Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Les candidats de la circonscription Maurice-Richard

Frédéric Lapointe, Parti Québécois

Publié le 03/08/2018
par Joran Collet

Frédéric Lapointe (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Frédéric Lapointe, le candidat du Parti Québécois dans Maurice-Richard, entend bien contribuer à redonner du lustre aux services publics s’il est élu. Journaldesvoisins.com l’a rencontré chez lui pour en connaître davantage sur sa candidature.

Frédéric Lapointe a grandi à Rouyn-Noranda, mais demeure dans le district d’Ahuntsic depuis plus de 10 ans.

Il flirte avec la politique depuis un moment, notamment comme candidat du Parti Québécois dans Acadie, mais aussi, pendant huit ans, comme président fondateur de la Ligue d’action civique, un organisme axé sur la mise en lumière de la corruption en politique.

  1. Lapointe met aujourd’hui sur pause son travail de professeur à l’Université de Montréal pour répondre à l’appel politique. Un choix qu’il s’explique facilement.

« Les services de l’État sont menacés […]. On ne peut pas rester les bras croisés », affirme Frédéric Lapointe qui estime maintenant qu’il faut rendre aux citoyens les services publics qu’ils méritent.

Pour le candidat, la période d’austérité imposée par le Parti libéral du Québec était excessive.

« Il n’était pas nécessaire de réduire à peau de chagrin le rôle de l’État face à ses missions fondamentales », souligne-t-il.

Santé en santé

L’un de ces chevaux de bataille sera la santé. Le candidat critique notamment la concentration démesurée du pouvoir entre les mains des médecins et l’ingérence considérable et intéressée de Gaétan Barrette [NDLR : ministre sortant de la Santé et des Services sociaux] dans la prise de décision, qui ne laisse rien à l’initiative du gestionnaire et du personnel de soutien sur le terrain.

L’affaiblissement des CHSLD constitue un élément de frustration. Pour le candidat Lapointe, la qualité des soins de longue durée ne s’est pas améliorée, mais l’imputabilité publique du système de santé s’efface tranquillement au profit d’entrepreneurs privés, lesquels exploitent l’assainissement du service à leur avantage en mettant de côté la qualité du service et des soins. « On a de plus en plus recours […] aux ressources intermédiaires […] des entrepreneurs subventionnés par l’État […] C’est de la privatisation du système de santé, » soutient-il.

Il travaillera aussi au maintien à domicile des résidants âgés, notamment par l’augmentation de l’offre des services à domicile. Une réalité qui touche la circonscription Maurice-Richard dont la population est vieillissante.

Éducation sans embûche

Pour Frédéric Lapointe, le règne libéral en éducation est marqué par une confrontation avec les différents acteurs.

« Pour le moment, ils font du rattrapage », souligne M. Lapointe.

Il souhaite un système d’éducation stable sans que le gouvernement menace les commissions scolaires de réorganisation ou d’abolition. Selon lui, il faut stabiliser l’éducation avec un budget fixe et maintenir la taxe scolaire.

« Ce n’est pas très populaire de dire aux gens qu’on va maintenir les impôts à leur niveau, mais pour avoir des écoles qui ont de l’allure, il faut que l’État ait ces revenus », précise-t-il.

Selon lui, les besoins ne se situent pas tant dans une réforme de l’éducation ou dans des augmentations salariales, mais dans la nécessité de laisser les professeurs et le personnel de soutien travailler en paix et avec les ressources nécessaires.

« Quant au manque de place, il faut de nouvelles écoles », soutient le candidat, qui ne met pas de côté l’option de faire l’achat d’écoles de la commission scolaire anglophone, si l’occasion se présente.

Il envisage également la possibilité de constituer des réserves foncières de terrains pour y construire des écoles. Le ministère des Transports dispose de ce pouvoir et la CSDM devrait aussi en bénéficier, dit-il.

Patrimoine à défendre

Sur le thème du patrimoine, M. Lapointe reconnaît le travail effectué par Marie Montpetit dans le dossier du Fort-Lorette.

Le candidat souhaite que d’autres lieux de mémoire de l’histoire de la circonscription Maurice-Richard soient revalorisés, qu’ils redeviennent des lieux de fierté. Il note notamment les berges, « fleuron » de l’histoire de la circonscription.

Selon lui, le gouvernement devrait protéger le patrimoine bâti de la Ville, dont le patrimoine religieux.

« Je pense que le gouvernement pourrait être plus actif pour retrouver un usage collectif aux différents bâtiments religieux d’intérêt », souligne-t-il.

D’autres dossiers l’intéressent, dont celui de l’école Sophie-Barat, la protection du mur et la revalorisation des ruines de l’externat.

« On va avoir l’argent pour le faire parce que, contrairement aux autres partis, on ne promet pas de réduire les revenus de l’État », poursuit-il.

Concernant le site des moulins, il ne met pas de côté la possibilité de sauver ce patrimoine en endossant la responsabilité des lieux.

« Si pour préserver le lieu, il faut qu’il change de statut. Ce genre de chose se discute », souligne-t-il.

Transport

Pour Frédéric Lapointe, le prolongement de l’autoroute 19 jusqu’à Bois-des-Filion n’est pas en soi une mauvaise chose.

« L’agrandissement […] est conditionnel à l’instauration d’un service rapide par autobus avec voies réservées […] L’objectif est aussi de réduire le nombre de voitures », maintient-il.

Pour le candidat, il est clair que l’étude du dossier de la circulation à Montréal ne devrait pas se limiter à l’île, elle nécessite une analyse complète de la circulation dans la métropole.

« Il faut un grand déblocage », souligne le candidat, traitant du plan développé par le Parti Québécois pour résoudre la congestion dans la métropole.

Selon lui, les solutions au problème de congestion passent aussi par une augmentation de la fréquence et de la qualité du transport en commun, bus ou métro, ce qui contribuera au retrait des voitures du réseau routier.

Il s’oppose toutefois au REM, un projet qui « rançonnera » selon lui les différentes sociétés de transport. « La Caisse de dépôt est certaine de ne pas perdre d’argent […], car si des paramètres lui sont défavorables, il lui sera possible de rançonner davantage les sociétés de transports », soutient M. Lapointe.

En attendant le 1er octobre, Frédéric Lapointe multiplie les rencontres citoyennes afin de convaincre la population de voter en sa faveur.

Cet article a été publié originalement dans le magazine papier du journaldesvoisins.com de septembre 2018.

Cliquez ici pour le pdf de l’édition spéciale

Ci-dessous, articles individuels du cahier spécial Élections 2018 sur Maurice-Richard

Connaissez-vous la circonscription Maurice-Richard?

Mot de l’éditeur – En route vers le 1er octobre

Marie Montpetit, Parti libéral du Québec

Manon Gauthier, Coalition Avenir Québec

Raphaël Rebelo, Québec Solidaire

Frédéric Lapointe, Parti Québécois

Gilles Fournelle, Parti Vert