Barrage rue Notre-Dame-des-Anges, le 30 mars 2021. (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Le printemps est finalement arrivé. Mais ce changement de saison n’est pas synonyme uniquement de bonne nouvelle, car qui dit printemps dit aussi crue printanière de la rivière des Prairies et possibilité d’inondation. Une réalité qui inquiète chaque année plusieurs résidants d’Ahuntsic-Cartierville. L’appareil municipal est-il prêt? Émilie Thuillier, la mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, assure que oui.

D’entrée de jeu, la mairesse a précisé les raisons pour lesquelles elle se permet d’assurer que l’arrondissement est prêt à faire face à la crue printanière.

Matériel prêt

Tout d’abord, elle indique que l’arrondissement a déjà une grande partie du matériel pour se protéger des inondations, entreposé dans son clos de voirie. Ce matériel est prêt à être utilisé.

Pour le reste de la saison, des ententes faites entre la Ville de Montréal et des fournisseurs sont déjà conclues pour pouvoir racheter du sable au besoin.

Rivière surveillée

« La Ville de Montréal surveille de près la rivière », assure aussi la mairesse.

Comme en témoigne la photo du JDV, des premières digues ont déjà été installées au bout de la rue Notre-Dame-des-Anges, qui est toujours la première à être protégée.

Il n’y a pas encore de digue permanente ni de digue temporaire installée au bout des rues Crevier et Cousineau. Rappelons que des citoyens de ces rues avaient demandé une digue permanente. 

Pas de barrière temporaire installée le 30 mars 2021, rue Crevier (Photo : jdv – Philippe Rachiele)w

 

La mairesse de l’arrondissement indique cependant qu’un ouvrage de protection permanent, sous forme d’un muret le long de la rue Crevier, sera installé dans les prochaines années. Le muret servira à protéger les gens de l’eau qui vient du parc et du pavillon Albert-Prévost. Il est encore trop tôt pour établir un échéancier précis pour ces travaux.

La Ville a tenu des rencontres avec la société Hydro-Québec qui lui a fait part d’où elle en était dans la gestion des barrages. La mairesse indique que tout allait bien sur ce plan également.

Citoyens outillés

Émilie Thuillier affirme qu’il est également important que les citoyens soient prêts.

Le 9 mars dernier, quatre rencontres citoyennes avec les gens des rues affectés ont été tenues en présence des représentants du service des mesures d’urgence, de l’arrondissement et d’Hydro-Québec. La mairesse certifie que plusieurs informations ont alors été transmises. Une vidéo a été présentée expliquant aux citoyens l’ensemble de la règlementation ainsi que la procédure pour se faire une petite digue en sac de sable pour protéger sa maison

« Les résidants ont pu poser leurs questions et obtenir des réponses. »

En plus de ces rencontres, dans les deux premières semaines d’avril, le Service d’incendie de Montréal mènera une campagne de sensibilisation dans les arrondissements concernés par les possibles inondations. Les représentants vont frapper aux portes pour donner de l’information sur les manières de se préparer.

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Jocelyn Duff
Jocelyn Duff
7 Mois

Pourquoi Hydro-Québec tient tant à garder ce vieux barrage de la rivière des Prairies qui n’est presque pas utilisé pour produire de l’électricité, qui inquiète les riverains, coûte une fortune à entretenir et détruit les berges avec des enrochements massifs? Juste l’évacuateur de crues a coûté 75 millions$ à remplacer en 1983. La question doit être posée. À quoi sert ce barrage aujourd’hui en pleine ville?

Vous pourriez aussi aimer ces articles
Notre-Dame-de-la-Merci, résidence

COVID-19 : Montréal « rouge franc foncé », Ahuntsic-Cartierville encore chaud

La baisse des cas observée depuis le mois dernier se poursuit, mais…
Vélo vérouillés devant l'entrée principale de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

Vélos de nouveau bienvenus à Sacré-Cœur

Les porte-vélos seront de nouveau accessibles aujourd’hui 14 mai à l’Hôpital du…

Un garage historique ferme ses portes

Le Garage Jules Provost et Associés, une entreprise familiale située dans Bordeaux…

Délocalisation de Sophie-Barat: une balade à vélo en guise de protestation

Après avoir organisé un dîner dans la rue récemment, une poignée d’enseignants…