Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Un bénévole engagé

Samuel Sirois au défi AlterGo depuis dix ans

Publié le 28/04/2017
par Évelyne Auger
Samuel Sirois

«Ça m’a donné la motivation de conserver une bonne discipline de vie. Je m’entraîne maintenant deux heures par jour», raconte Samuel Sirois. (Photo: Évelyne Auger)

Atteint de limitations fonctionnelles, Samuel Sirois participe depuis plusieurs années au Défi sportif organisé par AlterGo à titre de bénévole et archiviste photos. Selon lui, l’événement représente une occasion en or de mettre de l’avant le sentiment d’accomplissement et d’inclusion chez les jeunes présentant une déficience physique ou intellectuelle.

AlterGo est un regroupement d’organismes qui vise à soutenir l’inclusion sociale des personnes ayant une limitation fonctionnelle par l’abolition des obstacles au loisir, au sport et à la culture.

Ils sont d’ailleurs plusieurs, comme Samuel Sirois, à s’être donné rendez-vous cette semaine pour le Défi sportif AlterGo. À la deuxième journée du défi, environ 1500 athlètes ont foulé le sol de la piste d’athlétisme du complexe sportif Claude-Robillard.

Cette année, huit sports ont été présentés dans le cadre du volet scolaire du Défi sportif AlterGo. Le centre Claude-Robillard en a accueilli sept d’entre eux. Des athlètes ayant un handicap physique ou intellectuel ont participé  aux différentes épreuves de sport, notamment en athlétisme, soccer et baseball.

Les jeunes athlètes ont également concouru lors de mini-marathon. (Photo: Évelyne Auger)

Pour Samuel Sirois, s’impliquer pour le Défi sportif AlterGo, c’est revisiter tout un pan de son histoire.

Relever le défi

Le résident d’Ahuntsic-Cartierville a découvert le Défi sportif AlterGo grâce à un communiqué de presse envoyé à l’entreprise d’informatique qu’il détenait à l’époque. Atteint de la maladie de Charcot-Marie-Tooth, une maladie dégénérative qui entraîne une importante faiblesse musculaire, il s’est alors inscrit à l’événement, un geste qu’il est loin de regretter, puisqu’il en récolte les fruits aujourd’hui encore.

Incapable de conduire en raison d’un surplus de poids trop important, il a participé pour la première fois au Défi sportif AlterGo en tant que bénévole à l’âge de 25 ans, soit environ un an après avoir adopté une saine alimentation et commencé à s’entraîner. Depuis, le sport est resté partie intégrante de sa vie. Son implication bénévole au défi n’est d’ailleurs que le prolongement d’une routine déjà bien établie.

« Ça m’a donné la motivation de conserver une bonne discipline de vie », raconte-t-il.

Si Samuel Sirois pratique désormais le sport en salle trois fois par semaine (en plus des arts martiaux auxquels il consacre quatre séances hebdomadaires…), il ne pense pas que cet intérêt pour le sport soit venu de façon innée. « Je ne suis pas un sportif par défaut. Je suis davantage dans ma tête de nature. Quand j’étais jeune, je faisais partie d’un club d’échecs », dit-il.

L’informaticien de profession a constaté une réduction significative des symptômes liés à sa maladie depuis qu’il s’entraîne. « Cet entraînement intense permet à mon corps de sécréter beaucoup d’endorphines, alors je n’ai plus de douleurs chroniques reliées à ma maladie. ».

Cependant, il admet que son horaire d’entraînement intense n’est pas sans conséquences pour ses proches. « Ce n’est pas facile pour mon entourage, mais il faut que je le fasse, avoue-t-il. Je passe moins de temps avec ma famille et ma copine. Mais avec cet entraînement intense, je ne prends plus de médicaments afin de contrer ma maladie depuis 10 ans ».

En effet, il se sent aujourd’hui beaucoup mieux qu’autrefois. « Avant, je n’étais pas capable de marcher plus de 500 mètres à la fois, j’étais pris dans un cercle vicieux. » Et le point tournant, a été sa première participation au Défi sportif AlterGo, une action qu’il est loin de regretter.

Photo-reportage d’Évelyne Auger

Plusieurs mascottes étaient au rendez-vous afin d’animer la foule. (Photo: Évelyne Auger)

 

 

Des numéros de gymnastique rythmique ont été présentés devant les juges. (Photo: Évelyne Auger)

Les jeunes ont pu compétitionner au saut en longueur. (Photo: Évelyne Auger)

PartagezShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone


bannière opinion