Exposition de dessins sur la violence faite aux femmes
L’exposition de 18 dessins et peintures explore les différentes formes de violences que peuvent subir les femmes. (Photo : Amine Esseghir, JDV).

Une série de peintures et de dessins fait le tour des écoles et des cégeps du nord de Montréal pour sensibiliser les jeunes en particulier aux différentes formes de violences faites aux femmes.

« Cri du cœur, la voix des femmes » est une exposition de 18 dessins et peintures réalisés par de jeunes filles sensibilisées aux différentes formes d’abus qu’elles-mêmes ou que leurs proches ou amies pourraient subir.

L’exposition, dupliquée trente fois, a été mise sur pied par la Table de concertation en violence conjugale du secteur nord de Montréal, est déjà visible dans une vingtaine d’établissements scolaires d’Ahuntsic-Cartierville, de Montréal-Nord, de Saint-Laurent ou de Villeray.

Un vernissage formel a eu lieu le 9 mai au Collège Regina Assumpta. Parmi les tableaux que l’on peut voir, celui de Maria Anastasia Proca.

Elle a mis en scène comment les médias sociaux sont utilisés pour porter préjudice aux femmes. Elle illustre le cas d’une jeune fille qui se déshabille devant son chum et celui-ci en profite pour diffuser ses images dans un chat de groupe.

« C’est ce qu’on entend souvent, souligne cette élève de Regina Assumpta. C’est moins physique chez les jeunes. Ils se tapent moins. C’est plus ce genre de harcèlement. »

Même si elle considère que c’est le fait d’une minorité, elle observe que c’est un type d’abus répandu. Selon elle, les garçons sont entrés dans une sorte de concurrence en collectionnant les images de femmes.

« C’est à qui en possède le plus et les jeunes s’envoient des photos et se répondent », constate-t-elle.

Medeea Maria Muraru, élève de la même école, a réalisé trois tableaux, la ballerine, le prince charmant et le cœur glacé, des images dans lesquels elle fait appel aux symboles.

« Il y a beaucoup d’hommes qui prennent avantage sur leur femme et les manipulent », soutient-elle.

Elle tente de dénoncer la difficulté des victimes à s’exprimer.

« J’ai essayé de raconter comment une femme subit la violence et comment elle devrait réagir. Même si elle se remet en question, elle a peur de dire ce quelle subit en faisant appel à la police ou à des intervenantes (…) C’est important d’agir, car à un moment donné, il faut que ça arrête », relève-t-elle.

Rendre visible

Ces tableaux sont le fruit de l’imagination et du talent des jeunes artistes. Toutefois, ils tirent beaucoup leur inspiration des ateliers organisés notamment par Concertation femme, un organisme d’Ahuntsic-Cartierville. Souvent, la violence renvoie aux coups et aux marques sur les corps.

« Il y a des violences psychologiques, verbales, économiques. Il y a le chantage spirituel. Les gens n’ en sont même pas conscients », énumère la directrice de Concertation femme* qui est également présidente de la Table de concertation en violence conjugale du secteur nord de Montréal, Maysoun Faouri.

Elle admet que les œuvres artistiques ne cherchent pas à plaire, mais plutôt à marquer les esprits en mettant en évidence les violences de manière assez brutale.

Pour appuyer les artistes en herbe et offrir une exposition de qualité, l’organsme a retenu l’aide de Raluca Mihaela Muaru, une artiste peintre qui a étudié à l’école des beaux-arts de Bucarest, en Roumanie.

L’exposition installée déjà dans une vingtaine de lieux est offerte aux établissements scolaires qui en font la demande.

Mme Faouri espère que ces dessins et peintures servent au moins à présenter l’exposition d’année en année et au mieux servir de supports pédagogiques pour sensibiliser les jeunes aux différentes formes de violences que peuvent subir les femmes.

« C’est bien d’avoir une activité. Mais quand on veut un impact, il faut répéter », croit-elle.

 

*Mme Faouri est également membre du conseil d’administration du JDV.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
2 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Danielle Ste-Marie Danielle
Danielle Ste-Marie Danielle
1 Année

Est-ce qu’il y a une photo d’une dame âgée avec une canne qui se fait bousculer par trois jeunes filles en uniformes scolaire qui veulent monter les premières dans le bus pour prendre les deux places réservées aux personnes âgées. On pourrait mettre en sous-titre : « Et si j’étais ta grand-mère, tu me bousculerais comme ça ? »

Rédaction
Admin
1 Année

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez au journaldesvosins.com (JDV).
Le JDV est un journal d’information et suit les règles du Guide de déontologie des journalistes du Québec.
Même si nous avions cette photo, pour des raisons de déontologie, nous mettrions un commentaire informatif : lieu, date, description de l’événement et éventuellement nom des personnes.
La Rédaction

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Les langues parlées à Ahuntsic-Cartierville: le français et bien plus

Quelles langues parlent les résidents d’Ahuntsic-Cartierville? Principalement le français (à la maison…

Nouvelle cohorte du CJAC : des idées plein la tête

La nouvelle cohorte du Conseil jeunesse Ahuntsic-Cartierville (CJAC) est maintenant en place…

Printemps 2024 : Ahuntsic-Cartierville fait place nette

Le printemps est souvent synonyme de «grand ménage».  Dominique Paquin, directeur des…
Ahuntsic en fugue

Concerts Ahuntsic en fugue prend une pause

Il n’y aura pas de Concerts Ahuntsic en fugue cette année. Les…