Un avion passant au-dessus du parc Tolhurst. (Photo: archives jdv)

Le groupe de citoyens Les Pollués de Montréal-Trudeau qui milite depuis 2012 pour sensibiliser les élus au grave problème du bruit des avions arrivant et partant de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, notamment la nuit, a récemment vu ses demandes rejetées devant les tribunaux, plusieurs d’entre elles ayant été déclarées « abusives » par la Cour supérieure, après que leur demande de recours collectif ait été en partie autorisée en avril 2018.

Le groupe demandait l’implantation d’un couvre-feu complet de 23h à 7h à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, l’imposition d’une étude d’impact environnemental sur le projet d’une nouvelle aérogare, et un million de dollars par année depuis 2005 en dommages punitifs en raison du développement « sans contrôle » du trafic aérien. Les trois demandes ont été jugées irrecevables.

Lorsque journaldesvoisins.com avait rapporté la nouvelle au milieu du mois d’août, le groupe des Pollués procédait à des consultations internes sur la réaction à communiquer et sur la suite appropriée à donner à ce jugement. Il n’avait donc pas de commentaire à émettre à ce moment.

Réaction des Pollués

Pierre Lachapelle (à g.), président du groupe Les Pollués de Montréal-Trudeau, et Maître Gérard Samet, avocat du groupe de citoyens dans leur dossier de recours collectifs, notamment contre ADM. (Photo: archives jdv)

Les Pollués de Montréal-Trudeau ont finalement émis une réponse sous la forme d’une infolettre. Un des administrateurs, Pierre Lachapelle, s’est également entretenu avec journaldesvoisins.com pour commenter la décision de la Cour supérieure.

« On respecte le travail de l’honorable juge Gaudet, mais ce n’est pas la réponse que nous attendions », dit M. Lachapelle d’entrée de jeu.

Besoin d’argent

L’avocat des Pollués, Maître Gérard Samet, leur suggère de faire arbitrer cette question par la Cour d’appel. La date d’échéance pour porter la décision en appel est le 30 septembre 2020.

Aéroport de Montréal (ADM) demande des dommages de 20 000 $ aux administrateurs des Pollués de Montréal-Trudeau. C’est le juge qui décidera du montant final.

Pierre Lachapelle se désole de cette réclamation.

« ADM demande des dommages à de simples citoyens qui ne font que leur devoir dans une démocratie et qui agissent en toute transparence », dit-il.

Pour répondre à cette demande de dommages touchant les administrateurs et pour accepter la recommandation de Maître Samet de porter la décision en appel, le groupe des Pollués a évidemment besoin de beaucoup d’argent.

C’est 20 000 $ qui sont requis pour couvrir les dommages demandés et 30 000 $ pour assurer l’appel, pour un total de 50 000 $.

Les Pollués détiennent actuellement en tout et pour tout 4 375 $ dans une institution financière.

Appel au don

Le groupe fait donc un appel au don. Il demande des contributions de 100 $ par foyer, et plus si certains en ont les moyens.

Pierre Lachapelle espère que cette campagne de don va fonctionner.

« On ne peut pas aller sur le champ de bataille sans avoir de munitions. Il faut des munitions et les munitions ici sont des dollars », explique-t-il.

L’administrateur du groupe militant ne se laisse pas décourager par la situation.

« Dans une guerre, on peut perdre certaines batailles, mais il faut toutes les livrer avant d’être abattu! », conclut-il.

Pour lire la dernière Infolettre du groupe Les Pollués de Montréal-Trudeau, c’est ici.

Pour pousser à la roue et contribuer à cette collecte de fonds, c’est ici.

Vous avez apprécié cet article ? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information sur des faits avérés, qui soit vraie, vérifiable et d’intérêt public.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
La nouvelle boutique Etal Mixte

Un nouveau café-librairie-friperie ouvre ses portes sur la Promenade Fleury

L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville accueille une toute nouvelle échoppe, située au 1334, rue Fleury…

Une brigadière heurtée par une voiture à la sortie des écoles

Hier, vers 16 h, une brigadière qui sécurisait la traverse à l’intersection…
Pauvreté Zone RUI Laurentien-Grenet

Deux organismes pour cartographier l’insalubrité

Deux organismes s’allient pour aider à lutter contre l’insalubrité à Ahuntsic-Cartierville et…
Anaït Alexanian Amine Esseghir entrevue

Le CACI, un phare pour les immigrants et réfugiés

Le Centre d’appui aux communautés immigrantes, le CACI, installé à Cartierville depuis…