«Poussent, poussent, poussent, les bons gros légumes!» (air connu), à la Ferme de Rue! (Photo: courtoisie FB La Ferme de Rue)

Avec l’arrivée hâtive du beau temps, la saison 2021 s’annonce pleine de potentiel pour la pratique du jardinage. Pour ceux qui ont démarré leurs semis, c’est le bon moment pour le repiquage des semis démarrés en février et en mars. 

À mes « voisins » qui démarrent un premier potager ou qui projettent planter quelques plants sur votre petit espace, vous êtes nombreux, cette chronique est pour vous.*

D’abord, félicitations! Il n’existe rien de meilleur que de bons légumes sains et fraîchement cueillis, encore plus si ce sont vos soins pleins d’espoirs qui les ont menés à l’étape de la dégustation. La découverte du goût débordant et authentique qu’une tomate ou que tous les autres légumes cultivés « maison » peuvent offrir est incomparable avec ce qui est offert dans les chaînes d’alimentation.

Voici quelques conseils de base qui devraient vous aider à vous rendre à l’étape de la dégustation.

Temps, plaisir et bonheur

Les deux premiers facteurs de succès. Le jardinage et l’horticulture ont été une telle source de plaisir et d’émerveillement pour moi que c’est ce que j’ai envie de partager avec passion. Cela dit, bien que le jardinage demeure à la portée de tous, la pratique exige tout de même des efforts en temps, en énergie de même que quelques dépenses qui doivent être placées au bon endroit.

La satisfaction que vous allez retirer de votre projet est proportionnelle avec le temps que vous y allez y mettre.

«Se mettre les mains dans la terre…» (Photo: courtoisie FB La Ferme de Rue)

« Se mettre les mains dans la terre, bien que cela demande travail et constance, nous transporte dans un monde incroyable où une minuscule graine pousse pour devenir un délicieux légume que nous dégusterons avec une joie incommensurable. »  

Si jamais le cœur vous en dit, partagez un de vos légumes avec votre voisin, puis évaluez l’impact sur l’échelle de votre bonheur du jour!

L’ensoleillement

Quelle que soit la superficie de votre projet, vos plants de légumes doivent recevoir la lumière directe du soleil aussi longtemps que possible dans la journée. Un minimum de six heures par jour est nécessaire. Et même à six h/jour, n’espérez pas de succès avec la culture de légumes très exigeants (tomate, aubergine, melon, etc.). Optez plutôt pour des légumes-feuilles (laitue, épinard, bette à carde) et des légumes racines (radis, betterave, navet, etc.).

L’emplacement

Vous avez identifié un endroit où le soleil est idéal!

« Oui, mais c’est dans mon stationnement » « sur mon balcon » « en façade de la maison » « sur mon toit ».

À la Ferme de Rue, nous cultivons sur toutes les surfaces grâce à différentes techniques de culture.

La culture en pleine terre

Toute l’approche de culture de la Ferme de Rue est fondée sur la création et la régénération d’un sol vivant et ça marche ! Si vous avez la place pour aménager un potager en pleine terre, prenez le temps d’examiner la terre de votre emplacement.

À Ahuntsic, les sols sont principalement argileux et l’ajout de matières organiques est fortement recommandé. Aussi, l’utilisation de motoculteurs pour meubler la terre est à éviter dans des sols argileux. Nous vous conseillons de procéder à une analyse de votre sol pour connaître la teneur du sol en éléments nutritifs, son taux d’acidité et son pourcentage de matière organique. C’est à partir de ces résultats et des exigences des végétaux cultivés qu’on détermine les quantités d’amendements et de fertilisants biologiques à utiliser.

Si votre sol ne peut pas être travaillé, vous pouvez aussi cultiver en plates-bandes surélevées avec un cadre en bois non traité afin de retenir le sol. La culture en bacs peut aussi être une solution intéressante selon l’endroit et l’espace dont vous disposez. Pour les espaces plus restreints, la culture en pots ou en jardinières sont deux moyens de ne pas vous priver du plaisir de jardiner vos légumes préférés.

Pour en savoir un peu plus sur les différentes techniques de culture pour votre domicile, voir le feuillet produit par le MAPAQ sur l’agriculture urbaine dans la section références plus bas.

L’irrigation

Vous devrez arroser vos légumes régulièrement. Rendez-vous la vie facile! Planifier votre projet en pensant à la proximité de votre robinet. Informez-vous sur les besoins en eau des légumes que vous avez envie de faire pousser et planifiez le matériel de base requis (boyaux, arrosoirs). Sans irrigation ou arrosage régulier, un potager ne pourra survivre très longtemps, surtout en période de sécheresse. Et plus l’arrosage est laborieux, moins vous aurez envie de le faire.

Nous reviendrons sur les questions plus spécifiques en matière d’irrigation dans une prochaine chronique.

Le choix des terreaux et des amendements

N’utilisez jamais de terre noire à bas prix! Cette terre est vraiment trop pauvre pour soutenir la croissance des légumes. Même chose pour les composts bon marché qui n’offrent que très peu d’avantages dans la construction de sol. Achetez plutôt de la bonne terre à jardin, qu’on enrichit avec du compost. Choisissez des produits locaux dans la mesure du possible. Ces produits sont rarement disponibles dans les grandes surfaces. Ils seront cependant disponibles chez Rona Major et Major.

Le choix des cultures

L’enthousiasme du début de saison peut donner l’envie de faire pousser plusieurs variétés des légumes que nous aimons. Cela dit, il existe parfois un écart important entre ce que nous avions envie de produire et les résultats dans le jardin. Pour éviter les déceptions, il importe de planifier et de se renseigner sur les besoins des plants de légumes que vous choisirez d’entretenir jusqu’à la récolte.

Quelques conseils :

  • Se renseigner sur les plants pour en connaître les caractéristiques (ensoleillement, espace requis au jardin, besoins en eau et nutriments, entretien, compagnonnage, etc.)
  • Choisir des variétés faciles et que vous aimez manger;
  • S’assurer que la période de croissance correspond à celle des variétés choisies (certaines variétés de tomates demandent 90 jours, d’autres 55. Ça fait 35 jours de délicieuses sandwichs aux tomates de plus dans la saison!
  • Rattacher les variétés choisies aux objectifs (repas d’été, économiser, faire des conserves, etc.)
  • Limitez le nombre de variétés et apprenez à connaître celles que vous choisissez;
  • Intégrer quelques nouveautés à la fois afin de les tester;
  • Explorer les plantes et fleurs comestibles indigènes au Québec comme la monarde, l’agastache ou même la tête de violon que vous pouvez cultiver si vous avez un espace plus ombragé et humide.

Établir un plan

Prenez le temps de mettre vos idées sur papier et dessiner un croquis de votre jardin en prévoyant l’accès à l’eau et les accès aux plantes cultivées pour leur entretien. Plantez en fonction de l’espace qu’occupera le plant à maturité. Pensez aussi à favoriser la biodiversité et la présence de pollinisateurs en intégrant des fleurs et des plantes mellifères à votre jardin. Vos plants de légumes seront ainsi plus productifs. Il existe un excellent cahier de planification accompagné d’un guide produit par un organisme trifluvien, La Brouette. Voir section références plus bas.

Quand planter

Pour ceux qui ont déjà des « fourmis dans la pelle », bonne nouvelle! Plusieurs légumes qui résistent bien au froid peuvent être plantés en avril! La bette à carde, la betterave, la ciboulette, le kale, le chou, le brocoli, l’épinard, l’estragon, la laitue, la mâche, la menthe, l’oignon, le persil, le poireau, les pois mange-tout et les radis supportent bien les températures fraîches, voire même sous le point de congélation dans certains cas. Ces plantes potagères peuvent donc être semées ou plantées à l’extérieur en avril, en pleine terre ou en contenant, dès que la température dépasse les 5 °C. Cependant, s’il y a risque de gel ou chute rapide de température sous le point de congélation, il est préférable de couvrir les semis et les jeunes plants avec une toile. Il existe des toiles « agrotextiles » spécialement conçues à cet effet ou vous pouvez utiliser une bâche si les risques de gel sont sur de courtes durées.

L’ail planté à l”automne 2020 pousse déjà au 11 avril 2021 à la Ferme de Rue (Pholto : jdv – Philippe Rachiele)

J’espère que ces quelques conseils vous aideront à avoir du plaisir à jardiner cet été. Suivez nos chroniques bimensuelles au cours de l’été.

Les bonnes adresses :

Rona Major et Major pour des semis bios produits par La Ferme de Rue en collaboration avec la Ferme Jeunes Au Travail, organisme d’insertion socioprofessionnelle dans un rayon de moins de 10 km à Montréal.

Références à consulter

Santé du sol – potagers pleine terre: https://www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/Agricultureurbaine/AgricultureUrbaine_Sol.pdf

Différentes techniques de culture pour votre domicile : https://www.mapaq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/Agricultureurbaine/Fiche_Agricultureurbaine_Jardinerchezsoi.pdf

Guide démarrage d’un potager : La Brouette – https://www.labrouette.ca/ressources/guide-demarrer-un-potager/

________

S’il y a une question qui vous intéresse, écrivez-nous à : lafermederue@journaldesvoisins.com

D’ici là, suivez la Ferme de Rue Montréal : @fermederuemontreal

*Cette première chronique Web de la Ferme de Rue sera suivie de plusieurs autres, chaque deux semaines, le dimanche. En outre, dans notre prochain numéro du mag papier (juin), Réal Migneault présentera sa deuxième chronique papier, la première ayant été publiée dans le numéro d’avril. Soyez aux aguets! (La rédaction)

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Développement immobilier rue Jean-Bourdon : tractations immobilières (3 de 3)

Après avoir tenté in extremis d’empêcher le lotissement du terrain de la…

La murale du «Rocket» vandalisée

La murale de Maurice Richard, le joueur numéro 9 qui a fait…

École de La Visitation: fermeture prolongée jusqu’au 12 novembre

L’éclosion qui a forcé la fermeture de l’école de La Visitation cette…

En direct de La Ferme de rue – Choisir les bons légumes à planter

Si vous avez lu nos dernières chroniques, vous avez déjà réfléchi aux…