Image libre de droit

À l’école cinq jours par semaine, les enfants mangent plusieurs repas à l’extérieur de la maison. Nutritionnistes et traiteurs doivent s’entendre pour offrir une alimentation de qualité à ceux qui n’apportent pas leur lunch de la maison. Journaldesvoisins.com s’est intéressé à l’offre alimentaire pour les écoliers du primaire d’Ahuntsic-Cartierville.

Il n’y a pas d’école primaire avec des cafétérias dans l’arrondissement. Les repas offerts aux écoliers sont préparés soit par des organismes communautaires partenaires, des traiteurs de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), ou par un des quatre traiteurs privés exploitant une entreprise dans Ahuntsic-Cartierville.

Les recettes préparées par ces traiteurs sont validées par Marie-Pierre Drolet, nutritionniste de la CSDM, ou par ses collègues des services alimentaires qui sont aussi nutritionnistes de formation. Mme Drolet explique que les recettes doivent suivre des règles établies en fonction de la politique gouvernementale. Les menus doivent respecter la politique cadre pour un virage santé.

Léo Scozzari, du traiteur Merenda, établi à Ville Saint-Laurent mais qui sert des écoles d’Ahuntsic-Cartierville, explique qu’il essaie de préparer des recettes appréciées par les enfants tout en étant nutritives.

« Là se trouve tout l’enjeu », croit-il.

Plusieurs choix

Les traiteurs privés, comme Merenda, offrent six choix dans leur menu à tous les jours. Au total, dit M. Scozzari, environ 250 recettes reviennent dans l’année.

Les repas les plus souvent offerts, selon la nutritionniste et le traiteur, sont les pâtes, le poulet et les sandwichs. Surpris, M. Scozarri observe que la catégorie du poisson gagne aussi de plus en plus en popularité.

Parmi les six choix qu’offre les traiteurs, il y a toujours au moins une option végétarienne. Les traiteurs ne peuvent toutefois pas garantir d’option sans gluten.

Marie-Pierre Drolet explique que jamais des aliments ne seront retirés des menus mais des alternatives seront toujours offertes.

Les allergies

La nutritionniste indique aussi que les traiteurs ne peuvent pas faire de menu spécifique pour chaque allergie.

« Ce ferait en sorte qu’il n’y aurait pas une assez grande variété alimentaire puisqu’il faudrait combiner toutes les allergies. »

Au traiteur Merenda, M. Scozzari explique que les parents peuvent créer un profil de leur enfant sur leur site Web, une plateforme où ils commandent les repas. Dans ce profil, ils peuvent identifier leurs allergies. Le système informatique va bloquer toutes les recettes contenant l’ingrédient allergène pour l’enfant lorsqu’il proposera les options de repas.

Sur cette plateforme que les parents peuvent consulter, tous les ingrédients sont d’ailleurs indiqués pour chaque recette. Par exemple, un parent qui ne voudrait pas que son enfant mange du porc pourrait identifier les recettes en contenant et ainsi faire son choix en conséquence.

Bref, ce ne sont pas les options qui manquent et les parents dont les enfants ont des restrictions alimentaires peuvent généralement s’adapter. Cependant, la nutritionniste Marie-Pierre Drolet rappelle qu’on n’est jamais totalement à l’abri d’un risque de contamination croisée.

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le coin des commerçants – Semaine du 14 février 2020

SDC District Central Nouvellement arrivée! La SDC District Central accueille Johanne Valiquette à titre de…

Sept décès et 24 résidants infectés : situation tendue au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci

La situation demeure tendue au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci (face à la prison de…

Le coin des commerçants – Semaine du 8 novembre 2019

Quartier Fleury Ouest Autant en emporte le vent de l’Halloween! Selon les…

Triste fin pour le couvent des Sœurs de Miséricorde

Triste nouvelle pour les employé(e)s et les religieuses résidantes du Couvent des…