Arche des arbres de la rue Olympia (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Ahuntsic-Cartierville figure parmi les arrondissements montréalais ayant l’indice de canopée le plus élevé dans la métropole et compte pas moins de 35 000 arbres, selon l’inventaire des arbres publics de la Ville de Montréal.

Du fait de la présence de grands boisés, comme le parc-nature du bois de Saraguay qui est l’une des rares forêts anciennes à avoir été préservée à Montréal depuis la colonisation européenne, il existe plusieurs arbres centenaires voire pluri-centenaires à Ahuntsic-Cartierville.

De grands arbres vieillissants

 Par exemple, l’immense peuplier du parc Nicolas-Viel aurait près de 175 ans, estime le naturaliste Roger Latour qui a mené une enquête en 2020 pour tenter d’établir l’âge de cet arbre hors du commun.

Le peuplier deltoïde principal au parc Nicolas-viel l’hiver (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

« C’est pas mal du tout pour un peuplier deltoïde! », s’exclame le naturaliste dans un billet consacré au peuplier du parc Nicolas-Viel sur son blogue Flora Urbana 2.

Ce ne sont pas tous les arbres relevés dans l’inventaire des arbres publics de la Ville dont la date de plantation est connue, mais au moins 5000 arbres de l’arrondissement ont été plantés au siècle dernier, dont près de la moitié avant 1970.

La mairesse Emilie Thuillier a d’ailleurs fait du renouvellement de la canopée une priorité politique depuis son accession à la maire d’arrondissement en novembre 2017.

En entrevue éditoriale avec le JDV durant la récente campagne électorale, qui l’a reportée au pouvoir pour un second mandat, elle faisait remarquer que la canopée d’Ahuntsic-Cartierville est « très vieillissante » par endroits.

« On a beaucoup de beaux vieux arbres, mais quand ils vont mourir, ils vont laisser vraiment un gros vide. C’est pour ça qu’il faut en planter à l’avance pour les remplacer », soutient la mairesse.

Son administration n’a pas lésiné sur les moyens depuis 2017 : l’an dernier près d’un million de dollars a été consacré à la plantation d’arbres, dans le cadre du projet «Un arbre abattu, un arbre planté ».

Des milliers d’arbres plantés

Depuis quatre ans, ce sont ainsi près de 4000 arbres qui ont été plantés dans l’arrondissement, dont près de 1200 en 2021.

Près de 1000 nouveaux arbres ont fait leur apparition uniquement dans les parcs. Quatre parcs ont été particulièrement choyés, soit le parc Sainte-Odile, le parc Marcellin-Wilson, le parc Jean-Martucci et le parc Ahuntsic.

Une cinquantaine d’arbres ont également été plantés dans des ruelles d’Ahuntsic-Cartierville.

 Vers un registre des arbres abattus?

 Malgré l’accélération du rythme de plantation, l’arrondissement a continué de procéder à de nombreux abattages d’arbres dans les dernières années. Par exemple, une vingtaine d’arbres ont été abattus au parc Ahuntsic dans le cadre des travaux de réaménagement du stade Gary-Carter à l’automne 2021.

Des arbres sont aussi régulièrement abattus sur le domaine privé, parfois dans des circonstances controversées comme lorsqu’un boisé patrimonial a été rasé pour faire place au manoir du « roi de la porno » sur la rue Jean-Bourdon. (Voir l’enquête en trois volets du JDV à ce sujet publiée l’an dernier.)

L’an dernier, l’arrondissement a d’ailleurs resserré les règles entourant l’abattage d’arbres sur son territoire.

La Ville de Montréal ne tient pas de registre public des arbres abattus, mais Ahuntsic-Cartierville est l’un des cinq arrondissements montréalais participant à un projet de mise sur pied d’un registre des abattages.

« Chaque année dans une grande ville comme Montréal des milliers d’arbres sont abattus pour différentes raisons, incluant le dépérissement et la maladie », peut-on lire sur le site du PAQLAB, le groupe de recherche de l’UQÀM qui pilote le projet en collaboration avec la Ville de Montréal et la Chaire de recherche sur la forêt urbaine.

Le projet vise à mieux comprendre les raisons menant à l’abattage d’arbres et à «mettre en place des solutions pour améliorer la santé et la longévité des arbres de Montréal ».

 

S'abonner
me prévenir de
guest
2 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Signoret Claude
Signoret Claude
3 Mois

Bonjour, Il y a environ quatre ans, on a abattu quatre immenses et magnifiques arbres au parc Nicolas Viel. Ceux-ci longeaient les terrains de tennis et du coup créaient un effet rafraîchissant en bloquant le vent et en cachant le soleil. Ils ont été abattus pour faire place à une piste cyclable laissant un grand vide à cet endroit du parc et en détruisant le paysage. Piste cyclable dont l’emplacement est très dangereux soit dit en passant, pour les joueurs de tennis ainsi que pour les piétons qui s’y aventurent régulièrement. Quel gâchis !

Daniel
Daniel
3 Mois
Répondre à  Signoret Claude

Merci beaucoup pour cet article intéressant, la canopée étant une des caractéristiques qui font qu’il fait bon vivre dans un quartier. Il serait intéressant de savoir si les plantations ont surpassé les abattages lors des 10 dernières années. Cela est d’autant plus important qu’on sait que cela prend des dizaines d’années avant que la plantation d’un nouvel arbre arrive à remplacer la canopée d’un arbre abattu.

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Écoquartier Louvain Est: des travaux qui dérangent

L’écoquartier Louvain Est n’est pas encore en chantier, mais certains résidants du…

L’hiver fait la vie dure aux jeux pour enfants dans les parcs

L’hiver n’est pas tendre envers les parcs pour enfants et l’arrondissement se…
Eau déminéralisée à 0 mg/L d'après le test fourni par la ville - Crédit Leila Fayet

Des tests pour la concentration de plomb dans l’eau du robinet

Rue Verville dans Ahuntsic, Denis Côté se demande s’il y a encore…

Le coin communautaire – Semaine du 22 octobre 2021

Marche mondiale des femmes (édition locale) 2021 Dans le cadre des activités…