Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Les candidats de la circonscription Maurice-Richard

Marie Montpetit, Parti libéral du Québec (PLQ)

Publié le 03/08/2018
par Gabriel Bernier

Marie Montpetit (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Marie Montpetit ne rougit pas devant le bilan de son premier mandat. Élue depuis quatre ans, la députée s’est taillé une place au conseil des ministres en octobre 2017, ce qui ne l’a pas empêchée, dit-elle, de garder le cap sur les préoccupations des électeurs de la circonscription de Maurice-Richard/Crémazie : l’éducation et la qualité de vie des jeunes familles.

Au cours des quatre dernières années, les 15 écoles du quartier, primaires et secondaires, ont été soit rénovées ou agrandies, rappelle la ministre de la Culture. Or, devant le nombre grandissant de familles qui s’installent dans le quartier, il deviendra nécessaire de bâtir une nouvelle école primaire, souligne-t-elle. Elle mentionne le site Louvain, entre la rue Saint-Hubert et l’avenue Christophe-Colomb, comme emplacement de cette possible nouvelle école.

« Comme on veut garder des écoles primaires à des formats humains, c’est intéressant de construire une nouvelle école, au lieu d’agrandir les écoles existantes », explique la députée.

L’état des infrastructures scolaires, notamment dans la région de Montréal, a été pointé du doigt au cours du dernier mandat du gouvernement de Philippe Couillard. Un sondage mené auprès de parents par le mouvement « Je protège mon école publique » en novembre 2016 révélait que 82 % des répondants étaient « plus ou moins », ou « pas du tout », satisfaits de l’état des écoles. Dans Crémazie/Maurice-Richard, Mme Montpetit assure que « 79,5  millions de dollars en quatre ans ont été investis dans toutes les écoles du quartier », notamment dans l’aménagement de nouveaux gymnases et dans la réparation de systèmes de chauffage.

Dossiers chauds

Rapidement après les suffrages d’avril 2014, le dossier du parachèvement de l’autoroute 19 s’est imposé dans l’agenda de Mme Montpetit. S’inquiétant du fait que le parachèvement de la 19 causerait une plus grande circulation de transit dans les rues de l’arrondissement, des groupes de citoyens n’ont pas tardé à manifester leur opposition face au projet du gouvernement, et la nouvelle élue en était bien consciente.

« [En 2014], je m’étais assuré que les ministères des Transports et de l’Environnement tiennent leur BAPE [Bureau d’audiences publiques sur l’environnement], ici, à Ahuntsic, pour être à l’écoute des préoccupations des citoyens », indique-t-elle.

En avril dernier, le gouvernement a finalement annoncé ses intentions concernant le prolongement de la 19. « Le prolongement de la 19 comprendra donc : la construction d’une nouvelle chaussée à trois voies, incluant une voie réservée aux autobus, aux véhicules électriques et au covoiturage; de quatre nouveaux échangeurs et le réaménagement d’un échangeur existant (…) .»

Quant à l’inquiétude des citoyens qui appréhendent une augmentation du nombre de véhicules faisant leur entrée sur l’île par le pont Papineau, Mme Montpetit se dit « vigilante ».

« Je leur ai toujours dit, depuis 2014, que je suivrai ce projet au fur et à mesure. Et je vais le suivre jusqu’à la dernière pelletée de terre », assure-t-elle. La députée affirme que des mesures ont été prises pour « minimiser le nombre de véhicules qui vont entrer sur le territoire », comme l’intégration de voies réservées pour le transport en commun et 700 places de stationnement incitatif à l’intersection des autoroutes 19 et 640.

Patrimoine à conserver

À celui de l’autoroute 19 s’est ajouté le dossier site du Fort-Lorette. En 2017, le ministère de la Culture a procédé à l’intention de classement du site, qui empêchait le promoteur immobilier Rizzo d’y ériger des tours d’habitation. Il était alors primordial, explique Mme Montpetit, « d’agir avec célérité » dès l’achat du terrain de la Congrégation des Sœurs de la Miséricorde.

« On savait que c’était un territoire qui pouvait être patrimonial, rappelle-t-elle. [À l’époque], j’ai tout de suite interpellé le ministre de la Culture», soutient Mme Montpetit.

En mai dernier, la Ville de Montréal a procédé à l’achat du site du Fort-Lorette au coût de 5,7 millions de dollars.

Questionnée à savoir si les gouvernements du Québec et du Canada pourraient fournir des fonds destinés à la mise en valeur du site – bien qu’ils n’aient pas participé à l’achat du terrain –, la ministre de la Culture se veut méthodique. Le financement des deux paliers de gouvernement dépendra des vestiges trouvés au cours de la deuxième phase de fouilles, indique-t-elle.

« Il faut définir un projet pour mettre en valeur ce terrain […] en fonction de ce qui sera trouvé », résume la ministre, ajoutant qu’il est « prématuré pour le moment » de statuer sur la forme finale que prendra le site du Fort-Lorette.

Le 8 août dernier, la ministre Montpetit a d’ailleurs conclu une entente de 153 millions de dollars portant sur le développement culturel avec la Ville de Montréal. De cette enveloppe, près de 41 millions de dollars seront consacrés à la préservation des sites patrimoniaux.

À la recherche de médecins

Marie Montpetit se réjouit de l’arrivée de sept médecins généralistes qui œuvreront à la clinique du 241, rue Fleury Ouest. Cette dernière deviendra un Groupe de médecine familiale (GMF) lorsqu’elle pourra assurer tous les services, une fois les sept praticiens en poste. La députée ne cache cependant pas son désir d’attirer plus de médecins de famille dans la circonscription si elle est réélue.

Quant à la tendance de la mutation de certains services du CLSC d’Ahuntsic à celui de Montréal-Nord, Mme Montpetit se rabat sur la polyvalence des GMF. « L’idée, quand un citoyen se déplace [pour recevoir des soins], c’est qu’il ait accès à un ensemble de services, et que le travailleur social soit dans le même endroit que le médecin de famille. Ça permet de meilleurs suivis », explique-t-elle.

Marie Montpetit se dit « confiante » au départ de la prochaine campagne électorale dans la circonscription nouvellement nommée Maurice-Richard. « J’ai fait des gains importants pour le quartier », conclut celle qui dit pratiquer une politique de proximité, à l’image des électeurs de la circonscription.

Cet article fut publié originalement dans le magazine papier du journaldesvoisins.com de septembre 2018.

Cliquez ici pour le pdf de l’édition spéciale

Ci-dessous, articles individuels du cahier spécial Élections 2018 sur Maurice-Richard

Connaissez-vous la circonscription Maurice-Richard?

Mot de l’éditeur – En route vers le 1er octobre

Marie Montpetit, Parti libéral du Québec

Manon Gauthier, Coalition Avenir Québec

Raphaël Rebelo, Québec Solidaire

Frédéric Lapointe, Parti Québécois

Gilles Fournelle, Parti Vert