contribué à faire presque tomber lorganisme dans loubli.  

Après son renouveau des dernières années, le manque de bénévoles et de familles refuges se fait toujours sentir.  

De nombreux parents croient, à tort, quils doivent toujours afficher la petite pancarte à leur fenêtre et, comme ils ne sont pas toujours à la maison, ils ne sengagent pas à devenir foyers-refuges. Laffiche-fenêtre doit être installée quand un parent est sur place; autrement, il l’enlève; rien de bien compliqué. 

Patricia Tardif souligne quil existe également des aide-mémoires à accrocher près de la porte dentrée des logis pour faire penser aux parents denlever leur affiche quand ils doivent sabsenter. «Toutefois, nous navons jamais eu de plaintes disant qu’un enfant s’était heurté à une porte close avec une affiche à la fenêtre», ajoute-t-elle.

Effet COVID

Il semble que depuis 2020, le recrutement a permis à lorganisme de faire peau neuve, à tout le moins dans Ahuntsic, mais pas pendant les confinements, précise Évelyne Audet. «Durant ces périodes, les familles quon devait visiter chez elles préféraient remettre la rencontre.» Cest donc un peu avant la pandémie et depuis le retour aux activités à la normale que le recrutement sest accentué dans Ahuntsic. Le nombre de comités responsables a, quant à lui, augmenté au Québec. La pandémie semble avoir fait réfléchir.

Pour devenir foyer refuge, il faut montrer patte blanche: le comité bénévole du territoire doit visiter le logis et vérifier les antécédents judiciaires des adultes qui y habitent. 

Parents-Secours a toutefois fait des gains en raison du télétravail. Plusieurs jeunes familles y ont vu loccasion de faire du bénévolat tout en restant chez soi. 

Joignez-vous au comité responsable!

Pour 2023, les priorités d’Évelyne Audet pour Parents-Secours dans Ahuntsic sont dabord de faire connaître le programme aux enfants, ensuite de convaincre dautres bénévoles de joindre les rangs du comité responsable et, finalement, de recruter encore plus de foyers-refuges. 

«Jaimerais bien quon se rende à 100 foyers-refuges, dit Mme Audet. Plus on serait de membres dans le comité, mieux ce serait. Mais avant tout, les enfants doivent apprendre à reconnaître laffiche-fenêtre rouge et blanche.» 

LAhuntsicoise considère que son métier d’animatrice télé et de journaliste, avec des horaires changeants, lui permet daccomplir le travail de responsable du comité quand elle est disponible. En revanche, le travail de responsable est exigeant pour la jeune maman de deux enfants, dont un bébé de quelques mois.

Les écoles, difficiles daccès

Évelyne Audet déplore que malgré ses efforts pour aller rencontrer les enfants dans les écoles et faire connaître le programme de Parents-Secours, un seul établissement scolaire dans Ahuntsic, l’école Christ-Roi, leur ait ouvert ses portes. Avec des membres du comité dont elle est responsable, elle a pu présenter Parents-Secours aux écoliers dans leur classe et leur montrer laffiche-fenêtre emblématique blanche et rouge de lenfant qui tient la main dun adulte. 

Patricia Tardif confirme quil est parfois difficile de faire une percée auprès des écoles et que cela représente encore un important défi. Francine Chartrand, pour sa part, a pu organiser des activités dans les écoles et les camps de jour, au cours des derniers mois, ce qui est de bon augure pour lavenir. 

Cet article est paru dans la chronique urbaine de quartier du Mag papier, la version imprimée du Journal des voisins, édition avril-mai 2023, à la page 6.


Faire un don au JDV

 

 

Choisissez le montant du don
Autre montant $

$
Montant total
 
Nom et adresse
Informations sur le don
 
  



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Les nouvelles brèves de la semaine dans Ahuntsic-Cartierville – 1er avril

Chaque lundi, le Journal des voisins fait le tour de  nouvelles ou de sujets…

À Ahuntsic, des femmes pédalent pour la première fois grâce à Toutes à vélo

Depuis mai 2021, Vélo Québec offre, à des femmes qui n’ont jamais…

Le District Central déploie son plan d’intervention Signature

La SDC District Central s’est donné de trois à cinq ans pour…

Coin communautaire – Semaine du 1er mai 2023

Recherche de joueurs de balle-molle 55 ans+ Ligue amicale et sans compétitlon…