Réal Migneault devant une planche de kale
Réal Migneault devant des plants de kale dans sa Ferme de Rue. (Photo: Amine Esseghir, JDV)

En voilà un qui a commencé par voir petit, avant de devenir très grand. LAhuntsicois Réal Migneault a dabord amoureusement entretenu un jardinet dans les jardins communautaires de larrondissement. Son projet a grandi.

Faire pousser fruits et légumes à petite échelle n’était pas suffisant pour Réal Migneault… Il a fait le saut et fondé la Ferme de Rue Montréal, littéralement devant la maison où il réside, angle Prieur et Berri. Puis, en 2020, il a élargi son champ daction avec laide de commanditaires et de la paroisse Saint-Jude, avenue dAuteuil. Maintenant, la Ferme de Rue est connue partout dans Ahuntsic-Cartierville, et plus largement à Montréal et au Québec. 

Elle reçoit le soutien de dizaines dAhuntsicois bénévoles et distribue sa production en échange de dons.

«Il y a tellement à faire avec cet ambitieux projet, que nous sommes en arrière par rapport au potentiel que lon peut en tirer», sexclame Réal Migneault, avec lenthousiasme quon lui connaît. De 2020 à 2022, le résidant dAhuntsic a travaillé darrache-pied pour faire naître son projet. Trop même! Puisquil a dû déposer les armes plusieurs semaines au cours de l’été 2021 pour prendre du repos. 

«Puis l’été dernier, je me suis concentré uniquement sur le jardinage, et la Ferme de Rue a connu une saison extraordinaire. On a dû sortir pas moins de 3000 kilos de légumes. On a triplé la production… Ça a explosé», précise-t-il fièrement. 

Un c.a. bonifié

«La Ferme de Rue est le seul projet à si grande échelle issu dune initiative citoyenne au Québec. Il ny en a pas dautres», précise M. Migneault.

Il prévoit poursuivre en 2023 le travail entrepris avec ses clients commerciaux, comme la Bête à Pain, le restaurant Le Saint-Urbain, le Petit Flore, les Cavistes, les épiceries LOCO et, pour certaines grandes chaînes comme IGA et Provigo, avec des produits ciblés. 

Les partenaires de la jeune pousse, la Caisse Desjardins du Centre-Nord de Montréal et le Fonds de solidarité FTQ, sont encore une fois au rendez-vous cette année. Le promoteur-horticulteur quest Réal Migneault leur lève son chapeau pour leur engagement. Même chose, dit-il, pour le soutien qua manifesté lex-députée de Maurice-Richard, Marie Montpetit.

Au cours de 2022, lhorticulteur-créateur de jardins et chroniqueur au Journal de Montréal, Albert Mondor, a été nommé à la présidence du conseil dadministration. «Son soutien est remarquable», dit M. Migneault.

Jean-Martin Fortier (gauche), Réal Migneault (centre) et Albert Mondor (droite) lors du lancement de la saison 2021 de la Ferme de Rue. (Photo: Éloi Fournier, archives JDV)

Dautres défis 

Pour 2023, le défi sera une fois de plus de réussir à recruter suffisamment de personnel pour toute lactivité saisonnière, ce qui nest pas toujours facile. Les étudiants des cégeps et des universités retournent aux études avant la fin du mois daoût et la crise de la main-d’œuvre fait toujours rage. Malgré les difficultés, Réal Migneault veut poursuivre les bonnes relations quil entretient avec les gens du quartier. 

Qu’à cela ne tienne, la Ferme de Rue va de plus ajouter une production de semis à ses activités et, du coup, organiser une campagne de souscription pour recueillir des dons, grâce aux semis qui seront proposés aux citoyens donateurs. 

«Nous allons également procéder à des travaux daménagement sur le site, dit Réal Migneault. Il faut sécuriser le périmètre», précise-t-il, se remémorant avec un brin damertume le vol de tous les outils de lentreprise, lannée dernière. 

Toujours à la recherche de nouveaux partenaires, il propose aux entreprises et individus intéressés d’être le parrain dune portion du jardin, en échange de la visibilité qu’offre la Ferme de Rue. 

Réussites, conférences, Tempo

Un des éléments dont Réal Migneault senorgueillit, cest davoir fait connaître la Ferme de Rue à différents publics en donnant des ateliers scolaires, des conférences à des groupes d’étudiants des cégeps et universités, et également à des groupes en provenance d’écoles spécialisées en horticulture. «Cest certain que tout ça donne à la Ferme de Rue une certaine crédibilité. En même temps, leur contribution à la Ferme de Rue leur procure de lexpérience», lance-t-il.

Le fait davoir remis de 15 % à 17 % des récoltes en dons à des organismes en sécurité alimentaire, comme le SNAC, FEED-Back et autres, représente une autre réussite quil aime souligner, car les objectifs dentraide ont été dépassés. 

Fait intéressant et inusité: le fabricant d’abris d’autos Tempo travaille à des modèles pouvant servir de serres. Dans cette optique, il a fourni deux petites serres scellées à la Ferme de Rue, qui ont permis de sauver des récoltes de concombres, notamment. Sans cet apport plus que bienvenu, ces récoltes de concombres auraient été attaquées par un insecte qui vivait plus au sud auparavant. 

«Ce sont les changements climatiques qui font ça. Ceux qui jardinent savent combien les plants peuvent en être affectés», dit M. Migneault. 

Aider les citoyens

À ce titre, il suggère que la réglementation municipale puisse éventuellement être modifiée pour permettre à certains citoyens de garder des abris Tempo durant la belle saison, sils peuvent prouver quils y font des plantations. Ce serait dune grande aide pour les jardiniers amateurs, qui s’échinent au travail chez eux et qui, parfois, peuvent perdre des plantations à cause des insectes ou de trop fortes pluies. 

M. Migneault ajoute que toute aide supplémentaire de larrondissement pour la Ferme de Rue serait aussi appréciée à sa juste valeur. Ce serait une belle récompense pour lui. «Mais surtout pour les centaines dAhuntsicois, qui sont venus pousser à la roue de la Ferme de Rue depuis le début», affirme-t-il. 

Surtout que cette entreprise, créée par un citoyen dici, est en train de faire école un peu partout au Québec. Ahuntsic-Cartierville peut en être fier!

Cet article a été publié dans la version imprimée du Journal des voisins, le Mag papier d’avril-mai 2023, à la page 30. Il fait partie du Dossier Agriculture urbaine, duquel plusieurs autres articles sont reproduits. 

Il fait partie du Dossier Agriculture urbaine, duquel plusieurs autres articles sont reproduits. 

1- Ahuntsic, premier de classe en agriculture urbaine!

2- LN Saint-Jacques, DG de la Centrale agricole

3- La Centrale agricole: terreau fertile

4- Des nouvelles de la Ferme de Rue Montréal

5- Des jardins pour bien se nourrir à peu de frais 

6- À chacun son potager!



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Stationnement: des manifestants occupent la piste cyclable devant une église à Cartierville

Le 16 juillet dernier, une manifestation de cyclistes a eu lieu sur…

Ce qui s’est passé au conseil d’arrondissement du 11 mars

Le deuxième conseil d’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville de l’année a eu lieu le lundi…

Dossier itinérance – Les invisibles: être une femme dans la rue

Les femmes itinérantes sont nombreuses à Montréal, mais elles échappent souvent à…

Des milliers de dollars pour un arrondissement moins sale

L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville consacrera 378 000 $ pris à même ses réserves pour…