Sara, membre de Concertation-Femme, durant un atelier au Centre culturel et communautaire de Cartierville, dans le cadre d’un atelier de francisation à la Saint-Valentin.
(Photo: Toma Iczkovits, collaboration spéciale)

Les fleuristes de l’arrondissement n’ont jamais vu autant d’hommes passer leurs portes… et ce n’est pas faute de leur suggérer. La Saint-Valentin est là, profitez-en! Du côté de Cartierville, c’est à Concertation-Femme que les femmes du quartier se retrouvent pour échanger des mots d’amour.

En ce 14 février, les femmes ont pu échanger autour du thème de l’amour, aux locaux de l’organisme Concertation-Femme situé au nouveau Centre culturel et communautaire de Cartierville (CCCC, ou 4C) au 12225, rue Grenet.

Il n’est pas toujours facile de se trouver des qualités lorsqu’on parle de soi. Il ne s’agit pas cette fois-ci de vous vendre à un entretien d’embauche, mais simplement de reconnaître quelles sont les choses qui font de vous une personne si appréciable au quotidien.

Concertation-Femme a mené cet exercice bienveillant – en collaboration avec le Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) – avec vingt femmes qui débutent dans leur apprentissage du français.

Sur fond de chansons d’amour françaises, les membres présentes ont pu apprendre des formules d’appréciation et des compliments à partager à leurs sœurs de cœur, ou à leur entourage au retour de l’événement.

Un atelier de francisation, sous le thème de la Saint-Valentin, organisé par Concertation-Femme, a invité les femmes immigrantes à s’inscrire mutuellement des compliments sur des cœurs en carton rose, au Centre culturel et communautaire de Cartierville, le mardi 14 février 2023. (Photo: Toma Iczkovits, collaboration spéciale)

Reprendre confiance

«J’aime ton sourire», «J’aime tes yeux», «Tu es formidable», «Tu as de beaux cheveux»… autant de mots doux ont été échangés par ces femmes, dont l’usage du français n’est pas courant.

L’atelier a été mené avec l’aide de Valérie Beauvais, enseignante du CSSDM. Les dames présentes à l’activité sont toutes des élèves du cours de francisation donné par Concertation-Femme et géré par cette intervenante.

«C’est vraiment un beau groupe! Toutes ces femmes reviennent quatre fois par semaine», s’enthousiasme Valérie Beauvais. En mission pour l’organisme depuis septembre, elle témoigne ainsi des liens qui se créent entre les membres chaque jour.

Ces dernières sont en effet devenues de vraies copines: des effusions de rires joueurs s’élèvent dans la salle, tandis qu’elles s’affairent toutes à écrire des compliments pour leurs consœurs.

Les mots doux sont consignés sur des cœurs découpés dans du carton rose: un trou est percé pour y glisser une ficelle. Le support sert alors de collier, mis à l’envers autour du cou, pour permettre aux femmes d’écrire des compliments dans le dos de celle qui le porte.

Les compliments s’y accumulent donc à force de coups de crayon et d’amour, et le cœur en carton prend l’aspect d’une carte postale où l’on peut lire de nombreuses qualités trouvées en chacune.

Sara, membre de Concertation-Femme, prend un selfie en souvenir.
(Photo: Toma Iczkovits, collaboration spéciale)

Aider les femmes

Concertation-Femme a pour mission première de sortir les femmes de leur isolement et de les aider à mieux vivre, ainsi qu’à mieux s’intégrer à la société québécoise.

Cela passe par des cours de francisation, mais aussi de nombreuses activités ludiques menées en pleine sororité: ateliers de lecture, tables de discussions, cours de cuisine, fabrication de cosmétiques et produits ménagers naturels… Tous les ateliers sont également précédé d’un exercice physique d’une trentaine de minutes en groupe.

Sara, 24 ans, est arrivée du Liban il y a maintenant trois ans. Elle se réjouit qu’un tel organisme existe où elle puisse se rendre, échanger, apprendre et s’épanouir en compagnie strictement féminine.

«J’aime particulièrement cet organisme, car il s’occupe vraiment bien des femmes», sourit Sara, après avoir pris un égoportrait (selfie) avec ses amies, toutes très fières de porter leurs cœurs en carton autour du cou.

Sara a découvert Concertation-Femme comme la majorité des autres membres: par le bouche-à-oreille. C’est justement une copine qui lui en a parlé!

Maman de trois enfants, elle ne trouve pas toujours le temps pour elle et le 4C vient lui enlever une épine du pied. Pendant qu’elle suit ses cours de francisation ou participe à des ateliers, la garderie du Centre jette un œil sur ses enfants: elle peut donc s’épanouir l’esprit tranquille.

Maysoun Faouri, directrice générale de Concertation-Femme.
(Photo: Toma Iczkovits, collaboration spéciale)

Quelques chiffres

Concertation-Femme compte 371 membres provenant de 55 pays différents. Si la majorité de celles-ci sont québécoises (et bien souvent retraitées), nombreuses sont celles qui viennent du Liban, de la Syrie ou d’Europe de l’Est.

Ces membres sont à 54 % des résidantes de Nouveau-Bordeaux; le reste d’entre elles vivent à Cartierville, à Ahuntsic et à Saint-Laurent.

La plupart des membres sont mariées ou en ménage: l’occasion pour les membres participantes de mettre en pratique leur nouveau vocabulaire en rentrant à la maison!

Le 8 mars, Concertation-Femme fêtera son 40e anniversaire, à l’occasion par ailleurs de la Journée internationale des droits des femmes.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Camping, cinéma, concerts… juillet sera animé à Ahuntsic-Cartierville

Le mois de juillet s’annonce pluvieux, mais pas question de rester sous…

Les itinérants du parc Basile-Routhier sont partis

Malgré leurs demandes et une tentative de conciliation avortée, les itinérants qui…

La cordonnerie Kelly cherche un nouveau local à Ahuntsic-Cartierville

La cordonnerie Kelly, située au 140 boulevard Henri-Bourassa Est, se cherche un…

Un comité citoyen à la Maison de Quartier de Bordeaux-Cartierville

Le 22 mars dernier, la Maison de Quartier Bordeaux-Cartierville a ouvert ses…