Martin Fecteau et son livre
Les récits du Martin pêcheur est le premier livre de Martin Fecteau. (Photo : courtoisie)

Un livre sur la pêche qui ne vous dira pas comment attraper plus de poissons, mais qui vous révèle cette autre vie que seuls les pêcheurs connaissent, une canne à pêche à la main.

« À la pêche il arrive toujours quelque chose et ça arrive à tout le monde », assure Martin Fecteau.

Ce résidant d’Ahuntsic-Cartierville qui a arpenté les rues du territoire comme conseiller pour l’hebdomadaire local durant des années est aujourd’hui et depuis un bon moment l’un des attachés politiques de la députée sortante de l’Acadie, Christine Saint-Pierre.

Il vient de publier Les récits du Martin pêcheur, son premier livre, sur la pêche, sa passion depuis son plus jeune âge.

« Ce n’est pas un guide de pêche », prévient-il.

Effectivement, c’est un recueil de 130 textes, petites histoires vécues, réflexions ou commentaires sur des situations où taquiner le poisson est autant la scène, le contexte que l’alibi.

Tout a commencé en pleine pandémie quand M. Fecteau partageait avec des passionnés comme lui ses premiers récits sous forme de publication sur les réseaux sociaux.

« Je suis sur des forums de pêcheurs, généralement par curiosité. C’est souvent les mêmes questions qui reviennent, j’hésite sur tel modèle de canne ou tel matériel. Un jour j’ai eu comme un flash-back et j’ai écrit une histoire. J’ai eu comme 500 ou 600 j’aime, des commentaires, des gens demandaient à partager. Puis, la semaine suivante j’en ai écrit un autre et puis ça a déboulé », raconte-t-il.

Cette succession de petits textes aboutira au livre. M. Fecteau admet que ces histoires étaient dans sa tête depuis longtemps. Elles avaient besoin d’un moment pour sortir.

« Il y a, je pense, un élément déclencheur, c’est la mort de Serge Bouchard. C’est venu me chercher. J’adorais lire ce monsieur. J’ai essayé de me dire, je vais à la pêche avec Serge Bouchard et c’est comme cela que je suis tombé dans l’humain, dans l’anthropologie, dans la psychologie », croit-il.

La vraie nature du pêcheur

Au-delà de l’introspection, ces histoires permettent de découvrir les facettes méconnues de la pêche, qu’en définitive seuls les pêcheurs ou ceux et celles qui les accompagnent connaissent.

« La pêche est un prétexte, car ce ne sont pas de grands pêcheurs qui vivent cela. Mais le fait de se retrouver au milieu des bois, au milieu d’un lac, leur offrait une évasion et les dédouanait de tout », et finalement révèle ces gens.

M. Fecteau rédige ainsi une série de portraits et décrit ses personnages sous des angles inattendus.

« À un moment, je dis que dans la chaloupe, la canne à pêche est comme un bâton de vérité. »

Cela passe à travers ce qu’il a vu, entendu ou vécu et chaque moment devient un événement important dans la vie.

«Vous savez dans certaines tribus, autour du feu, celui qui tient le bâton a droit à la parole et les autres doivent écouter. Bien votre canne à pêche joue le même rôle. Il n’est pas dit que vous ne parlerez seulement que de pêche à la pêche», écrit-il sous le titre, tenir une canne à pêche. « Je raconte tout ce qui vient avec le voyage de pêche, pas seulement sur la barque. Quand tu réserves des mois à l’avance. Quand la veille du départ tu cherches tes affaires. Quand il arrive quelque chose en chemin », énumère-t-il.

Encouragé par son fils Nicolas et aidé par sa conjointe, M. Fecteau publie son livre à un moment particulier de sa vie.

« Je vais avoir 50 ans cette année. J’arrive à un âge où j’ai assez d’archives en mémoire pour pouvoir écrire. À 22 ans, je n’aurais pas pu le faire », convient-il.

Son recueil est aussi un hommage à sa famille avec qui il a pêché longtemps.

« C’est des choses que j’ai vécues quand j’étais petit quand j’allais avec mes oncles », souligne-t-il.

M. Fecteau n’a pas pu convaincre une maison d’édition de publier son livre, alors il a fait tout lui-même, à compte d’auteur.

« J’ai vendu en quelques semaines deux tiers du tirage », dit-il joyeusement.

On peut joindre Martin Fecteau à : fecteaumartin@videotron.ca.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le Sault profite de la subvention du ministère de la Culture pour les immeubles patrimoniaux

Il y a quelques semaines, la ministre de la Culture et des…

Foire des possibles, culture en musique, piste cyclable éclatante de couleurs: tout ça chez nous!

Début de la semaine de la mobilité durable, journées de la culture,…

Une balade sonore et visuelle au cœur de Bordeaux-Cartierville

Fruit d’un processus collaboratif sur deux ans, le balado Les Voix de…
classe-ecole_source-public-domain-license-creative-commons

L’anglais demeure très populaire chez les jeunes

L’attrait de l’anglais ne se dément pas dans les écoles. Un parent…