Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Un concours d’architecture pour la future école Sophie-Barat

Publié le 13/12/2018
par Joran Collet

Emplacement des ruines de l’ancien Externat Sophie-Barat, là où sera construit l’agrandissement. (Photo: jdv P. Rachiele)

Divers représentants de l’arrondissement et de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) étaient réunis lundi matin dans la bibliothèque de l’école Sophie-Barat pour annoncer le lancement d’un concours d’architecture, dont le résultat déterminera le visage du plus vieil établissement scolaire de Montréal.

En juin dernier, Marie Montpetit, députée de Maurice-Richard et anciennement ministre de la Culture et des Communications, et Sébastien Proulx, alors ministre de l’Éducation, avaient annoncé un plan d’agrandissement de l’école Sophie-Barat. Pour mener à bien ce projet, la Commission scolaire de Montréal souhaite donc lancer un concours d’architecture.

Le choix de l’école Sophie-Barat s’annonce comme une évidence pour la CSDM puisque l’établissement scolaire est le plus vieux de son territoire. Terminé en 1858, Sophie-Barat constituera un pont entre l’hier et l’aujourd’hui.

Cette extension accueillera notamment des classes-laboratoires, des locaux d’art et encore une salle d’exposition.

En janvier 2017, les ruines de l’externat avaient d’ailleurs inspiré des étudiants à la maîtrise en architecture. Plusieurs idées avaient alors été avancées de manière informelle. Catherine Harel-Bourdon, présidente de la commission scolaire de Montréal, a d’ailleurs souligné au jdv que le concours s’adressera aux étudiants de cycles supérieurs et aux professionnels.

Rappelons que les concours d’architecture dans le processus de construction de nouvelles écoles étaient une promesse faite par le parti Coalition Avenir Québec lors de la dernière campagne électorale. Mme Harel-Bourdon a toutefois précisé que la décision de faire un concours pour tout nouvel établissement ou agrandissement datait de mai dernier, à la suite d’une réunion du conseil des commissaires.

Flo Fest 2019

Publicité

Les ruines remodelées

C’est sur l’emplacement actuel des ruines que prendra forme l’agrandissement de l’école. La structure actuelle des ruines devra donc disparaître pour laisser place au nouveau projet. En effet, ce qu’il reste de l’externat est trop instable pour permettre une construction. Rappelons qu’un incendie a ravagé l’externat en 1997 et que celles-ci sont, depuis, laissées à la merci de la nature et tout le secteur est condamné.

Les pierres seront toutefois conservées pour les inclure au futur projet. Mme Harel-Bourdon a aussi confirmé à votre média qu’elles seront visibles dans la nouvelle construction. Rien ne semble toutefois empêcher le gagnant du concours de présenter un projet incluant une architecture similaire, mais plus stable et sécuritaire.

Ce ne serait pas le premier dossier de ce genre puisque l’école Sainte-Bibiane de l’arrondissement Rosemont avait eu une expérience similaire, mais avec des briques. Ces dernières ont été numérotées et réutilisées lors de la réfection de l’établissement.

Jean François Gagnon, directeur de l’école Sophie Barat, a indiqué qu’il était très important de conserver les ruines de l’externat.

«[on veut] garder cette touche de patrimoine qui fait notre caractéristique», a-t-il notamment souligné au jdv.

Enfin, le mur d’enceinte de l’école ne sera pas touché par ce projet. Rappelons que le mur d’enceinte est depuis 2017 recouvert d’un grillage et est source de nombreuses inquiétudes de la part des riverains et d’autres résidants qui souhaiteraient voir  une réelle restauration du mur.

Quatre millions essentiels

Le projet est estimé à 17 millions de dollars. Treize millions ont déjà été reçus, mais selon Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM, un quiproquo aurait créé un manque entre le coût réel du projet et les sommes reçues.

Toujours selon la présidente de la CSDM, pour mener à bien cet agrandissement, la commission scolaire a encore besoin de quatre millions de dollars supplémentaires. Elle en appelle donc au premier ministre du Québec pour qu’il entende leur besoin et fournisse les sommes manquantes. Contacté par journaldesvoisins.com, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur n’avait pas encore répondu au moment d’écrire ces lignes.

Il faudra toutefois probablement attendre trois ou quatre ans avant que l’ensemble des travaux ne soit terminé. Un échéancier qui se veut optimiste, puisque comme le souligne Mme Harel-Bourdon, il reste encore beaucoup de travail avant de pouvoir inaugurer le futur agrandissement. La présidente de la CSDM est toutefois confiante que le projet saura obtenir les approbations et le financement nécessaires dans les temps.

Une population grandissante

L’établissement scolaire fait face à une augmentation constante du nombre d’élèves depuis plusieurs années. En 2008, quelque 1100 écoliers fréquentaient l’école alors qu’en 2019, le nombre d’élèves est maintenant de 1675. Et l’école pourrait encore accueillir plus d’élèves puisqu’il est estimé que durant les trois à quatre prochaines années ce nombre pourrait atteindre les 2000 élèves.

Le manque de places dans les établissements scolaires de la CSDM est un problème connu. Ces dernières années, de nombreux chantiers ont été mis en branle afin de répondre à la demande. Ainsi, les écoles François-de-Laval et Ahuntsic Annexe ont été agrandies l’an dernier. D’autres établissements sont toujours en construction notamment les écoles Saint-Benoît ou encore Christ-Roi. Et d’autres ont été inaugurés récemment, dont la nouvelle école des Saint-Martyrs-canadiens, rue Parthenais.

Les divers intervenants lors de l’annonce du concours d’architecture de la CSDM pour l’École Sophie-Barat. (Photo: Joran Collet)