(Photo: SPVM)

L’hiver est déjà à nos portes, mais le vol de vélos ne s’arrêtera pas avec la saison froide… Un triporteur nécessaire au déplacement d’un usager du CRÉCA a été volé la semaine dernière. Si le véhicule a finalement été retrouvé, le moteur en était arraché. Pour aider la victime, une bonne samaritaine a proposé sur Facebook celui de son père décédé. Si l’histoire se termine bien, le nombre de vols de vélos dans l’arrondissement reste élevé. Que fait la police pour tenter de diminuer ce nombre?

Nathe François, une résidante de l’arrondissement raconte avoir assisté au vol de son propre vélo après un concert le 26 juillet dernier. Le lendemain, la résidante a décidé de rapporter le vol à la police, mais la SPVM lui a dit ne rien pouvoir faire pour elle.

« La police m’a expliqué que je n’avais aucune chance de retrouver mon vélo puisque je n’avais pas pris la précaution de noter le numéro de série, et que le vélo n’avait pas de signe particulier », raconte Nathe François.

Pourtant, la police ne reste pas inactive. Elle fait des vérifications aléatoires sur les sites de revente et oblige les brocanteurs à avoir un certificat de la police pour chaque vélo vendu sous peine d’une amende salée.

« Si on nous donne juste une description physique du voleur, ça ne nous permet pas d’amorcer une enquête », explique le responsable des vols de vélos au SPVM. « Si c’est une station de métro, on va vérifier s’il y a des caméras à l’extérieur qui pourraient nous permettre d’avoir des images, mais on ne peut pas partir une enquête sans indice. »

Mais ce qui aide surtout, ce sont les numéros de série et le burinage.

Cette année, la police a déjà buriné 4221 vélos à Montréal. Et déjà, selon les chiffres du SPVM, les vols de vélos sont moins importants cette année que les années précédentes dans les deux postes de quartier de l’arrondissement.

Vol de vélo 2015 2016 2017
PDQ10 (Cartierville) 20 22 13
PDQ27 (Ahuntsic) 91 103 88

*Ces chiffres ne prennent pas en compte les vols de vélos à domicile.

Les numéros de série et le burinage

La police affirme que les vols les plus courants sont faits par des personnes qui volent des vélos mal verrouillés pour les abandonner un peu plus loin.

« On en est à des centaines de vélos qui sont retrouvés chaque année. Ce qui nous a permis cette année de remettre 22 vélos à leur propriétaire ces derniers temps, c’est le fait que ces vélos soient identifiés », explique le SPVM.

Afin de pouvoir rendre les vélos retrouvés, la police tente de sensibiliser les Montréalais à relever le numéro de série de leur vélo ou à le faire buriner gratuitement dans un poste de police.

« On met un numéro qui nous appartient au SPVM, ce qui fait en sorte que si on retrouve ce vélo-là dans 2 ans, à minuit le soir, à Verdun, on va dans nos registres et on sait qu’il appartient à tel monsieur qui habite Ahuntsic. De plus, lorsque les vélos sont burinés, c’est très rare qu’ils soient volés car les voleurs ont de la difficulté à les revendre. »

Pour faire buriner gratuitement son vélo, il suffit de prendre rendez-vous dans un poste de quartier et l’agent sociocommunautaire fixera une date pour le burinage.

Comme de plus en plus de Montréalais roulent à vélo à l’année longue maintenant, leur moyen de transport mérite d’être chouchouté…et protégé.

 

 

 

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

L’organisme Moments Musicaux tire sa révérence

L’organisme Moments Musicaux a annoncé mettre fin à ses concerts de musique…

Le recensement récent de nos amis à plumes signale une baisse des «effectifs» dans Ahuntsic-Cartierville

Le recensement des oiseaux de Noël (RON) du Club d’ornithologie d’Ahuntsic (COA)…

Plan vélo mollo dans Ahuntsic-Cartierville en 2022

La programmation cyclable 2022 a été dévoilée par la Ville de Montréal…

La rue partagée sur Gouin Est, un concept qui avance à petits pas

Les riverains de la rue partagée sur Gouin Est, dans le Sault-au-Récollet,…