Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique
Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique, en conférence de presse le 29 juillet 2022. (Photo : capture d’écran JDV)

La septième vague de COVID-19 est en train de se stabiliser et aucune obligation de porter le masque n’est envisagée. L’Institut national de santé publique du Québec s’attend à un fléchissement de la courbe des contaminations dans les prochains jours ou semaines. Un appel toutefois est lancé aux citoyens pour aller chercher une dose de rappel du vaccin contre la COVID-19 s’ils ont été vaccinés depuis cinq mois au moins.

« Ça va descendre, mais ça ne descendra pas vite », a admis Dr Luc Boileau,  directeur national de santé publique, lors d’une conférence de presse, vendredi 29 juillet. Il a tout de même observé que la transmission est encore élevée.

Pour le port du masque, aucune obligation, mais un nouvel appel au bon sens, notamment lors de rassemblements, tels que les festivals, ou lorsque la distanciation est difficile.

Cependant, le Dr Boileau a répété que la vaccination doit se poursuivre.

« Si on a eu une dose il y a cinq mois, il faut aller en chercher une autre », a-t-il martelé.

Pour ceux qui ont été infectés, il faut attendre au moins trois mois avant de recevoir un autre vaccin.

Très prochainement, les résidants en CHSLD et en RPA seront visés par une campagne de vaccination. Pour le reste de la population, une communication plus robuste sera déployée. « On va organiser ça pour rendre cela plus disponible. (…) On va revenir dans les prochaines journées ou semaines sur les détails », a ajouté Dr Boileau.

Ce point d’information de la Santé publique sur la COVID intervient après le lancement d’une campagne de vaccination à l’adresse des enfants de moins de cinq ans. En cinq jours, à peine 2000 bambins ont tendu le bras pour recevoir une dose. Toutefois, ces chiffres n’inquiètent pas le directeur national de santé publique. Il met la lenteur sur le compte de l’été et des vacances.

« Nous avons déjà au moins 10 000 enfants qui ont eu une vaccination ou qui ont pris des rendez-vous », a-t-il souligné.

Sur le plan local, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, la septième vague sévit cette semaine au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci, à Bordeaux, où l’on compte 2 cas, une baisse de 8 cas en une semaine. Au CHSLD Laurendeau, à Ahuntsic, on compte 13 cas, soit 5 de moins que la semaine passée.

Aucun autre établissement du genre ne recense de malades de la COVID-19 et aucune résidence pour personnes âgées (RPA) n’a signalé de contamination entre ses murs.

Dans les hôpitaux, à Sacré-Cœur, on dénombre 40 malades dont moins de 5 aux soins intensifs et 16 patients guéris. Fleury, compte 8 malades, dont moins de 5 sont guéris. À Jean-Talon on recense 43 malades, dont 15 guéris. Les usagers guéris de la COVID-19 requièrent toujours des soins ou des services.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le Tyran huppé porte bien son nom; intolérant au reste de la faune aviaire…

(Great Crested Flycatcher)         (Myiarchus crinitus) Parce qu’il est surtout forestier, il est…

Le Far-West des ruelles privées

De nombreux citoyens ignorent que les «ruelles» qui jalonnent le territoire d’Ahuntsic-Cartierville…

Un succès pour la première campagne de financement annuel du Collectif Bienvenue 

Le Collectif Bienvenue, qui dispose d’un entrepôt dans le secteur Chabanel, offre…

Coups de feu tirés dans Bordeaux-Cartierville : l’enquête se poursuit

Des policiers du poste de quartier (PDQ) 10 sont intervenus à deux…