Le gouvernement fédéral a consenti à l’envoi de troupes dans les CHSLD du Québec. (Photo : Éloi Fournier, JDV)

Le premier ministre Justin Trudeau a confirmé ce matin qu’il acceptait d’envoyer des soldats au Québec et en Ontario. Bien que M. Trudeau ait semblé dire oui à contrecœur, le gouvernement québécois va accepter toute l’aide qu’il peut obtenir en ce moment. 

Hier, François Legault avait officiellement demandé au gouvernement canadien d’envoyer 1000 soldats pour aider le personnel débordé dans les CHSLD du Québec.

« Nous assistons à des tragédies affreuses dans les institutions de soins de longue durée du Canada, a déploré Justin Trudeau. […] Nos militaires vont se porter en première ligne avec le courage que nous leur connaissons. Cependant, ce n’est pas une solution à long terme et nous ne devrions pas voir des soldats s’occuper des aînés. »

Le premier ministre canadien semblait très préoccupé par la situation dans ces centres, et le gouvernement va se pencher sur le dossier une fois que la crise sera calmée.

Au Québec, une aide bienvenue

Cependant, pour le gouvernement québécois, l’heure n’est pas encore à l’introspection. La COVID-19 décime les CHSLD de la province, et les soldats apporteront « des bras » nécessaires pour prendre soin des aînés.

La situation est d’autant plus critique au Québec en raison de l’absence de 9500 travailleurs dans l’ensemble du réseau de la santé. Sur ces 9500 personnes, 4000 sont présentement infectées par le virus. François Legault a tout de même imploré ces travailleurs de revenir aider dès que possible.

« On a besoin de vous. On a tout l’équipement de protection individuelle, et il y a des directives claires qui sont envoyées partout pour ne prendre aucun risque pour votre sécurité. […] Le réseau ne peut pas fonctionner avec 9500 personnes absentes. »

Le premier ministre a toutefois demandé à la population de « ne pas juger » les travailleurs de la santé ayant dû s’absenter du réseau.

Tester, tester, tester

Ce mot, très populaire au Québec en raison des nombreuses interventions du directeur national de santé publique, Horacio Arruda, était cette fois dans la bouche de Justin Trudeau aujourd’hui.

Celui-ci a mentionné que présentement, au Canada, 20 000 tests sont administrés à chaque jour.

« C’est trop peu », a-t-il dit, mentionnant un objectif de 50 000 à 60 000 tests par jour.

Le gouvernement canadien prend d’ailleurs les grands moyens pour y arriver, investissant plus d’un milliard de dollars pour la recherche médicale. L’argent sera imparti comme suit:

  • 662 M$ pour réaliser des essais cliniques
  • 350 M$ pour dépister et modéliser la COVID-19 partout au pays
  • 115 M$ pour la recherche sur des traitements et vaccins

En ce qui concerne le retour à la vie normale, le premier ministre canadien n’a pas voulu se mouiller aujourd’hui, soulignant qu’il attendrait les consignes de la santé publique avant d’établir un quelconque plan, que ce soit avant ou après la découverte d’un vaccin.

Les chiffres au Québec

Bien que le nombre de cas au Québec augmente à chaque jour, le pourcentage de nouveaux cas diminue graduellement.

La tendance relevée plus tôt cette semaine par François Legault se poursuit: il y a bel et bien deux courbes au Québec, soit celle de la communauté et celle des résidences pour personnes âgées.

Des 109 personnes décédées de la COVID-19 depuis mercredi, 93 provenaient de résidences pour aînés. La propagation est d’autant plus rapide dans ces endroits en raison de la proximité entre les personnes âgées et des problèmes liés à la contamination du personnel.

Le ralentissement de l’augmentation du nombre de nouveaux cas dans la province est un signe encourageant. Bien que cette évolution se fasse de manière très progressive, la stabilisation des pourcentages d’augmentation tend à démontrer un aplatissement de la courbe des cas au Québec. François Legault a d’ailleurs glissé quelques phrases sur la réouverture prochaine du Québec.

« Ce qu’on a fait au cours du dernier mois, c’est ralentir la propagation. On ne peut pas demander aux gens de rester chez eux pendant deux ans. Il faut rouvrir [la société], mais très graduellement. »

De plus en plus, il semble donc que le Québec soit en voie d’assouplir ses mesures de confinement. Plus de détails seront certainement dévoilés durant les prochains jours.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Dossier itinérance – Des intervenants sociaux dévoués sur le terrain

Acteurs invisibles de l’aide aux personnes itinérantes, les intervenants psychosociaux œuvrent au…

Quoi faire en cas de smog dans Ahuntsic-Cartierville?

Une autre alerte de smog à Montréal a été annoncée pour ce…

Des défibrillateurs externes automatisés disponibles dans Ahuntsic

À la Saint-Valentin, comment se porte votre cœur? Littéralement? En cas d’arrêt…
CLSC CHSLD St-Joseph-de-la-Providence rue Bois-de-Boulogne (2)

Dossier santé – Ahuntsic-Cartierville s’adapte aux nouvelles réalités de santé mentale

L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville est un large territoire, sur lequel le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal…