Ainsi, les adeptes du vélo et de la marche à pied pourront  bientôt boucler la boucle, (inauguration prévue en septembre) en empruntant sans entraves les parcours reliant les municipalités d’Oka, dans les Basses-Laurentides, et Mont Saint-Hilaire, en Montérégie.

La mise en place des «chainons manquants» se poursuit, notamment par le lien nord-sud, jouxtant entre autres la voie ferrée du CP dans Ahuntsic-Cartierville.

Ce projet de plusieurs dizaines de millions de dollars  s’inscrit dans le cadre de la Trame verte et bleue du Grand Montréal. Dix-sept municipalités en font partie, en plus du gouvernement québécois et divers autres partenaires.

Vieux rêve

Marc Jolicoeur, directeur de la recherche à Vélo Québec, nous a indiqué que son organisme avait déjà proposé de relier les pistes cyclables à la fin des années 1990. Puis, l’idée a fait son chemin…

«Concrètement, a indiqué M. Jolicoeur, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) suggérait formellement la connexion de quatre parcs (nationaux surtout) en 2012 en complétant en quelque sorte le réseau vert. Le projet  continue de prendre forme ici et là  mais on s’approche de la fin de sa réalisation », a-t-il signalé.

Pourquoi est-ce si long de faire un réseau alors qu’il existe des pistes cyclables depuis 40 ans?

C’est que l’aménagement des voies cyclables et piétonnières ici s’étend sur plus de 140 kilomètres et que les intervenants privés et publics sont nombreux. Et qu’il y a divers objectifs à considérer quand on parle d’aménagement de territoire.

«Deux points intéressants, a ajouté M. Jolicoeur; il est question ici de relier les pistes cyclables et de favoriser les déplacements dans les différents axes. Et aller aussi là où par exemple on peut débarquer et laisser son vélo au métro pour aller au travail», a-t-il donné en exemple.

Dans bien des cas, on se servira des emprises ferroviaires pour tracer la piste cyclable et le sentier mais il y a parfois des embûches.

CP peu coopératif

Dans Ahuntsic et Bordeaux, il va sans dire que l’ajout d’un axe nord-sud le long de la ligne du CP depuis Laval-des-Rapides (au sud de l’île Perry) est un projet exaltant.

Déjà une piste existe depuis longtemps et facilite les déplacements entre Laval-des-Rapides et le boulevard Gouin, en passant par l’île Perry. La piste recommence plus loin au sud, et l’on se rend jusqu’au boulevard Henri-Bourassa, juste avant la gare Bois-de-Boulogne, tout près du Cégep du même nom.

«Mais le CP n’est pas très coopératif, notera au passage le travailleur de Vélo Québec. La compagnie ferroviaire exige que l’on fasse un viaduc distinct pour le vélo et la marche pour passer au-dessus d’Henri-Bourassa», a-t-il précisé.

En descendant vers le sud, la piste en parallèle de la voie ferrée devrait atteindre en toute logique la prochaine station,  Chabanel, qui se trouve en sandwich entre le secteur de la mode (des critiques dénoncent son accès difficile en matière de transport public), et le Marché central.

Puis, la piste doit bifurquer un peu vers l’Est en passant non loin du Parc Jarry et rejoindre un autre lien cyclable qui est un peu au sud du Marché Jean-Talon, près de Beaubien et Saint-Laurent.

Legs du 375e ?

Dans le budget 2015-2016 du gouvernement du Québec, on avait prévu l’engagement d’investir dans des projets structurants «liés à l’image distinctive de la ville, qui seront offerts à titre de legs pour le 375e anniversaire de la métropole». Parmi ceux-ci, on avait justement identifié la mise en place de la Trame verte et bleue sur le territoire métropolitain, dont la réalisation du Sentier entre Oka et Mont-Saint-Hilaire.

À ce jour, précise Marie-Claude Forget, conseillère en Communications à la Direction générale de la CMM, le comité exécutif a approuvé 44 projets représentant plus de 90 millions $ d’investissements financés par le gouvernement du Québec, la Communauté et les municipalités participantes.

«Le financement de 29 de ces projets est confirmé ou sur le point de l’être, a affirmé Mme Forget. Onze de ceux-ci sont déjà en travaux et 12 sont terminés. Les travaux vont bientôt débuter pour les six autres projets. Nous prévoyons confirmer le financement de la majorité des projets restants d’ici la fin de 2017 (…)  Le projet de Sentier (entre Oka et Mont-St-Hilaire en passant par le Nord de Montréal) est ainsi en voie d’être complété et sera inauguré en septembre prochain.  Les municipalités sont au travail pour s’assurer que tous les tronçons soient complétés à temps pour l’inauguration du Sentier» a-t-elle précisé.  Ce lien cyclable avait été annoncé par le journaldesvoisins.com dans nos actualités du 30 janvier 2013.

Transport actif, toujours gagnant?

Fait intéressant, l’automne dernier, dans la revue des urbanistes du Québec, un article traitait de l’importance du vélo en termes de développement urbain.

«Après les TOD (transit-oriented developments), il semble que ce soient les développements orientés vers les transports actifs qui ont la cote en immobilier. Le rapport Active transportation and Real Estate — The Next Frontier, publié en mars dernier par l’ONG de recherche en développement immobilier Urban Land Institute, démontre que les promoteurs sont de plus en plus nombreux à investir dans des infrastructures destinées aux déplacements actifs comme le vélo et la marche », a noté son auteur dans Urbanité.

Par exemple, à  Montréal, selon la revue, les résidences qui se trouvent près des stations de vélo libre-service ont vu leur valeur augmenter de plus de 8500 $ après l’installation des supports Bixi. Une autre bonne nouvelle pour ce mode de transport léger, économique et écologique.

Toutefois, tout n’est pas rose au pays du transport actif.

À preuve: le consortium KPH-Turcot, responsable des travaux sur l’échangeur Turcot  a annoncé mardi 11 avril aux résidants des environs qu’il n’y aurait pas de dalle-parc (sorte de viaduc pour piétons et cyclistes et qui relierait deux quartiers) malgré le fait que cela a été inclus dans les plans d’origine et promis à la population. Il semble que le MTQ ait trouvé le coût trop élevé.

(Avec la collaboration d’Isabelle Neveu)

Reportage photo suivant par Philippe Rachiele

La piste piétonnière/cyclable passerait dans Ahuntsic-Cartierville par le pont de l’Île Perry.  Ce lien existe depuis longtemps mais nécessite des travaux.  Elle est présentement couverte de contreplaqué.

En arrivant de Laval par le pont de l’île Perry, la chaussé nécessite des réparations possiblement causés par le déneigement cet hiver.

La piste désignée (dessins de vélo sur la chaussée partagée avec les voitures) redevient une vraie piste cyclable après le viaduc de Salaberry.  L’entrée n’est pas indiqué et le stationnement est permis devant.

Entre le boulevard de Salaberry et Henri-Bourassa, à quelques mètres à l’est du chemin de fer du CP, la piste est de grande qualité.

 

La piste actuelle vers le centre ville se termine au boulevard Henri-Bourassa dans un stationnement construit en même temps que la piste. Pour aller vers le sud le lien vers le sud le plus proche est sur Berri.

Carte des voies cyclables de la ville de Montréal.  Les liens en noir (ajouté par Philippe Rachiele)  seraient les sections à compléter dans Ahuntsic le long du train du CP pour aller rejoindre les liens plus au sud  vers le centre ville.

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
pascallapointe
pascallapointe
5 Années

je n’avais pas réalisé qu’un nouveau segment devait être aménagé dans le quartier À mes yeux, la partie ahuntsic-cartierville du parcours était celle qui suivait Gouin. Bonne nouvelle !

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Covid-19: De moins en moins d’hospitalisations dans le nord de Montréal

Alors que le nombre de gens atteints de la COVID-19 ne cesse…

Valérie Plante espère faire des gains dans Ahuntsic-Cartierville

La mairesse sortante de Montréal a choisi d’entamer le dernier droit de…

Le coin communautaire – Semaine du 6 mai 2022

La Ferme de Rue Montréal gagnante d’un prix Novæ La Ferme de…

Crues printanières : les autorités sont prêtes

Alors qu’on s’attend à un printemps sans histoire, les autorités sont prêtes…