Danielle Shelton
Danielle Shelton. (Photo: courtoisie, Danielle Shelton)

Danielle Shelton, résidente de Cartierville, a reçu un prix hommage dans le cadre du Prix international Saint-Denys-Garneau. Ce dernier récompense chaque année un livre d’artiste.

La cérémonie a eu lieu le 16 septembre au Carrefour culturel Notre-Dame-des-Prairies près de Joliette. Il honorait le parcours de Mme Shelton, tout en récompensant aussi un livre d’artiste qu’elle a codirigé et qui regroupe 27 auteurs québécois et néoquébécois.

«J’ai été la codirectrice de presque tout ce livre, pour avoir réuni et accompagné les auteurs», indique-t-elle.

Danielle Shelton est actuellement directrice littéraire et artistique de la Société littéraire de Laval et de la revue d’arts littéraires ENTREVOUS de cette institution.

Toutefois, elle possède plusieurs autres cordes à son arc. Auteure, éditrice, artiste en arts visuels, entre autres, elle a codirigé l’ouvrage qui a été récompensé. Intitulé L’Entre-Deux, il est publié par les Éditions Création Bell’Arte.

«J’ai collaboré avec Ginette Trépanier, une artiste de la région de Lanaudière qui cherchait une collaboration avec la région de Laval», explique Mme Shelton.

Le livre, qui fait partie de la trilogie en coffret Entre chien et loup, offre l’occasion de réfléchir sur le vivre-ensemble au Québec.

Beaucoup de ces auteurs et autrices sont originaires de partout dans le monde.

Une des particularités de Mme Shelton est d’être en contact avec des immigrants et des Québécois de deuxième génération. Elle les initie à l’écriture littéraire, que ce soit de la poésie ou de la prose.

Ouvrir des perspectives

L’organisme pour lequel elle travaille, la Société littéraire de Laval, offre aussi des cours de francisation. Les cohortes de ces étudiants constituent des viviers dans lesquels elle va puiser des talents inattendus.

«Quand j’arrive à trouver des talents, je fais en sorte qu’ils et elles puissent s’épanouir. En même temps, il y a toujours une curiosité envers leur imaginaire», confie-t-elle.

Aux aguets quand elle écoute ces auteurs en herbe, elle repousse les clichés et la nostalgie qui peuvent nuire à la qualité de leurs créations.

«Il y en a qui sont toujours dans les regrets… “mon pauvre pays”. Ce n’est pas ce qui m’intéresse vraiment. Je veux savoir comment ils vivent ici. C’est souvent même les deuxièmes générations qui m’intéressent encore plus parce qu’ils sont dans l’époque, ils sont ici au Québec. Ce sont des citoyens d’ici et ils doivent intégrer une nouvelle culture, tout en enrichissant la nôtre», relève Mme Shelton.

Le prix a été institué en mémoire de Hector de Saint-Denys Garneau, écrivain et peintre, mais surtout poète dont l’œuvre constitue un point de bascule dans la création littéraire au Québec.

 



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Nouvelle : «Père et fils de Nicolas Bourdon»

Père et fils Nicolas Bourdon Chapitre 1 Il existe des affinités électives…

L’exposition Points de suspension à découvrir à la galerie EISODE

La galerie d’art EISODE ouvre sa nouvelle programmation avec l’exposition Points de…

De jeunes entrepreneurs afrodescendants inspirants: Handy Hyacinthe

   Le Mois de l’histoire des Noirs qui s’est terminé hier est…

S’en donner à cœur joie au Festival des arts de ruelle

Oyez, oyez! Sortez vos plus beaux costumes, le Festival des arts de…