Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Pendant la construction, puis la mise en service...

REM: quels impacts sur Ahuntsic-Cartierville?

Publié le 01/02/2019
par Alain Martineau

Carte du Réseau électrique métropolitain (REM). (Source: CDPQ Infra)

On dit que le projet de train électrique de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) devrait changer les habitudes des usagers du transport en commun dans la grande région de Montréal… Probablement, mais combien de citoyens vont abandonner leur véhicule pour se rendre au travail? On le saura véritablement quand tout le Réseau électrique métropolitain (REM) sera opérationnel, dans quelques années. Et l’impact ici, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, devrait être limité, sauf pour les résidants de Cartierville Sud. Journaldesvoisins.com suit de près ce dossier depuis déjà quelque temps.

Projet pour l’Ouest

Le projet lancé sous le gouvernement libéral de Philippe Couillard avec le concours financier, surtout,  de l’entité qui gère le bas de laine des Québécois vise, du moins dans une première phase, le «West Island», l’accès à l’aéroport Dorval-Trudeau et une partie de la Montérégie par le pont Champlain.

Présentement en chantier, l’un des segments du projet partira de Deux-Montagnes, dans les Basses-Laurentides, pour se terminer à Brossard, en Montérégie, en passant bien sûr par le centre-ville de Montréal. On trouve aussi des ramifications dans l’ouest de l’île, jusqu’à Sainte-Anne-de-Bellevue, et une incontournable voie pour se rendre finalement à l’aéroport, mais par le nord…

(Source: CDPQ Infra)

En regardant la carte du REM, on remarque qu’une bonne portion des gens de Cartierville en profitera; surtout ceux de la partie sud de ce secteur de l’arrondissement, puisqu’ils se trouvent tout près des gares Du Ruisseau et Bois Franc, situées à la limite des arrondissements Saint-Laurent et Ahuntsic-Cartierville.

C’est là que passe la ligne de train Deux-Montages-Gare centrale du centre-ville qui sera modifiée pour accueillir le train électrique léger.

Encerclées en noir, de gauche à droite, les gares Bois-Franc, Du Ruisseau et Montpellier. (Source: CDPQ Infra)

Déjà, on y trouve les gares Du Ruisseau (sur Henri-Bourassa un peu à l’ouest de l’autoroute 15), et Bois-Franc, localisée au 5465, boulevard Henri-Bourassa Ouest, non loin du boulevard Laurentien. On pourrait aussi ajouter Montpellier, dans Saint-Laurent, comme gare d’intérêt pour nous. La gare est située sur Côte-Vertu tout près de la rue Jules-Poitras, à l’ouest de la 15, non loin du Marché central. (ndlr: voir cartes plus détaillées à la fin de cet article).

Impact négatif

Mais le futur REM, même lorsque les travaux commenceront sur la ligne Mascouche-centre-ville l’an prochain, aura un impact «négatif» dans Ahuntsic.

Les usagers de la ligne seront tentés d’arrêter à la station de métro Sauvé pour prendre la ligne orange, car la destination finale de leur train ne sera plus le centre-ville, mais une nouvelle gare située au sud de Montpellier dans Saint-Laurent et au nord de l’autoroute métropolitaine et de Ville Mont-Royal.

On va pouvoir mesurer l’impact quand débuteront les travaux l’an prochain.

Toutefois, une bonne nouvelle, une fois le REM complété, on pourra utiliser les stations du nord (Du Ruisseau, Bois Franc et Montpellier) pour se rendre à l’aéroport Trudeau et ce, assez rapidement. Reste à voir quels résidants, outre les employés de l’aéroport, voudront se servir de ce moyen de transport avec leurs bagages, avant d’aller prendre l’avion…

La mise en service d’un premier segment du REM est prévue pour l’été 2021.

Pourquoi pas un SRB à l’est, sur Christophe-Colomb?

Joint par journaldesvoisins.com, François Pepin, le président du groupe de pression Trajectoire Québec (pro-transport public), a rappelé que le mandat confié par le gouvernement à la CDPQ ne visait pas l’Est de Montréal.

« Pour l’Est, a mentionné M. Pepin, ce n’était pas le mandat donné par le gouvernement qui voulait que la Caisse s’occupe des dessertes comme le pont Champlain, l’ouest et l’aéroport. C’était le mandat initial, la première partie du projet si l’on veut. Une éventuelle phase 2 contiendrait des promesses faites par l’équipe au gouvernement québécois comme prolonger le REM vers Laval ou prévoir un tramway dans l’Est de Montréal. Il faut regarder ça à long terme. Pour le nord-ouest de Montréal, les gares Bois-Franc et Du Ruisseau ainsi que Montpellier vont desservir les gens dans l’ouest de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville », a-t-il noté.

Mais un problème va se poser à l’Est, pour une autre raison.

« Ç’a fait deux ans qu’on demande les chiffres sur les impacts de la ligne Mascouche qui n’ira plus au centre-ville. Les usagers vont aller à Sauvé au lieu de débarquer à une gare plus à l’ouest. On mentionne seulement qu’il y aura une diminution du point de charge avec l’ajout des stations à McGill et à Édouard-Montpetit (Université de Montréal). Mais on n’a rien vu encore. La solution passe donc par  des ajouts d’autobus express (Service rapide par bus ou SRB), qui aideraient à soulager la ligne orange. Faut ajouter des autobus comme la 427 St-Joseph qui évite cette ligne surchargée (surtout depuis la station de métro Beaubien) pour aller au centre-ville », a-t-il suggéré.

JDV a demandé à CDPQ infra, le gestionnaire du projet, des informations au sujet de la ligne orange. On nous a référés à l’étude d’achalandage réalisée pour le projet du REM.

« Il y est évoqué qu’environ 10% des usagers du REM proviendront de la ligne orange, tant du côté de la branche Est que celle de l’Ouest (la ligne Deux-Montagnes-gare centrale), a indiqué Jean-Vincent Lacroix, le directeur responsable des relations médias. Un pourcentage estimatif de 10 % d’usagers passeront de la ligne orange au REM en période de pointe le matin et en période interpointe », a-t-il ajouté.

M Lacroix a aussi noté qu’il y aura une meilleure répartition de la demande de transport collectif au centre-ville entre les stations Édouard-Montpetit et McGill, et la Gare centrale.

On s’attend à ce que le service soit amélioré  notamment pendant la période interpointe.

Quoiqu’il en soit, M Pepin jugerait positivement l’addition de SRB sur des rues d’Ahuntsic.

«Il pourrait y en avoir sur Christophe-Colomb, Papineau ou St-Michel pour compléter la grille avec l’éventuel SRB sur le boulevard Pie-IX. Tout ce qui est à l’est pourrait aider. On pourrait réaménager facilement l’avenue Christophe-Colomb pour un SRB », a-t-il avancé.

Le numéro un de Trajectoire, autrefois Transport 2000, voit aussi d’un bon œil l’implantation éventuelle du SRB sur la rue Sauvé (la 121 est l’un des circuits les plus populaires du réseau d’autobus) et son prolongement sur Côte Vertu avec une ligne express faisant le lien des deux stations de métro du même nom.

« C’est intéressant comme projet. Mais Sauvé n’est pas une rue large partout. Reste à voir comment on va l’implanter. Le SRB, rappelons-le, est beaucoup moins dispendieux que le REM, le tramway ou le métro. Sur Pie-IX, cela revient à 15-20 millions $ du km », a-t-il mentionné.

Des années de travaux: patience!

Les prochaines années seront marquées par de la construction et des entraves. Les usagers devront être patients.

Mais en attendant, les usagers sont invités à donner leurs points de vue sur le transport public dans la métropole.

« L’autorité responsable du plan pour améliorer le transport collectif a commencé sa consultation en ligne auprès du public, a rappelé M. Pepin, et c’est important que les groupes de citoyens y participent. Il  va aussi y avoir des demandes de dépôt de mémoires. Nous savons qu’il y a de sérieuses problématiques sur la Métropolitaine, la rue Sauvé,  sur Henri-Bourassa dans l’est, ou dans l’axe nord-sud. C’est le bon moment de s’exprimer », a-t-il insisté.

En effet, en prévision des consultations publiques qui auront lieu dès juin prochain, date mentionnée sur le site de l’ARTM, cette dernière a mis en ligne tout récemment une plateforme Web que les citoyens peuvent consulter pour mieux se renseigner  en vue des consultations.

 

 

 

Toutes les cartes proviennent du site Web de CDPQ Infra.

Pour en savoir plus sur les trajets du futur REM et autres infos, c’est par ici.