Marie-Claude Mackay (à droite) et Yvan Bélisle (à gauche) sur la piste cyclable de l’avenue Christophe-Colomb. (Photo: François Robert-Durand).

Les deux enseignants, Marie-Claude Mackay et Yvan Bélisle empruntent tous les jours Christophe-Colomb puis Prieur pour aller travailler. Et bien qu’il fasse froid et qu’il neige, ils font du mythique vélo d’hiver !

Yvan Bélisle pose en pleine tempête hivernale sur la piste cyclable de l’avenue Christophe-Colomb. Du moins, ce qu’il en reste… (Photo: François Robert-Durand).

Ils ne sont pas les seuls. D’après les compteurs de la ville de Montréal, du 1er janvier au 25 janvier 2022, sur la piste Christophe Colomb au coin Louvain, 619 cyclistes passaient par là.  Sur le Réseau Express Vélo (REV) Lajeunesse et Berri confondus, 2 460 vélophiles ont croisé Sauvé aux mêmes dates. À la hauteur du pavillon d’accueil du Parcours Gouin, 290 vélos ont pris la piste, avec un pic de 90 vélos pour le dimanche 9 janvier.

En revanche, en semaine, depuis la fin des vacances des Fêtes, entre 0 et 9 cyclistes par jour empruntaient le boulevard Gouin. Comme c’est apparemment une piste plus agréable que les autres, longeant la rivière des Prairies, traversant parcs et bois, pourquoi si peu de cyclistes sur Gouin ? D’après Frédéric Bataille, porte-parole de l’organisme de transport actif Ahuncycle, cette piste est déjà dangereuse en été, alors en hiver, c’est pire.

Il y a progression du nombre de cyclistes l’hiver dans Ahuntsic-Cartierville comme ailleurs à Montréal. Mais…

 

Partage de la route avec les voitures

« Les vélos doivent partager quelquefois leur espace avec les voitures ou avec les piétons. En hiver, c’est encore plus extrême. Si on tombe, le risque d’être touché par une voiture est plus grand. L’automobiliste perd plus facilement le contrôle sur la neige ou la glace », explique M. Bataille.

Selon le porte-parole d’Ahuncycle, la piste sur Gouin devrait être réaménagée avec une séparation physique empêchant toute collision entre voiture et cyclistes.

Pour Fernand Doutre, membre de l’Association Mobilité Active d’Ahuntsic-Cartierville (AMAAC) et cycliste d’hiver depuis 10 ans, chaque nouvelle piste cyclable doit immédiatement être pensée sécuritaire comme le REV. Le danger est tel qu’il déconseille de faire du vélo l’hiver sur des pistes partagées avec des autos, comme sur le boulevard Henri-Bourrassa. Selon Ahuncycle, également, cette piste est très risquée, surtout en passant sous le viaduc.

D’ailleurs, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), préconise « la séparation physique du trafic motorisé des cyclistes (pistes cyclables aménagées dans l’emprise de la route) » dans son document Rendre l’environnement bâti favorable à la pratique du vélo en toute sécurité!

S’ajoutent à ces dangers, les précipitations hivernales.

 

Dégager les pistes de la glace et la neige

Cynthia Falaise, résidante d’Ahuntsic-Cartierville, enseignante en sciences politiques au Collège Ahuntsic, et cofondatrice de l’AMAAC, constate elle aussi la cohabitation périlleuse avec les autos.

« Je transporte habituellement mon enfant sur mon vélo. Mais en hiver, c’est dangereux. Sur Saint-Hubert, comme il n’y a pas de séparation physique, les voitures empiètent sur la piste. Les intersections sont également dangereuses, comme sur Christophe-Colomb par exemple », souligne-t-elle.

Par ailleurs, l’arrondissement réagit avec une refonte de cette piste.

La piste cyclable sur la rue Christophe-Colomb. (Photo: François Robert-Durand)

 

Le vélo d’hiver, c’est possible à condition d’avoir des pistes cyclables sécuritaires, c’est-à-dire, exclusivement réservées aux vélos, avec une séparation physique entre la zone des voitures et la zone des vélos.

Selon l’INSPQ, les pistes cyclables doivent être unidirectionnelles (un seul sens de circulation par voie) et accompagnées de signalisations et de visibilité maximales. Les pistes doivent aussi être déneigées et entretenues. Cette affirmation est largement soutenue par Frédéric Bataille d’Ahuncycle et Fernand Doutre de l’AMAAC. La mairesse d’Ahuntsic-Cartierville en est bien consciente.

« Je souhaite étirer la période du vélo le plus loin dans la saison. Il faut qu’on soit capable de faire du vélo 10 mois par an. Notre objectif est d’avoir de pistes cyclables 4 saisons, les anciennes comme les nouvelles. […] Par exemple, nous allons essayer de passer la piste Gouin 4 saisons, à moins de contre-indications », dit Mme Thuillier.

Selon Dominique Paquin, directeur des travaux publics d’Ahuntsic-Cartierville, les rues Prieur, Sauriol, le REV (Lajeunesse et Berri) et l’avenue Christophe-Colomb sont déneigées. D’après les données fournies par Ahuncycle, ces pistes non partagées avec les autos totalisent une quinzaine de kilomètres.

« Nous déneigeons en tout 29 km de pistes. Nous surveillons la météo. Et dès 0,5 cm de neige sur la piste, on déclenche les opérations […]. À 2,5 cm, il faut approximativement 4 h pour déblayer les pistes. Selon les prévisions météo, ces opérations peuvent être jumelées d’épandage d’abrasif. […] au-delà de 10-15 cm, la ville-centre décrète un chargement de la neige [enlèvement des bancs de neige]. Les convois se mettent en branle. Cela prend 4 jours […] [dégager la neige] pour tout l’arrondissement avec 326 km de rues locales et artérielles, 482 km de trottoirs, incluant les pistes cyclables. […] Les pistes cyclables font aussi partie des priorités en matière de déneigement », insiste M. Paquin.

Selon M. Paquin, il aura fallu 50 000$ de fondant et d’abrasifs et 63 000 $ de main-d’œuvre l’année dernière pour déneiger les pistes cyclables 4 saisons d’Ahuntsic-Cartierville. D’après le budget 2022 de l’arrondissement, les réserves financières pour le déneigement étaient de plus de 2,3 M$ du réseau, pistes cyclables comprises. Mais pour Frédéric Bataille, les 4 saisons n’ont pas la même qualité de déneigement.

« Sur Prieur, les bancs de neige entassés sur la zone hachurée qui sépare la piste de la zone automobile, est un vrai cauchemar. La neige du banc fond, l’eau coule sur la piste pour ensuite former une fine couche de glace. Évidemment ça glisse, même avec des pneus cloutés. La neige du banc tombe aussi sur la piste en gros blocs. C’est dangereux. S’il n’y avait pas ce banc de neige, ce serait mieux », explique-t-il.

Mais ces bancs de neige sont aussi dangereux pour les automobilistes, comme le souligne l’article du jdv Automobiliste décédé sur piste cyclable Henri-Bourassa.  Ce boulevard est décidément tristement célèbre, des cyclistes y ont eu des collisions avec des camions ou autos.

 

Trop peu de pistes cyclables sécuritaires

Fernand Doutre déplore le manque de considération de certains automobilistes ou chauffeurs de camions. Selon lui et M. Bataille, ces véhicules se garent sur la piste, obligeant les cyclistes à déboiter. Là-aussi, c’est dangereux.

Le 19 janvier, Samuel Milette-Lacombe de l’AMAAC accompagnait en vélo ses enfants à la garderie sur Sauriol. Il a filmé une partie de son parcours.  [Il y a eu une] petite prise de bec (polie) à 1min30 [de la vidéo] avec un automobiliste stationné dans la piste (il aurait pu se stationner sur une rue adjacente), constate M. Milette-Lacombe.

Du coup, tous déconseillent aux enfants non accompagnés de faire du vélo d’hiver en l’état actuel du réseau. Pour Mme Falaise, c’est si dangereux qu’elle ne se déplace pas avec ses enfants en vélo l’hiver.

« [Mais] avec plus de pistes cyclables dédiées, des passages surélevés, une séparation physique entre la rue et la piste et un entretien constant des pistes, je prendrai mon vélo en hiver et avec mes enfants », assure-t-elle.

Par contre, tous s’accordent : les adolescents et étudiants sur les pistes dédiées et sécuritaires pourraient aller à l’école en bicyclette. Encore faut-il qu’il y ait des pistes qui desservent les écoles secondaires et cégeps d’Ahuntsic-Cartierville.

Cyntia Falaise propose de créer des pistes cyclables sur Saint-Hubert de Gouin à Crémazie, et sur Émile-Journault. Ces deux principaux axes permettraient de desservir en vélo plusieurs de ces points importants dans la vie d’Ahuntsic-Cartierville : garderies, écoles, cégep, stations de métro, complexe sportif, parcs, etc.

Mais en attendant que ces pistes soient créées, Ahuncycle et l’AMAAC invitent toute personne à essayer le vélo d’hiver. Et justement, d’après M. Bataille, le Défi Ahuntsic à vélo l’hiver, prévu le 5 février, serait un bon début.

Pour réaliser ce Défi, une rencontre est prévue en zoom le 2 février de 19h à 21h afin de démystifier le vélo d’hiver. Vous pourrez rencontrer des passionnés du vélo toutes saisons à cette occasion. La sortie comme telle se fera en groupe pour permettre à chacun d’apprivoiser son vélo l’hiver et le trajet se fait sur les pistes cyclables de l’arrondissement.

« [En fait] on peut essayer quand on veut, disent tour à tour Marie-Claude Mackay et Yvan Bélisle, le couple de cyclistes et d’enseignants. Un jour où l’asphalte est visible, c’est facile. Un autre jour de neige légère, le vélo est amusant, féerique même. On y prend goût, et un jour, on se retrouve à aller au travail en vélo d’hiver. »

Marie-Claude MacKay, enseignante au Collège Mont-Saint-Louis qui emprunte quotidiennement la piste cyclable de l’avenue Christophe-Colomb pour se rendre au travail. (Photo: François Robert-Durand)

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Marc Bélair
Marc Bélair
7 Mois

La piste cyclable Henri-Bourassa sous le viaduc Bois-de-Boulogne n’est jamais agréable à emprunter mais en hiver elle est beaucoup trop dangereuse.
Lorsque c’est gelé, je roule lentement sur le trottoir quitte à arrêter pour laisser passer les piétons si j’en croise.

Vous pourriez aussi aimer ces articles
Deux plaques de protection en bois suite au double cambriolage Friperie Cartier Émilie Crédit Leila Fayet

Un mois avant Noël, alors que l’hiver se pointe : deux cambriolages à la friperie Cartier Émilie

« En deux nuits, deux cambriolages. C’est la première fois que ça…

Le coin communautaire – Semaine du 20 mai 2022

De l’Ukraine, à Ahuntsic-Cartierville: un logement svp! L’équipe de dondaccueil.ca, qui coordonne l’arrivée…
Lyanna a récolté 3 médailles d'argent 60m, saut en hauteur et saut en longueur- pour Ahuntsic-Cartierville - Crédit Photo : Lyanna a récolté 3 médailles d'argent (épreuves: 60m, saut en hauteur et saut en longueur) pour notre arrondissement, Crédit Photo Vanessa Hernande

Jeux de Montréal : 3e place pour l’arrondissement et toute une organisation

Aux Jeux de Montréal, du 26 au 29 mai dernier, les jeunes…

L’incroyable saga du pasteur véreux Mwinda Lezoka

Fin mars, une saga judiciaire d’une décennie s’est conclue par la condamnation…