L’arrondissement veut notamment mettre en place des mesures d’apaisement de la circulation. (Photo: Éloi Fournier – JDV)

Le projet Mobilité de quartier pour la réduction de l’auto-solo s’inscrit dans la vision du Plan local de déplacements d’Ahuntsic-Cartierville, qui vise à améliorer la mobilité tout en prenant en compte la Vision Zéro ainsi que l’urgence climatique. 

L’arrondissement Ahuntsic-Cartierville a annoncé la venue du projet-pilote, qui durera trois ans, à l’occasion du conseil d’arrondissement du mois d’octobre. Le projet recevra une subvention de 1 million de dollars du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques ainsi qu’un investissement de 417 359 $ de la part de l’arrondissement. 

Un rôle important pour Solon

Solon veut améliorer la qualité de vie locale par une réduction de la circulation automobile. (Photo: Éloi Fournier – JDV)

Le budget octroyé par le gouvernement provincial permettra de bonifier le programme LocoMotion, un projet de partage de véhicules.

LocoMotion, géré par l’organisme à but non lucratif Solon, est né en 2017 dans Rosemont–La Petite-Patrie et offre non seulement la possibilité à des voisins de partager une voiture, mais aussi d’emprunter une remorque à vélo. Plusieurs de ces remorques sont déjà disponibles, notamment sur la rue Fleury. 

« Solon s’est engagé à réaliser du partage de connaissances à travers une programmation d’activités et des outils offerts aux citoyen-ne-s, et la création d’une plateforme de proximité, dont une première partie (partage d’autos, remorques à vélos et vélos) est déjà en ligne », explique Magalie Paquet, responsable des communications de l’organisme. 

Présentement, il y a trois voisinages LocoMotion dans Ahuntsic : un dans le secteur Fleury Ouest, un dans Youville et un dans le secteur de l’école Saint-Paul-de-la-Croix. Actuellement, d’après Mme Paquet, il n’y a pas d’autres projets de voisinages dans le quartier pour le moment. 

« Éventuellement, on veut pouvoir donner le choix aux propriétaires de véhicules collectifs (auto, vélo, etc.) de pouvoir les partager à leur voisinage (donc 5-10 minutes à pied) ou à tout le quartier », dit-elle. 

Deux autres partenaires de recherche contribueront au projet, soit le Centre d’étude en responsabilité sociale et écocitoyenneté (CÉRSÉ) du collège de Rosemont et la Chaire Mobilité de Polytechnique Montréal. 

D’autres mesures seront implantées

Comme la mobilité de quartier est un enjeu très important pour les élus de l’arrondissement, l’investissement total leur donnera la chance de mettre en place d’autres moyens pour favoriser les déplacements actifs et sécuritaires. En plus des voisinages LocoMotion, voici les autres mesures telles qu’annoncées par l’arrondissement : 

  • de nouveaux aménagements, sécuritaires et quatre saisons, qui favorisent l’utilisation des modes de transports actifs (ex. : pistes cyclables protégées quatre saisons, saillies et mesures d’apaisement autour des écoles);
  • l’offre d’alternatives de mobilité supplémentaires (ex. : échanges pair-à-pair de véhicules, vélos-cargos);
  • et, plus globalement, le développement d’une approche de la mobilité par quartier, misant sur la proximité.

[ninja_form id=5]

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

2 commentaires
  1. L’arrondissement Ahuntsic-Cartierville a diminué la circulation de transit, principal fléau pour les résidents, en modifiants les sens uniques sur quelques rues. C’est une bon début, mais ce n’est pas suffisant.
    Il faut vraiment qu’il fasse plus pour réduire la circulation automobile dans nos rues. Pourquoi ne pas prendre exemple sur l’arrondissement de St-Laurent, qui a littéralement fermé ses quartiers résidentiels à la circulation de transit et sur l’arrondissement du Plateau Mont Royal, où grâce à de multiples changements de sens uniques, les rues résidentielles ont enfin la paix.

  2. Tout à fait d’accord pour une diminution de la circulation de transit dans nos rues résidentielles. La limite de vitesse n’est souvent pas respectée, il y a affluence aux heures de pointes. Un danger pour les enfants et une nuisance. Réponse que j’ai eu de la mairesse d’arrondissement: appeler la police! Pas très efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Une rue résidentielle trop achalandée

La vitesse et le débit élevé de la circulation dans les rues…

Les demandes des Pollués de Montréal-Trudeau rejetées par la Cour supérieure

Le groupe Les Pollués de Montréal-Trudeau, qui milite depuis 2012 pour sensibiliser…

Les mesures d’apaisement de la circulation fonctionnent-elles?

Depuis deux ans, vous avez sûrement remarqué des changements sur les voies…

Déneigement ardu : vous pouvez aider

Depuis la tempête qui a commencé dans la nuit du vendredi 7…