Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Les Pollués de Montréal-Trudeau entendent faire du bruit

Publié le 07/01/2019
par Jules Couturier

Le 29 novembre dernier, Les Pollués de Montréal-Trudeau (LPDMT) se sont prononcés devant le Comité permanent de la Chambre des communes qui traite des dossiers des transports, de l’infrastructure et des collectivités. Le président de ce comité de citoyens a présenté six requêtes et une suggestion aux députés fédéraux. Journaldesvoisins.com s’est entretenu avec Pierre Lachapelle, le président du groupe, pour qu’il nous explique en détail la situation et chacune de ces requêtes.

Le groupe Les Pollués de Montréal-Trudeau est composé de citoyens d’Ahuntsic-Cartierville qui se réunissent régulièrement depuis le milieu de 2012 pour organiser des interventions visant à sensibiliser les élus au grave problème du bruit des avions arrivant et partant de l’aéroport Pierre-Elliot Trudeau. L’intensité de ce bruit nuit à la qualité de vie des résidants des alentours.

Voici les différentes requêtes déposées le 29 novembre dernier, commentées par le président, Pierre Lachapelle :

  1. L’implantation d’un couvre-feu complet de 23h à 7h à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau

« Les avions circulant en pleine nuit réveillent les résidants. Des gens qui arrivent fatigués au travail, ce n’est bon ni pour l’économie ni pour la santé. Nous avons fouillé dans des documents de l’Organisation mondiale de la Santé en Europe pour découvrir, dans une étude épidémiologique, que les gens soumis régulièrement au bruit des avions volant au-dessus de leur résidence sont plus susceptibles de développer des maladies du cœur. La perturbation du sommeil a un impact négatif sur la santé dans sa globalité. »

  1. L’arrêt immédiat du projet d’agrandissement de 4,5 milliards $ annoncé par Aéroports de Montréal (ADM) le 30 avril dernier

« Ce nouveau projet d’agrandissement de 4,5 milliards servirait à construire un nouveau terminal qui, avec 25 portes de plus, permettrait encore plus de liaisons aériennes et créerait donc encore plus de trafic. »

  1. Une évaluation économique, environnementale, sanitaire et sociale complète de la situation présente à Montréal-Trudeau et de l’impact de l’agrandissement annoncé par ADM

« Ce projet doit faire l’objet d’une évaluation publique. Il faut qu’il soit examiné par les pouvoirs publics de façon transparente et que ce soit fait dans les règles de l’art. »

  1. Que cette évaluation publique soit effectuée par une équipe professionnelle et scientifique indépendante et qu’elle soit suivie d’audiences publiques sur la situation aéroportuaire de Montréal

« Ce sont simplement les bonnes pratiques retenues normalement lorsqu’on procède à des évaluations publiques. Pourtant ce n’est pas dans les habitudes de l’ADM de consulter. Il ne l’a jamais fait. »

Flo Fest 2019

Publicité

  1. Compte tenu du peu de considération qu’ADM a démontré envers le bon voisinage et le contrôle des nuisances aéroportuaires, que tout le volet environnemental touchant et découlant de ses activités lui soit retiré, pour être confié à un organisme indépendant, transparent et imputable à la population

« C’est une pratique qui existe en Europe, notamment à l’Aéroport Charles-de-Gaulle à Paris. On s’en inspire. »

  1. Que les parlementaires reprennent le contrôle et la surveillance des aéroports internationaux canadiens, rôle qui a été abdiqué par les députés lors de la dévolution des aéroports en 1992

« Ça n’a aucun bon sens que l’ADM ait ainsi le monopole. Comme il appartient au privé, il n’est soumis à aucune obligation en matière de transparence. ADM peut nous raconter ce qu’il veut, on ne sait pas comment il fonctionne. Il possède huit stations de mesure du bruit, mais tous les résultats sont tenus secrets. C’est pourtant une information importante pour la santé publique. Si le dossier sur la qualité de vie d’ADM était si solide, il s’empresserait de publier ses données, mais tel n’est pas le cas. »

Pierre Lachapelle suggérait également aux membres du comité de compléter leur étude du problème du bruit autour des aéroports canadiens en prenant connaissance de l’analyse réalisée par messieurs Michel Nadeau et Jacques Roy (IGOPP) sur la gestion des aéroports internationaux au Canada.

Les auteurs critiquent fortement les décisions qui ont été prises lors de la fermeture de Mirabel et considèrent épouvantable de laisser aller les choses de la sorte. Ils analysent également le fonctionnement du conseil d’administration d’ADM. Les gens qui y siègent se nomment entre eux et pigent dans leur carnet d’adresses. Les Pollués de Montréal-Trudeau estiment que ce conseil n’est pas du tout représentatif de la population de Montréal.

Leur président s’attend à un virage important à la suite du dépôt de ces requêtes.

« L’ADM pourrait demeurer privé, mais il faudrait que les questions de transparence et de santé publique soient traitées de façon sérieuse. Le gouvernement devrait poser des gestes avant les élections ».