Les ventes privées attirent du monde au 1 Chabanel. (Photo: Loubna Chlaikhy, JDV)

Alors que les petits commerces ont parfois du mal à attirer les clients à Ahuntsic-Cartierville, les ventes privées sont devenues très tendance. Au cœur du District Central, dans le quartier de la mode du secteur Chabanel, celles-ci attirent jusqu’à plusieurs milliers de personnes à la recherche de vêtements ou chaussures à prix cassés.

Samedi matin. Alors que la plupart des bureaux du 1 Chabanel sont vides pour la fin de semaine, des gens ne cessent d’entrer et sortir du bâtiment. Les bras chargés de sacs remplis d’achats, ils arborent le sourire de celui qui a fait une bonne affaire.

«Il y a une vente privée au 4e étage avec des manteaux et des chaussures d’hiver; c’est vraiment intéressant», confie Nadia qui vient ici pour la première fois. Pourtant, l’activité commerciale n’est indiquée nulle part à l’entrée du bâtiment. Inutile, car le succès de ses ventes repose sur le bouche-à-oreille et les réseaux sociaux.

Les grands immeubles du secteur Chabanel, dans le District Central, ont encore de l’espace à offrir, ce qui est propice à des ventes d’entrepôt éphémères les fins de semaine. Le 1 Chabanel se trouve au coin du boulevard Saint-Laurent. (Photo: Anne Marie Parent, JDV)

Une tendance qui a grandi sur les réseaux sociaux

À l’arrivée au 4e étage, une file d’attente mène au hangar de vente. Chaussures, bottes d’hiver, manteaux… la plupart sont de marques bien connues, mais à des prix défiant toute concurrence. Dans les rayons, les clients cherchent leur taille, essaient et finissent souvent par craquer.

Qui se cache derrière ce type de ventes limitées dans le temps? Et comment parvient-on à attirer autant de clients?

«Nous sommes une entreprise d’export de vêtements, chaussures et accessoires. Il y a un an et demi on a commencé à organiser des ventes privées pour faire du destockage et depuis ça a pris beaucoup d’ampleur car la demande est vraiment là. Le principe est simple: ce sont des produits neufs, à des prix vraiment bas, et on paie les deux taxes», explique le responsable de l’entreprise Vente privée.

L’entreprise organise des ventes thématiques. En septembre, les enfants étaient ciblés avec la rentrée des classes; en cette fin de novembre place aux équipements hivernaux. «Sur une fin de semaine comme celle-ci, on reçoit de 3000 à 4000 personnes. Au début on n’avait que six employées; maintenant on est bien plus nombreux et on a agrandi l’espace de vente», souligne-t-il.

Ce succès est essentiellement bâti grâce au recours aux influenceurs qui promeuvent l’événement à leurs abonnés sur les réseaux sociaux. Cette stratégie de ciblage des communautés nouvelles arrivantes, notamment, explique le succès des ventes privées.

Des clients venus de loin

Ici, c’est avant tout les prix qui attirent les clients alors que le contexte d’inflation économique actuel force de nombreux foyers à être de plus en plus attentifs à leurs dépenses. Certains n’hésitent pas à parcourir plusieurs dizaines de kilomètres pour faire des économies.

«Je viens de Boucherville. C’est une amie qui m’a envoyé l’information sur les réseaux sociaux parce que c’est mon premier hiver québécois et que j’ai besoin de m’équiper. Avec toutes les dépenses que j’ai eues en arrivant, je ne peux pas mettre 300 $ dans un manteau, donc là c’est cool, j’ai trouvé un manteau de marque à 140 $. Pour les chaussures, je n’ai pas trouvé quelque chose qui me plaise dans ma pointure, mais je reviendrai à la prochaine vente, peut-être», témoigne Claire, arrivée de France il y a quelques mois et qui vit à Rosemont.

Venus de partout à Montréal, de Terrebonne, de Laval ou de la Rive-Sud, les clients découvrent souvent le quartier. «C’est la première fois que je viens ici; je ne connaissais pas du tout. J’ai même cru que je m’étais trompé d’endroit», s’amuse Rachid.

On pourrait se réjouir que de telles ventes attirent les clients dans un secteur délaissé depuis plusieurs années. Mais, en réalité, la plupart d’entre eux ne font qu’un arrêt unique pour ces ventes qui ont lieu au coup par coup.

À la sortie, ceux venus en transport font la file pour le bus, tandis que les autres rejoignent leur voiture. Difficile d’imaginer que cette manne profite au secteur et à ses commerçants.

NDLR: l’entreprise Vente privée annonce ses événements sur sa page Facebook. L’entrée du bâtiment 1 Chabanel se trouve au 9320, boul. Saint-Laurent.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Un des acs produits par la société Iso-Protek

Iso-Protek fabrique des sacs thermiques à partir de matières résiduelles

Une PME d’économie circulaire d’Ahuntsic, Iso-Protek, crée toute une gamme de sacs…

Ahuntsic, premier de classe en agriculture urbaine!

Nous vous présentons le dossier sur l’agriculture urbaine publié dans le Mag…

Loterie vidéo à Ahuntsic-Cartierville, casino à ciel ouvert pour les pauvres?

Ahuntsic-Cartierville compte au moins 220 appareils de loterie vidéo, installés dans une…

Collaborer entre voisins: une bière caféinée au District Central

Le quartier du District Central réserve de nombreuses surprises et tend à…