Le nouveau bâtiment résidentiel au coin du boulevard Gouin et de la rue Séguin (Photo: Éloi Fournier – JDV)

Plusieurs résidants du secteur patrimonial du Sault-au-Récollet ont été surpris de voir pousser une toute nouvelle construction résidentielle à deux étages, au coin du boulevard Gouin Est et de la rue Séguin. Or, le conseiller du Sault, Jérôme Normand, insiste : le projet est « exemplaire à plusieurs égards ». 

C’est un citoyen engagé dans ce coin de l’arrondissement, Jocelyn Duff, qui a posé la question en premier. M. Duff habite tout près de cette nouvelle construction, et il a été très surpris de constater ce qu’il advenait de l’ancien garage Centre Auto St-Laurent-Fleury, qui a fermé ses portes en 2021. 

« [Le garage] était une incongruité, mais il était en fond de cour et haut d’un étage, explique-t-il. […] Maintenant, de côté, c’est énorme. Ça a été élargi sur le côté et le volume est beaucoup trop important. »

Jocelyn Duff déplore que personne n’ait été averti qu’un tel projet allait se mettre en branle. Une voisine de l’ancien garage a confirmé au JDV qu’elle n’avait pas non plus été mise au courant. Toutefois, Jérôme Normand réplique que les voisins n’ont pas à être directement avertis étant donné qu’il s’agit d’un projet résidentiel. 

« Quand on a une demande de permis pour un projet privé, il n’y a pas d’avis aux voisins, à moins que la réglementation ne l’oblige, par exemple dans le cas d’une démolition », dit-il.

M. Normand ne sait pas si un avis a été fait lors de la démolition du garage ou lors de la décontamination du terrain, mais les commentaires lus ou entendus depuis une semaine sont les premiers qu’il ait entendus à ce sujet.

Projet exemplaire?

Le tout a commencé lorsque les nouveaux propriétaires ont acheté le site du garage et décontaminé le site, comme le veut le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains. Un nouveau bâtiment résidentiel ainsi qu’un nouvel aménagement paysager allaient suivre. 

Avant toute chose, le projet devait passer par le Comité consultatif d’urbanisme (CCU) ainsi qu’au Conseil du patrimoine de Montréal (CPM), ce qui a été fait l’an dernier. 

« C’est un projet qui a été porté par les requérants de manière exemplaire. On a intégré toutes les préoccupations qui avaient été soulevées, même celles qui étaient plutôt minimes », mentionne Jérôme Normand. 

Le 1961 Gouin Est, en construction (Photo: Jocelyn Duff)

Selon M. Normand, les critères de marge avant et d’implantation d’un nouveau bâtiment ont été respectés et des efforts ont été faits pour adapter le projet au milieu environnant. Le volume avant de la construction est élevé, mais les propriétaires ont modifié la transition entre les deux matériaux de revêtement de façon à mieux prononcer l’aspect de couronnement apporté par la partie en métal, ce qui a convaincu le CCU.

Cependant, force est de constater que la nouvelle construction est plutôt imposante à côté des demeures voisines.

Le conseiller du Sault-au-Récollet souligne au passage qu’il est normal que ce soit plus compliqué pour les bâtiments existants de faire des changements, étant donné leur valeur patrimoniale. Pour les nouveaux bâtiments, par contre, la vision du CCU et du CPM est différente. 

« On ne peut pas dire “on veut que votre nouveau bâtiment soit à la mode de 1912”… ça ne se peut pas. On ne peut pas recréer de l’ancien, et on essaie d’éviter ce genre de pastiche où les résultats sont plutôt mitigés. On ne veut pas ça dans un site patrimonial », déclare Jérôme Normand. 

Le nouveau bâtiment résidentiel au coin du boulevard Gouin et de la rue Séguin (Photo: Éloi Fournier – JDV)

Cependant, ce n’est pas tout le monde qui est de cet avis. Plusieurs résidants ont donné leur opinion dans un groupe Facebook géré par le conseiller Normand, dont Céline Ménard, selon qui « cette école de pensée qui privilégie la construction de bâtiments modernes dans le domaine bâti patrimonial, pour soi-disant éviter le pastiche, est dépassée! Ce genre d’intervention mérite une réflexion plus approfondie. »

Jacques Lebleu, pour sa part, fait référence à l’ancien garage:

On aperçoit l’ancien garage tout au fond du terrain. (Source: Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville (SHAC) — Fonds Société d’histoire du Sault-au-Récollet.)

« Personne ne se plaindra de la disparition de l’atelier de mécanique auto mais cette photo illustre clairement à quel point l’impact visuel de la nouvelle construction est plus important. »

Journaldesvoisins.com constate que les résidants du secteur semblent être pour le moins préoccupés par le projet. 

« On s’est donné des outils pour ne pas répéter les erreurs du passé. Ça a été vu par des urbanistes, des architectes, des professionnels… C’est assez curieux », souligne Jocelyn Duff, qui a bien hâte de voir le revêtement qui sera utilisé dans le cadre du projet. 

Soulignons tout de même que « le projet prévoit des matériaux de qualité ainsi qu’un plan horticole substantiel », d’après Jérôme Normand.

Le journal Le Devoir faisait également état de cette nouvelle construction dans son édition de samedi.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
5 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Jocelyn Duff
Jocelyn Duff
2 Années

Est-ce que je rêve en lisant l’article: “Les critères de marge avant et d’implantation d’un nouveau bâtiment ont été respectés et des efforts ont été faits pour adapter le projet au milieu environnant.”

Christiane Dupont
2 Années
Répondre à  Jocelyn Duff

Le journaliste rapportait les propos de M. Normand. Nous l’avons précisé. Bon point. Merci!

Anne-Marie Éthier
Anne-Marie Éthier
2 Années

Il n’y aurait pas une erreur de date sur la photo « La maison du garagiste », 1865. Il n’y avait pas de voiture en 1865! Peut-être 1965?

Christiane Dupont
2 Années
Répondre à  Anne-Marie Éthier

La date fait peut-être référence au fait qu’il s’agit de la maison du garagiste, et que cette maison qu’on aperçoit sur la photo aurait été construite vers 1865.

Claudette Viau
Claudette Viau
2 Années

Une autre construction “ara le trottoir” pour pas être obligé de marcher deux pas de plus.

Vous pourriez aussi aimer ces articles
brigadier scolaire, abord des écoles

Des rappels pour la sécurité aux abords des écoles

Quelques jours après la rentrée scolaire, la Ville de Montréal annonce des…

Dossier Henri-Bourassa – Au cœur d’un réaménagement qui change presque tout

Le boulevard Henri-Bourassa changera graduellement avec le réaménagement en cours. Il deviendra…

Aménager une ruelle verte à Ahuntsic-Cartierville

Les ruelles vertes ont le vent en poupe chez les citoyens qui…

Dossier Henri-Bourassa – Le temps permet d’accepter les changements

  Pauline Wolff, urbaniste à l’Université de Montréal, croit que le temps…