Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Un « chemin de désir » non désiré

Aménagement du boisé Christophe-Colomb et Crémazie

Publié le 23/06/2017
par Christiane Dupont

L’arrondissement prévoit aménager le boisé au coin des rues Christophe-Colomb et Crémazie.  Le plan a été présenté aux citoyens des environs à l’occasion d’une  assemblée d’information le 13 juin dernier. Certains citoyens et organismes craignent pour la sécurité des piétons et des cyclistes.

L’arrondissement a dévoilé le graphique ci-dessous qui démontrait que la majorité des 130 résidants qui ont répondu à la consultation publique « par courriel » privilégiait un « Espace naturel aménagé » pour ce boisé.

Certains résidants se demandaient si le boisé allait vraiment être utilisé à cause du bruit de l’autoroute 40 adjacente.  La question de la sécurité était omniprésente.

Chemin de désir non désiré

Actuellement, et depuis au moins quatre ans, cyclistes et piétons qui se dirigent vers le collège Grasset et vers la rue Crémazie, depuis Christophe-Colomb, utilisent ce que l’on appelle un «chemin de désir».

Un «chemin de désir», c’est un sentier qui s’est constitué naturellement à force d’y marcher et d’y rouler, étant habituellement le chemin le plus court, et/ou le plus sécuritaire et/ou le plus agréable.

Sur le schéma tout en haut, on peut observer que le « chemin de désir » est en rouge, sous l’inscription «clôture». L’arrondissement avait comme intention de formaliser «le chemin de désir», tel que suggéré par plusieurs des nombreux courriels reçus.

Toutefois, le Collège Grasset aurait refusé cette demande, considérant que ce n’était pas sécuritaire pour piétons et cyclistes –mais surtout pour les piétons qui se dirigeraient, par exemple, vers la station de métro Crémazie–, qui font ce chemin depuis au moins quatre ans, et qui arrivent tout droit dans le stationnement du Collège en même temps que les voitures qui se rendent au Collège.

Cyclistes non bienvenus

D’autres citoyens on mentionné qu’il faudrait de l’éclairage dans ces sentiers étroits. Ils espèrent, en outre, que les itinérants ne deviennent pas les principaux utilisateurs du boisé et qu’eux-mêmes, vivant à proximité, ne se sentent pas les bienvenus.

À la suite de l’analyse des suggestions des résidants soumises par courriel, l’arrondissement prévoit effectuer les opérations indiquées dans la diapositive suivante dans le boisé.

Avec l’élimination du «chemin de désir», l’alternative pour les piétons sera d’utiliser le ou les sentiers qui seront refaçonnés et qui passeront dans le boisé (voir lignes pointillées en rouge dans le premier schéma).

Quant aux cyclistes, selon l’option suggérée par l’arrondissement, ils devront rouler le long de Crémazie. Certains choisiront peut-être d’utiliser le sentier piétonnier.

Des citoyens ont demandé que les sentiers du boisé soient étroits pour éviter que les cyclistes ne les empruntent.

Option Crémazie

Selon Frédéric Bataille. porte-parole du groupe de transport actif Ahuncycle, l’idée de faire rouler les cyclistes sur le boulevard Crémazie, puisqu’il n’y aurait plus de chemin pour eux comme avant n’est pas l’idée du siècle.

« Ce sera plus accidentogène », a-t-il dit en entrevue à journaldesvoisins.com.

Toujours selon M. Bataille, faire passer les cyclistes sur Crémazie va nuire aux cyclistes qui veulent se rendre au Collège André-Grasset. Pour rejoindre la piste cyclable de Christophe-Colomb, pour leur sécurité, les cyclistes vont probablement passer sur le trottoir ou dans le boisé créant alors des zones de conflit entre piétons et cyclistes s’inquiète-t-il.

« Cela n’a pas de bon sens de ne pas utiliser le seul chemin protégé existant », conclut-il [NDLR: le chemin de désir].

Du côté de Grasset, une porte-parole, Elizabeth Forget-Le François, conseillère en communication, a précisé que le Collège était très ouvert au transport actif. Toutefois, a-t-elle précisé, la sécurité des piétons qui passent par le stationnement est compromise par le flot de véhicules entrant au stationnement.

Frédéric Bataille poursuit en mentionnant que si ce n’est absolument pas possible d’officialiser le « chemin de désir » actuel il faudrait envisager une voie cyclable bidirectionnelle le long de Crémazie pour permettre à la clientèle du Collège André-Grasset d’y accéder de façon sécuritaire.

« L’idéal serait de prolonger cette voie jusqu’à la rue St-Hubert », dit-il.

Mme Le François mentionnait en entrevue qu’elle croit que le Collège serait ouvert à l’aménagement d’une telle piste cyclable dans le boisé, mais le long de Crémazie, tel que le suggère Ahuncycle.

« Il faut absolument que la Ville et le Collège [André-Grasset] se parlent pour trouver la meilleure solution pour tous»,  a déclaré pour sa part Jean-François Pronovost, vice-président, Développement et Affaires publiques, de Vélo-Québec à journaldesvoisins.com.

« Quand les gens utilisent un «chemin de désir» c’est parce que c’est un chemin agréable, direct et efficace », a conclu l’expert gestionnaire.