Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Dangereux ou non pour les cyclistes?

Sécurisation des viaducs dans Ahuntsic-Cartierville

Publié le 27/09/2017
par Philippe Rachiele

 

Trois ans et demi après le décès de la cycliste Mathilde Blais, écrasée sous les roues d’un camion sous un viaduc rue St-Denis et un an après que la Ville de Montréal ait lancé son programme «Vision zéro accidents graves», journaldesvoisins.com vous livre son constat quant à la sécurisation efficace ou non des ponts et viaducs de l’arrondissement.  Alors que toutes ces structures peuvent être traversées de façon sécuritaire par les automobilistes, seulement 49% (20 sur 41) des traversées sont considérées sécuritaires pour les cyclistes, qui sont des usagers vulnérables, selon l’évaluation de la Ville-centre.

Selon le photo-reportage du journaldesvoisins.com ci-dessous, sur les 41 ponts et viaducs visités, cinq sont sécurisés avec une barrière physique entre les vélos et les véhicules automobiles; 11 offrent des traversées avec des bandes cyclables; quatre nécessitent la cohabitation sur le trottoir avec les piétons; finalement, 19 n’ont aucune identification de sécurisation et deux sont interdits au vélos.

Selon un article de Radio-Canada, le rapport du coroner à la suite du décès de la cycliste Mathilde Blais expliquait que ce décès aurait pu être évité si la chaussée avait été partagée entre les cyclistes et les véhicules moteur.  De plus, le coroner aurait demandé à l’Union des municipalités du Québec (UMQ) « de favoriser dans l’aménagement urbain des corridors de circulation sécuritaire pour les vélos, en priorité sur les artères principales ».

Sécuriser seulement les viaducs?

Un résidant du Sault-au-Récollet, Christian Mercier, cycliste et automobiliste, trouve que les bandes cyclables sous le viaduc du CN, sur la rue de Lille, sont une bonne idée. En revanche, il considère que sécuriser seulement le viaduc n’est pas suffisant.

«Il faut aussi faire quelque chose pour sécuriser toute la rue, car après le viaduc, on doit rouler en vélo dans la rue [de Lille]  avec les enfants et les voitures, et c’est pas sécuritaire».

Selon Frédéric Bataille, porte-parole du groupe de transport actif Ahuncycle, plus on attend pour sécuriser les viaducs et les rues, plus on augmente les risques de collision. En outre, plusieurs autres raisons militent pour la sécurisation des rues et des viaducs du territoire, et du Grand Montréal.

«Si on veut aider à la promotion de la santé, diminuer les gaz à effets de serre, réduire les dépenses des villes occasionnées par la voiture solo, il faut encourager le transport actif et cela signifie rendre nos rues assez sécuritaires pour que nos enfants et les aînés puissent se rendre à destination en sécurité», ajoute M. Bataille, lui-même père de quatre enfants, automobiliste à ses heures, en plus d’être cycliste et piéton.

Les piétons pas en sécurité

Faire partager le trottoir sous les viaducs à la fois par les piétons et les cyclistes ? Félix Gravel, porte-parole de l’organisme Piétons Québec, considère que ce n’est pas sécuritaire. Pour M. Gravel, ce faisant, ni les voies cyclables ni les chemins pour piétons sont «sécurisés».

«On complexifie inutilement la vie des piétons et des cyclistes», déplore-t-il.

Ce «partage» physique des trottoirs sous les viaducs augmente le stress des piétons qui ne se sentent plus autant en sécurité. En outre, le danger guette, car il y a souvent une pente à ces endroits et les cyclistes y prennent de la vitesse.

«C’est une solution de facilité plutôt que de réellement penser à régler le problème du choix de l’allocation de l’espace» mentionne-t-il.

D’après M. Gravel, il faut créer des rues complètes qui permettent un passage pour tous, plutôt que de créer des conflits avec les usagers les plus vulnérables, sinon on envoie un mauvais message» conclut-il.

Voyez notre reportage photo de tous les viaducs et ponts d’Ahuntsic-Cartierville, lequel a été réalisé entre le 16 et le 24 septembre (Photos : Philippe Rachiele)

1

Boulevard Crémazie et avenue Papineau

 

2

Boulevard Crémazie et Christophe-Colomb

 

3

Boulevard Crémazie et St-Hubert

 

4

Boulevard Crémazie et rue de Châteaubriand

 

5

Boulevard Crémazie et rue Foucher

 

6

Boulevard Crémazie et rue Lajeunesse

 

7

Boulevard Crémazie et rue St-Berri/St-Denis

 

88

Boulevard Crémazie et rue Henri-Julien

 

9

Boulevard Crémazie et boulevard St-Laurent

 

10

Crémazie et avenue du Parc

 

11

Crémazie et le viaduc du CP, à faire à pied avec son vélo

 

12

Crémazie et boulevard de l’Acadie

 

13

De Beauharnois, pour aller à Ville St-Laurent sous l’autoroute 15

 

14

Autoroute 15 et Sauvé

 

15

Autoroute 15 et Henri-Bourassa

 

16

 

Viaduc du CP et Chabanel

 

17

Viaduc du CN et Meilleur

 

18

Viaduc du CN et St-Laurent

 

19

Viaduc du CN, rue Berri

 

20

Viaduc du CN, rue Lajeunesse

 

21

Viaduc du CN, rue St-Hubert

 

22

Viaduc du CN, avenue Christophe-Colomb

 

23

Viaduc du CN, avenue Papineau

24

Viaduc du CN boulevard St-Michel

25

Autoroute 19 et Henri-Bourassa

 

26

Pont Viau au dessus de la rivière des Prairies

 

27

Pont du CP sur l’Île Perry

 

28

Autoroute 15 et la rivière des prairies

 

29

Viaduc du CP et rue Sauvé

 

30

Viaduc du CP et Henri-Bourassa

 

31

Viaduc du CP et boulevard Salaberry

 

32

Chemin de fer du CP et boulevard Gouin

 

33

Autoroute 15 et Dudemaine

 

34

Autoroute 15 et Salaberry

 

35

Pont Lachapelle

 

36

Viaduc du CN et boulevard Laurentien

 

37

Viaduc du CN et Grenet

 

38

Viaduc du CN et O’Brien (Photo Google Maps)

 

39

 

Pont du ruisseau Bertrand sur boul. Gouin Ouest (Photo : Google Maps)

 

40

Viaduc du CN, rue de Lille

41

Viaduc du CN, rue de Lorimier