Plusieurs nouveaux arbres ont été plantés au parc De la Merci à l’automne 2023 suite à l’abattage de Frênes malades (Photo : Philippe Rachiele, JDV)

Le temps est plus chaud. Il fait bon se promener ici et là, notamment dans le parc de la Merci, et surprise! On aperçoit plusieurs nouveaux arbres qui y ont élu domicile, placés là de toute évidence pour remplacer les frênes abattus en 2022.  Par quoi a-t-on remplacé ces frênes? Le Journal des voisins (JDV) l’a demandé pour vous à l’arrondissement.

Compte tenu de la période printanière qui requiert toutes les énergies au service des travaux publics de l’arrondissement, notamment avec  la plantation d’arbres, le JDV n’a pu réaliser une entrevue avec l’un des responsables. Toutefois, des réponses écrites nous ont été transmises par la Division des parcs, de l’horticulture et de la forêt urbaine de l’Arrondissement via Émilie Miskdjian, chargée de projet aux communications d’Ahuntsic-Cartierville.

JDV : Nous avons remarqué l’abattage de nombreux frênes au parc De la Merci en 2022.  Par quelle essence d’arbres sont-ils remplacés?

Plusieurs nouveaux arbres ont été plantés au parc De la Merci à l’automne 2023 consécutivement à l’abattage de Frênes malades (Photo : Philippe Rachiele, JDV)

EM :  Comme la plantation de frênes est prohibée depuis l’avènement de l’insecte l’agrile du frêne, parmi les arbres à grand développement plantés dans les parcs, on compte entre autres les :

  • Chênes à gros fruits
  • Peupliers à feuilles deltoïdes
  • Saules noirs
  • Noyers cendrés
  • Érables argentés
  • Tilleuls américains
  • Féviers occidentaux
  • De grands conifères comme l’épinette, le mélèze, le pin
L’un des nouveaux arbres plantés au parc De la Merci à l’automne 2023 après l’abattage de Frênes malades (Photo : Philippe Rachiele, JDV)

JDV : Combien d’arbres ont été abattus et plantés en 2022 et 2023 dans l’arrondissement?

EM : Voici un tableau avec les renseignements demandés :

Détails du nombre d’arbres abattus et plantés dans l’arrondissement en 2022 et 2023 (Source : Arrondissement)

JDV : Quel est le délai habituel entre l’abattage d’arbres et leur remplacement dans un même parc?

EM : Difficile de parler d’un “délai habituel” puisque différents facteurs ont un impact sur le remplacement des arbres. Ainsi, le délai vers lequel nous tendons est d’une année, mais le délai moyen s’approche plus de deux années. Dans un parc, il y a différents facteurs à considérer comme un projet de réaménagement projeté à court ou moyen terme, la localisation de l’arbre abattu, et la densité de la zone.

JDV : Est-ce que vous plantez des arbres qui vivent habituellement en groupe ou seulement des arbres qui peuvent pousser en solitaire?

EM : Notre principale préoccupation est d’augmenter la biodiversité et la résilience de notre forêt urbaine. Ainsi, nous tentons de mettre en pratique différentes notions, dont les groupes fonctionnels. La résistance aux conditions urbaines est aussi un facteur à considérer.  Comme vous le mentionnez, dans leur habitat naturel, certaines plantes dites grégaires se développent mieux dans une colonie de plantes congénères comme les hêtres, les chênes. Dans notre planification, nous ne visons pas spécialement un type de plantes, mais [nous] tenons compte de tous les facteurs connus pour créer un ensemble résilient, adapté aux conditions offertes, sans parler de l’apport esthétique et environnemental.

JDV : Quels sont les arbres que vous ne plantez pas hormis les frênes?

EM : Le nerprun, en tant qu’espèce envahissante, est proscrit.

JDV : Le site “arbres publics de Montréal” qui permet aux citoyens de retracer de façon conviviale les arbres sur rues et dans les parcs est-il toujours utile aux citoyens?

Dans cet exemple provenant du site https://quebio.ca/fr/arbresmtl, on remarque que les données sur les nouveaux arbres du parc De la Merci, plantés à l’automne 2023, sont déjà identifiés. (Source : Québio.ca)

EM : Le site arbres publics est géré par la Ville-centre. Pour nos besoins opérationnels à l’arrondissement, nous utilisons plutôt un [stock] de végétaux informatisé en association avec une plateforme de service cartographique.

JDV : Quel est le format moyen des arbres plantés?

EM : Nous plantons des spécimens en motte contenue dans un panier de broche, généralement de 32″, et dont le DHP [diamètre mesuré à 1,4 m du sol] se situe entre 45 et 60 mm. La hauteur des conifères plantés est d’environ 175 cm. Ceux-ci se présentent aussi en panier de broche. Dans certaines situations particulières, le format en pot est utilisé.

Plan maître de plantation 2022 -2031

Selon  le Plan maître de plantation 2022-2023 de l’arrondissement que le JDV a consulté, différents éléments peuvent intéresser les citoyens, notamment les bénéfices qu’ils peuvent retirer des arbres en milieu urbain.

L’arbre urbain favoriserait une meilleure santé physique et psychologique des citoyens en contribuant à la vie de quartier, en structurant le paysage et en améliorant la qualité de l’environnement.  Comme la forêt urbaine offre de nombreux services écosystémiques, il est donc primordial selon le plan maître, de la préserver, de l’entretenir et de la mettre en valeur.

Principes directeurs

Pour guider l’ensemble des travaux de plantation d’arbres sur le territoire, voici une dizaine de principes directeurs auxquels a réfléchi l’équipe technique de la Division des parcs et des installations de l’arrondissement :

1 – Sélectionner les arbres à planter selon le principe du « Bon arbre au bon endroit »;

2 – Augmenter la résilience de la forêt urbaine en favorisant l’approche fonctionnelle afin d’être en mesure de mieux répondre aux changements climatiques. Cela consiste à regrouper les espèces arborescentes en 10 groupes et sous-groupes selon leurs ressemblances. Chaque groupe est alors composé d’espèces d’arbres répondant de façon semblable à une perturbation;

3 – Favoriser les espèces indigènes du Québec lorsque le site de plantation le permet;

4 – Accroître ou maintenir la canopée de chacun des quartiers de l’arrondissement;

5 – Conserver l’intégrité écologique de nos écosystèmes forestiers actuels;

6 – Renforcer le patrimoine génétique de la forêt urbaine (diversifier les cultivars lorsque leur utilisation est nécessaire);

7 – Mettre en valeur l’identité actuelle des quartiers en conservant ou en améliorant lorsque nécessaire la composition de leur forêt urbaine;

8 – Accorder autant d’importance à la quantité d’arbres à planter qu’à l’entretien exigé pour l’épanouissement de chaque plantation;

9 – Contribuer à la beauté du paysage urbain tout en créant un environnement agréable où les citoyens et visiteurs sauront s’y plaire;

10 – Favoriser une meilleure santé des citoyens en améliorant leur milieu de vie.

Indice de canopée en 2015

L’indice de canopée était de 24 % en 2015 selon le Plan maître de plantation 2022 -2031 de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville

Arbres en fin de vie

Il y a 9910 arbres parmi les 34 234 arbres publics de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville qui sont actuellement considérés en fin de vie et devront être abattus et remplacés d’ici 2030.

Les arbres sur rues

Il peut y avoir plusieurs contraintes avant de pouvoir planter des arbres sur rues.

  • Le type d’emplacement (banquette aménagée, banquette non aménagée, îlot de verdure, bordure de parc, parterre aménagé, parterre non aménagé, terre-plein, trottoir et fond de trottoir);
  • Les données relatives à la localisation (côté de rue, numéro civique, repère, distance, etc);
  • La présence ou non de fils électriques;
  • Le type d’obstacle en cas de site à réaménager;
  • Le type de revêtement en cas de site à déminéraliser;
  • Le déploiement à maturité de l’arbre qui pourrait y être planté;
  • La localisation de l’entrée d’eau, lorsqu’elle est identifiée.
Indice de priorisation des nouvelles plantations d’arbre selon le Plan maître de plantation 2022 -2031 de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Objectif d’indice de canopée

Il y a un objectif de faire passer l’indice de canopée sur le territoire d’Ahuntsic-Cartierville de 24 % à à 30 % d’ici 2045.

Arbres comestibles

Dans l’objectif d’augmenter le potentiel comestible des parcs urbains, une attention particulière sera portée aux parcs où l’on retrouve peu d’arbres à fruits ou à noix. Ainsi, pour chaque parc où peu ou pas d’arbres à fruits ou à noix comestibles existent déjà, un îlot pourrait être créé à l’occasion  des prochaines plantations prévues dans ces espaces.

Avis : certaines des questions et réponses de la première partie peuvent avoir été ajustées pour une meilleure compréhension du lecteur.

Lien pour notre article de 2020 sur les arbres dans Ahuntsic-Cartierville :
https://journaldesvoisins.com/les-arbres-dans-ahuntsic-cartierville-du-travail-a-faire-2e-de-2-articles/

 

 

 

 

 



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Un comité citoyen à la Maison de Quartier de Bordeaux-Cartierville

Le 22 mars dernier, la Maison de Quartier Bordeaux-Cartierville a ouvert ses…
Le boulevard Henri-Bourassa tel qu'imaginé.

Henri-Bourassa : place aux travaux!

Le chantier pour la réalisation du corridor de mobilité de durable sur…

Pourquoi les loyers vont-ils continuer à augmenter à Ahuntsic-Cartierville?

Quels que soient la typologie et le caractère juridique des logements concernés…

Dossier itinérance – Les invisibles: être une femme dans la rue

Les femmes itinérantes sont nombreuses à Montréal, mais elles échappent souvent à…