Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Le Petit-duc maculé, ce chasseur nocturne

Pas facile à trouver!

Publié le 27/04/2018
par Jean Poitras

Petit-duc forme grise – photo: Jean Poitras

(Eastern Screech Owl)                  (Megascpos asio)

Le Petit-duc maculé est le plus petit des hiboux à aigrettes du Québec; il mesure environ 22 cm. À ce propos, il est d’usage en français de nommer « hiboux » les strigidés avec des aigrettes, (que l’on appelle communément des oreilles, même si elles n’en sont pas), et que l’on dise « chouettes » pour les autres qui en sont dépourvus. En anglais, le terme « Owl » couvre toutes ces espèces.

Description

Ce hibou se décline en deux coloris; la « forme rousse » où le roux domine sur le dos et la poitrine, et la « forme grise », où le dos est brun-gris et la poitrine ainsi que le ventre sont gris.

Ses yeux jaunes sont situés au fond des disques faciaux qui agissent comme des antennes paraboliques, concentrant les sons vers ses oreilles (les vraies, pas les plumes en aigrettes). Il est à noter que chez notre Petit-duc, comme chez plusieurs autres  chouettes et hiboux, les oreilles sont légèrement décentrées l’une par rapport à l’autre. La différence de perception des sons ainsi causée, permet à ces rapaces de localiser plus facilement leurs proies par une sorte de télémétrie.

Deux lignes blanches encadrent les yeux au centre et mènent au bec de couleur pâle et verdâtre qui s’orne d’une « moustache » de chaque côté. Une ligne noire délimite les disques faciaux sur les côtés extérieurs.

Les caractéristiques les plus remarquables sont les deux lignes de larges taches blanches qui ornent les ailes, le dos étant assez uniforme. La poitrine et le ventre nous montrent une combinaison de rayures et de mouchetures noires sur fond gris ou roux. Une queue courte et carrée complète le tout.

Son cri typique est une sorte de « Rrou-ou-ou-ou-ou-hou », tout sur une même note.

Alimentation

Notre Petit-duc est un chasseur, surtout nocturne. Comme mentionné plus haut, il localise d’abord sa proie au son, puis d’un vol silencieux à cause de la forme et la disposition des plumes de ses ailes, il fond sur celle-ci avant qu’elle ne se rende compte de ce qui se passe.

Son régime alimentaire est composé de petits mammifères, surtout des rongeurs, de petits oiseaux, d’insectes et autres invertébrés. Si la proie est petite, il l’ingurgite dès sa capture, sinon, il se perchera sur une branche ou autre endroit adéquat pour la déchiqueter.

Habitat et nidification

Le Petit-duc maculé préfère les forêts de feuillus, les vieux vergers ou les marais bordés d’arbres. Il sélectionne son site de nidification en fonction de l’abondance des proies à courte distance du nid. Comme il ne semble pas défendre un grand territoire, il n’est pas rare de trouver deux couples nichant à cent mètres l’un de l’autre si l’habitat s’y prête.

Il niche dans une anfractuosité d’un tronc, ancien trou de pic ou autre cavité suffisamment grande. Il ne semble pas dédaigner les nichoirs que l’on installe dans des endroits appropriés, surtout si les cavités naturelles se font rares.

Il est difficile à détecter puisque, de jour, il se tient immobile dans sa cavité ou le long d’un tronc et que son plumage est un très bon camouflage naturel. De ce fait, les recensements ne font état que d’une partie des individus présents sur un territoire.

Répartition

Le Petit-duc maculé ne migre pas. On le retrouve dans tous les états américains à l’est des Rocheuses, ainsi qu’au sud du Québec, de l’Ontario, du Manitoba et de la Saskatchewan. Il y aurait eu quelques signalements au nord-ouest du Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

Plusieurs nidifications ont été confirmées sur l’île de Montréal et ses environs. Il figure régulièrement sur les listes d’observations des parcs-nature de l’Île-de-La-Visitation et du Bois-de-Liesse, mais il est sûrement présent ailleurs dans les boisés de notre arrondissement.

Espèces similaires

Dans les Rocheuses et à l’ouest de celles-ci, on peut observer deux espèces similaires à notre Petit-duc; le Petit-duc des montagnes, de couleur brune ou gris-brun avec un bec foncé, et le Petit-duc nain, plus petit que les deux autres (17 cm au lieu de 22 cm), avec des yeux noirs, un bec gris et des aigrettes moins proéminentes.

Petit-duc forme rousse – photo: Jean Poitras