Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Connaissez-vous la circonscription Maurice-Richard?

Publié le 03/08/2018
par Joran Collet

Le 1er octobre prochain, 49 000 électeurs sont attendus aux urnes pour désigner la personne qui représentera la circonscription Maurice-Richard à l’Assemblée nationale. Mais connaissons-nous vraiment la réalité de cette circonscription baromètre?  

En fait, la circonscription Maurice-Richard n’est pas vraiment nouvelle. Elle portait auparavant le nom de Crémazie, du nom du poète Octave Crémazie. Récemment, toutefois, le nom de la circonscription a été modifié pour rendre hommage au célèbre numéro 9 du Canadien de Montréal, Maurice Richard, qui a vécu sur le territoire jusqu’à son décès en 2000.

Le changement de nom de la circonscription représente toutefois la seule modification puisque sa géographie est restée quant à elle inchangée. Il faudra toutefois attendre le 1er octobre pour savoir si, outre le changement de nom, la circonscription subira un changement de députation, ou si l’actuelle titulaire restera en poste.

Pluralité sociale

La circonscription Maurice-Richard est le lieu de résidence de 68 195 personnes dont la moyenne d’âge est de 42,8 ans. Dans le reste du Québec, cette moyenne est de 41,7 ans. Plus de 80 % de la population est âgée de plus de 18 ans.

Il s’agit d’une circonscription très largement francophone. Avec 78,9 % de la population qui parle français à la maison, cela dépasse de loin l’anglais (6,1 %) et l’espagnol (3,7 %). Viennent ensuite l’arabe (3 %) et l’italien (2 %).

Enfin, les revenus moyens sont très en dessous de la moyenne nationale avec 68 008 $ de revenus par ménage. Cela place Maurice-Richard dans les dernières circonscriptions du Québec puisque la moyenne nationale des revenus par ménage se situe autour de 77 000 $.

Géographie

La circonscription Maurice-Richard s’étend sur deux arrondissements, soit une partie d’Ahuntsic-Cartierville, plus précisément, le district d’Ahuntsic et le district du Sault-au-Récollet et une partie de Montréal-Nord.

La circonscription Maurice-Richard prend naissance en 1972, lors de la disparition de la circonscription Ahuntsic créée en 1966 et la découpe de la circonscription Bourassa. Au cours de son existence, la circonscription a connu divers changements géographiques.

C’est principalement avec sa voisine, la circonscription de Bourassa, que Crémazie/Maurice-Richard échange des petits segments de territoire et plus précisément une partie du Saut-Au-Récollet et l’appendice de Montréal-Nord. Ces deux zones ont souvent changé de circonscription au cours des 46 dernières années.

Le territoire électoral prend sa forme actuelle dès 2001. Depuis, la géographie des lieux est demeurée inchangée. Son territoire s’étend de la rivière des prairies au Nord et du boulevard Saint-Laurent à l’ouest. Vers l’est, les frontières suivent les limites de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville à l’exception d’un petit tronçon de Montréal-Nord.

Les résidences situées entre la rue J-J. Gagnier et le boulevard Saint-Michel ainsi que toutes les maisons situées entre la rivière des prairies et le boulevard Henri-Bourassa jusqu’au boulevard Pie IX sont comprises dans la circonscription. En tout, le territoire s’étend donc sur un petit dix kilomètres carré.

Une population votante

En 2014, 46 596 électeurs ont fait le déplacement pour aller voter. Cette année, près de 49 000 personnes sont attendues aux urnes le 1er octobre.

Il est fort probable qu’une pluralité d’électeurs fera le déplacement cette année encore. En effet, le taux de participation sur le territoire de Crémazie/Maurice-Richard est, depuis 1998, de quelques pourcentages supérieurs à celui de la province.

Dans la majorité des scrutins, les électeurs de la circonscription se sont déplacés nombreux pour voter. En 2014, 75 % des électeurs inscrits ont exercé ce droit contre 71,4 % dans le reste de la province. En 2012, 76,63 % des électeurs se sont rendus aux urnes contre 74,6 % dans le reste du Québec.

Le taux de participation le plus important remonte à 1998 lors de l’élection de Bernard Landry à la tête du Québec. Il y eut 81,08 % des électeurs qui se sont alors présentés aux urnes pour élire Manon Blanchet comme députée de Crémazie.

De plus, l’élection d’un parti plus qu’un autre ne semble pas dépendre du taux de participation des électeurs de la circonscription. En effet, entre 1998 et 2014, le Parti Québécois et le Parti libéral du Québec se sont échangé le pouvoir sans que le taux de participation ait changé de façon importante entre chaque élection.

Circonscription baromètre

Depuis 1973, Maurice-Richard/Crémazie est presque toujours une circonscription baromètre, ce qui signifie qu’elle représente un bon indicateur pour connaître le gagnant de l’élection provinciale.

En effet, depuis 45 ans, la presque totalité de la députation de la circonscription faisait partie du gouvernement. La seule exception au tableau fut l’élection de Lisette Lapointe. La députée péquiste du mandat 2007-2012 est la seule à avoir été élue sans être membre du gouvernement, depuis 1973.

Ce résumé a été réalisé grâce aux données provenant de Québec125 et du site du Directeur général des élections du Québec (DGEQ).

Cet article fut publié originalement dans le magazine papier du journaldesvoisins.com de septembre 2018.

Cliquez ici pour le pdf de l’édition spéciale

Ci-dessous, articles individuels du cahier spécial Élections 2018 sur Maurice-Richard

Connaissez-vous la circonscription Maurice-Richard?

Mot de l’éditeur – En route vers le 1er octobre

Marie Montpetit, Parti libéral du Québec

Manon Gauthier, Coalition Avenir Québec

Raphaël Rebelo, Québec Solidaire

Frédéric Lapointe, Parti Québécois

Gilles Fournelle, Parti Vert