Un globe terrestre. Chronique Elle tourne, la Terre! portant sur l’actualité d’Haïti dans le Mag papier de février 2023. (Photo : Toma Iczkovits, collaboration spéciale)

En cette dernière journée de février, consacré Mois des Noirs, nous vous présentons la chronique Elle tourne, la terre! de Diane Éthier, politicologue, portant sur l’actualité politique en Haïti. 

En janvier, Haïti «célébrait» les 219 ans de son indépendance. On ne peut que constater que, ces dernières années, la Perle des Antilles s’est enfoncée dans une crise en apparence insoluble. 

Les constats s’accumulent. Haïti occupe la 115e place du Global Peace Index 2022, l’espérance de vie à la naissance est de 65 ans (comparé à 79 ans pour le Canada), 17 % de la population n’a pas accès à des installations sanitaires décentes, 60 % de la population vit dans la pauvreté (Haïti est le pays le plus pauvre en Occident), l’inflation se maintient au-dessus de 15 % depuis 2020, un jeune sur trois est au chômage, le pays est au 164e rang sur les 180 les plus corrompus selon Transparency International, la violence des gangs gangrène la capitale et le choléra est revenu.

Accord signé par le premier ministre

Le 21 décembre 2022, le premier ministre dHaïti, Ariel Henry, a signé un nouvel accord avec des partis politiques, des organisations de la société civile et des membres du secteur privé. Le document intitulé Consensus national pour une transition inclusive et des élections transparentes a été adopté à lhôtel Karibe. Cet accord prévoit notamment l’établissement dun Haut conseil de la transition (HCT) et dun organe de contrôle de laction gouvernementale (OCAG). 

Selon les modalités de laccord, linstauration de ces deux entités permettra «un équilibre politique» et viendra sajouter au gouvernement. Selon le texte, Ariel Henry demeure premier ministre jusquau 7 février 2024. 

Accord controversé 

Selon un reportage de la chaîne de télévision France 24 du 21 décembre 2022 : «Ce nouveau texte est loin de représenter la sortie de crise tant recherchée et si nécessaire à Haïti.» 

Tout dabord, parce que ce énième accord politique na pas été signé par des acteurs majeurs de lopposition actuelle comme le sont, par exemple, les membres de laccord dit «de Montana». Aussi, si à travers ce texte Ariel Henry appelle une nouvelle fois à la tenue des élections, cela ne constitue en rien un plan réaliste et concret pour lorganisation de ces scrutins.

Haïti sur un globe terrestre. (Photo : Toma Iczkovits, collaboration spéciale)

Accord peu soutenu à l’international

Toujours selon France 24 : «Les signataires plaident encore pour une intervention étrangère afin de contrecarrer la mainmise des gangs.» Or, à ce jour, aucun pays soi-disant «ami» dHaïti ne sest empressé de répondre de façon franche et concrète à cette possible nouvelle mission internationale en Haïti.Cest le cas notamment des États-Unis et du Canada.

La France soutient pour le principe lidée dune intervention étrangère, mais elle ne veut pas y participer. Elle demeure aussi très sceptique à l’égard des sanctions adoptées par le Canada à lencontre de certains dirigeants politiques haïtiens accusés de soutenir les gangs criminels en Haïti.

Autre point de vue

«Plusieurs observateurs, familiers avec la situation en Haïti, croient quune transition plus ou moins longue, pilotée par un gouvernement composé dexperts totalement indépendants et incorruptibles, serait une meilleure réponse à la crise du pays», soutient Roromme Chantal, un Haïtien doctorant de lUniversité de Montréal et professeur au département de science politique de lUniversité de Moncton. 

«Cest à cette condition que le pays pourrait mobiliser toutes ses ressources et une aide technique internationale, y compris en matière de sécurité publique, pour négocier un pacte de gouvernance, dit-il. Ce pacte est seul garant dune stabilité politique à long terme. Il permettrait de renforcer les institutions publiques et de créer les conditions propices à lorganisation des nouvelles élections crédibles en vue de la restauration dun ordre démocratique viable.»

Drapeau d’Haïti. (source : Wikipedia)

Conclusion

Il est peu probable que tous ces beaux projets mettent fin au chaos en Haïti, de telle sorte que limmigration illégale des Haïtiens au Québec et au Canada continuera. À moins que nos gouvernements y mettent le holà. 

Montréal est un important foyer d’accueil pour la diaspora haïtienne. La métropole du Québec abrite 143 165 Haïtiens d’origine, selon le recensement de 2016, dont 4 310 dans Ahuntsic-Cartierville, soit 8,3 % de la population de l’arrondissement. 

NDLR : La communauté haïtienne a été durement éprouvée, fin janvier, à la suite du décès de Madame Monique Dauphin. Connue notamment pour son travail à la Maison d’Haïti, elle était très impliquée auprès des femmes, des immigrants et des autochtones. Le Journal des voisins a produit un balado présentant plusieurs personnes lui rendant hommage.

Cet article est paru dans la version imprimée du Journal des voisins, le Mag papier de février 2023, à la page 35.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Diane Bolduc, pour l’amour du patrimoine 

Native des Cantons-de-l’Est, Diane Bolduc se passionne pour la transmission du patrimoine…

Luis Gini: cultiver l’appartenance et la solidarité

Installé à Ahuntsic-Cartierville par hasard en 1972, Luis Gini est revenu plus…

Rencontre avec Michel Stringer – Enseigner à en perdre le souffle

Michel Stringer, enseignant de français à l’école Sophie-Barat, s’est fait connaître en…

Vert… un avenir possible – Le stationnement: de Charybde en Scylla

Lorsqu’un changement social s’amorce, même s’il est positif, il est fréquent que…