Vue du parc J.-J.-Gagnier, depuis la rue Larose. (Photo: Vincent Orellana-Pepin)

Le parc J.-J. Gagnier attend depuis 2010 un réaménagement de ses modules de jeux pour les enfants de trois à cinq ans.

Situé à l’extrémité est de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, dans le district du Sault-au-Récollet, c’est sous les feuilles de ses grands érables et sur sa pelouse fraîche que les résidants du secteur cherchent refuge par les journées cuisantes des étés chauds et humides de l’île de Montréal. Le parc J.-J. Gagnier accueille tous ceux qui tentent d’échapper à la chaleur accablante. 

Il les accueille du mieux qu’il peut. Jusqu’à l’automne 2010, cela voulait dire offrir à ses visiteurs accompagnés de leurs enfants de vieux modules de jeux. Selon Suzanne Bénard, qui est résidante du district depuis 1981, il fait bon vivre dans le quartier, mais elle considère que certains secteurs sont oubliés. C’est le cas du parc J.-J. Gagnier, croit-elle.

Les modules pour les plus jeunes manquent à l’appel

« Avant 2010, tous les modules de jeux pour enfants du parc étaient vieillots et non sécuritaires, il était risqué pour les jeunes de s’y aventurer », affirme-t-elle.

Toutefois, à l’automne de cette année-là, l’arrondissement a partiellement remédié à la situation.

Les installations du parc ont été réaménagées et des modules de jeux neufs ont été installés pour les enfants de cinq à douze ans. Par contre, toujours pas de jeux pour les trois à cinq ans.

« La portion du parc dédiée aux tout-petits a été laissée en friche et son aménagement a été reporté », déclare Mme Bénard.

Onze ans plus tard, la situation reste inchangée. 

À l’époque, lorsque Mme Bénard avait contacté l’arrondissement pour expliquer la situation, la conseillère du district du Sault-au-Récollet, Lorraine Pagé, lui avait répondu que des raisons budgétaires empêchaient le district de procéder à l’installation de modules pour les plus jeunes.

Nouvelle administration, toujours pas de jeux

Le conseiller actuel du district, Jérôme Normand, avait également été contacté par Mme Bénard en 2018 quelques mois après son entrée en fonction. Il lui avait indiqué que le district prenait note de son souhait. 

M. Normand explique le processus utilisé pour apporter des changements d’aménagement aux parcs de l’arrondissement.

« Nous fonctionnons beaucoup avec un système de requêtes. Quand les gens font des signalements pour des problèmes d’aménagement, des bris ou la salubrité, nos contremaîtres sont avertis et des équipes passeront pour régler les problèmes. Plus les besoins d’un parc sont criants et plus il y a de requêtes, plus vite nous pouvons les adresser », déclare-t-il. 

Le conseiller de district mentionne que dans le cas du parc J.-J. Gagnier, contrairement à d’autres des plus de 60 petits parcs locaux de l’arrondissement, il n’y a pas eu de mobilisation citoyenne. 

Il aurait été difficile pour l’arrondissement de procéder au réaménagement d’un parc recevant moins de requêtes avant un parc qui en reçoit plus. Il donne l’exemple du parc Marcelin-Wilson pour lequel les demandes des citoyens sont constantes.

Un nouveau plan à l’horizon

D’ici la fin de l’année, selon M. Normand, Ahuntsic-Cartierville adoptera un nouveau plan directeur des parcs et espaces verts.

« Il nous permettra de faire une planification stratégique des investissements à faire dans nos parcs au cours des prochaines années », mentionne-t-il. 

Le plan mettra de l’avant une « analyse scientifique et rigoureuse qui permettra de discriminer » entre les besoins des différents parcs. Il sera ainsi plus facile de déterminer où allouer les fonds pour l’aménagement des espaces verts.

Pour l’instant, par contre, c’est toujours le système de requêtes qui indique à la ville quels parcs ont le plus besoin de travaux. C’est la mobilisation citoyenne qui indique à l’arrondissement quels espaces verts ont les besoins les plus criants. Cette mobilisation n’existe tout simplement pas pour le parc J.-J. Gagnier et ses modules de jeux qui manquent depuis plus d’une décennie. 

L’arrivée du nouveau plan directeur pourra éventuellement changer les choses et les jeunes enfants de Sault-au-Récollet pourront peut-être, lors d’un jour d’été à la chaleur féroce, prendre refuge au parc J.-J. Gagnier qui leur offrira des jeux sécuritaires à l’abri du soleil cuisant de la saison estivale du Québec.

 

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Léa Bénard
Léa Bénard
2 Mois

C’est ma grand mère!!!

Vous pourriez aussi aimer ces articles

COVID-19: La situation à Ahuntsic-Cartierville se stabilise

Après avoir assisté à une flambée des cas de COVID-19 depuis la…
La circulation sur le boulevard O’Brien est perturbée par le chantier de la gare du ruisseau (REM), qui réduit le passage à niveau à deux voies au lieu de quatre en temps normal. (Photo JDV – François-Alexis Favreau)

Circuler dans Cartierville : un casse-tête à résoudre

Les automobilistes appréhendent le boulevard O’Brien, une artère importante située dans le…

Vers un réaménagement du parc Marcelin-Wilson?

L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville lancera l’an prochain une consultation publique sur le réaménagement du…
vaccination_frobertdurand_26022021-069501

Départ canon pour la vaccination de masse dans Ahuntsic-Cartierville 

La vaccination contre la COVID-19 semble prendre son envol sans trop de…