NOUS AVONS TESTÉ LE RADON DANS AHUNTSIC POUR VOUS!
Voici les résultats!
Ahuntsic n’est pas une zone à risque

Photo

En janvier dernier, une lectrice nous demandait si nous possédions des statistiques ou des données sur la présence ou non de radon dans le quartier. À peu près au même moment, un communiqué de presse du gouvernement du Québec émis par la la Direction régionale de la santé publique de la Capitale-Nationale (DRSP) expliquait que le radon était bien présent sur le territoire de la Capitale-Nationale, au Québec. Mais qu’en était-il pour Montréal?Le radon, c’est quoi ?

Le radon est un gaz lourd, incolore, inodore et sans goût qui provient généralement de la désintégration naturelle de l’uranium dans le sol et qui peut être présent dans nos maisons à notre insu, particulièrement dans les sous-sols, ce qui est préoccupant quand on aménage un espace de jeu pour enfants à ce niveau. Dans un espace confiné comme une maison, le radon peut s’accumuler et atteindre un niveau de concentration élevé et, après un certain temps, présenter un risque pour la santé.

Selon Santé Canada, l’exposition à long terme au radon serait la deuxième cause de cancer du poumon au pays après le tabagisme. Près de 16 % des décès par cancer du poumon y sont associés. Le tabagisme augmente considérablement l’effet du radon sur les poumons. Pour développer un cancer du poumon, il faut toutefois être exposé à des concentrations élevées de radon durant de nombreuses années.

Et dans Ahuntsic?

Selon toute vraisemblance, Ahuntsic N’EST PAS un territoire où le radon est reconnu comme étant omniprésent. Selon une autre lectrice, Andrée Viens, résidante du quartier et ingénieure de son état, qui s’intéresse particulièrement à cette question, le radon est généralement issu du granite. À titre d’exemple, elle souligne que l’État du New-Hampshire, aux États-Unis, compte beaucoup plus de radon qu’ailleurs car son sol recèle beaucoup plus de granite. Son surnom est d’ailleurs « Granit State ». Selon Mme Viens, ce n’est pas le cas à Montréal. « Notre quartier, signale-t-elle, et Montréal en général, n’en sont pas affectés car nous avons des sols argileux et sédimentaires. »

Testons!

Journaldesvoisins.com a pris acte de ces renseignements mais a voulu faire un véritable test.  Le 11 janvier dernier, nous installions donc un petit dispositif spécial nous ayant été fourni par l’Association pulmonaire du Québec dans une pièce centrale du sous-sol de la bâtisse où sont situés nos bureaux. Nous avons terminé le test le 13 août et fait parvenir l’échantillon à l’endroit indiqué sur la requête. La durée d’exposition a été de 214 jours. Le 30 août dernier, nous recevions la réponse.

Les résultats de notre test au radon équivalent à 37 Becquerels/mètre3 (BQ/m3). La concentration est très inférieure à la recommandation canadienne de 200 Becquerels/mètre3 (Bq/m3). Par conséquent, il n’y pas lieu d’entreprendre de corriger la situation par des moyens appropriés, puisque la concentration observée n’est pas dommageable selon les résultats du rapport.

Renseignements:
http://www.pq.poumon.ca/radon
http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/hazards-risques/air/index-fra.php#radon
(Par Christiane Dupont) (2013-09-06)

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le scoutisme à la maison

Nombreux sont les organismes qui doivent revoir la manière de mener leurs…

Vieillir ailleurs, c’est comment?

  Le dernier recensement réalisé par Statistiques Canada en 2016 dénombrait 17%…

Le coin des commerçants – Semaine du 22 novembre 2019

La Promenade Fleury Une initiation au « zéro déchet » Le jeudi 28 novembre…

Les Brèves