Le futur Centre culturel et communautaire de Cartierville (Photo: François Robert-Durand)

L’ouverture prévue en septembre 2022 des CPE au Centre communautaire et culturel de Cartierville (4C) a été repoussée au début de l’année prochaine. La nouvelle va compliquer les démarches déjà difficiles de nombreux parents à la recherche d’une place en service de garde pour leur enfant. Une fois le 4C ouvert, comment la direction de ces CPE vont-elles choisir les enfants qui auront la chance de les fréquenter, à l’heure où il y a pénurie en services de garde au Québec?  

Les travaux au sein des locaux des futurs CPE sont en cours d’élaboration, mais ne devraient pas permettre l’accueil des bambins avant la rentrée d’hiver 2023. Isabelle Dunn, directrice générale du CPE « Trois Petits Tours », serait cependant en négociation afin de trouver des locaux provisoires pour assurer la garde des enfants avant l’inauguration des nouveaux locaux.

Entre le guichet Place 0-5, les différents types de services de garde et les multiples interlocuteurs, difficile d’y voir clair pour les parents à la recherche d’une place. Une pénurie se fait par ailleurs ressentir à l’échelle de la province. Afin d’alléger le problème sur son territoire, la mairie d’arrondissement avait décidé d’accueillir deux nouveaux CPE au sein du 4C. Cependant, ces 160 nouvelles places vont-elles bénéficier aux enfants de Bordeaux-Cartierville?

Attribution des places

Tous les parents connaissent le site « La Place 0-5 », qui se présente comme le guichet unique d’accès aux services de garde du Québec. Toutefois, saviez-vous que ce site n’a rien à voir avec l’attribution d’une place au sein d’un service de garde? La Place 0-5 agit simplement comme un intermédiaire entre les parents et les services de garde afin de constituer des listes d’attente. Chaque CPE dispose en effet de sa propre politique d’admission pour sélectionner les enfants qu’il accueille.

Pour l’une des deux garderies qui va emménager au 4C, le CPE « Trois Petits Tours », deux critères principaux seront particulièrement examinés.

« Nous allons favoriser le secteur, affirme Isabelle Dunn. Il y a un besoin réel, nous le constatons. La problématique est qu’il y a beaucoup de CPE sur le territoire de Bordeaux-Cartierville, mais ils sont liés aux milieux de travail des parents; ça n’offre que peu de places pour le quartier. Nous favorisons l’accueil d’enfants à besoins particuliers aussi. Nous avons la chance d’être au rez-de-chaussée, nous pouvons par exemple accueillir des enfants à mobilité réduite. »

 L’autre CPE, « Le Jardin des rêves », déménage depuis Ville Saint-Laurent. Sa directrice générale, Nancy Pachal, ne connaît pas pour le moment le nombre d’enfants qui vont suivre le CPE dans ses nouveaux locaux. Cependant, la directrice avance des critères de sélection différents.

« Les frères et sœurs des enfants que nous gardons déjà auront la priorité, ensuite les enfants de nos employés. Après je fonctionne selon l’ordre d’inscription sur la liste d’attente de Place 0-5, explique la directrice. Normalement, ce sont des personnes de la communauté alentour qui demandent à s’inscrire dans un CPE. Cela se fait naturellement. Lorsque nous allons déménager, des parents ne vont pas nous suivre parce que nous serons trop loin pour eux. »

Trouver une place

Sophie Blackburn, 36 ans, est pharmacienne et maman de Clémence et Jules, respectivement âgés de 4 ans et 14 mois. Jusque là, ses deux enfants étaient gardés en milieu familial avant que la responsable de la garderie ne reçoive un diagnostic de cancer qui l’a contrainte à mettre un terme à son offre de services. Madame Blackburn, qui habite à quelques minutes à pied du 4C, aurait aimé pouvoir inscrire ses enfants dans un des nouveaux CPE.

« La construction des nouveaux CPE n’arrête pas d’être retardée, déplore-t-elle. Cela affecte plein de familles qui s’attendaient à pouvoir installer leurs enfants là en septembre. Normalement, ça devrait être janvier, mais est-ce que ce sera vraiment janvier, on ne sait pas. »

Sophie Blackburn et ses enfants Clémence et Jules.

Après de longues recherches, des « tuyaux » de mères du quartier, des coups de téléphone et des visites, Clémence et Jules vont pouvoir être accueillis dans une nouvelle garderie en milieu familial. Leurs parents ont été obligés de prendre des congés pour les garder et ont bénéficié de l’aide de leurs mères en attendant de trouver une solution. Pour la mère de famille, trouver une place dans un CPE est rendu « impossible ».

Isabelle Dunn, également directrice d’un autre CPE du quartier, constate la difficulté des parents à trouver une place. La nouvelle de l’installation de nouveaux centres dans Cartierville a suscité un grand intérêt chez les parents qui habitent aux alentours.

« Depuis votre article, je reçois cinq ou six appels par jour de gens qui habitent le quartier ou qui comptent s’y installer. Il y a aussi des employés de l’hôpital (NDLR : le futur centre communautaire est voisin de l’hôpital Sacré-Cœur). Moi je donne ce conseil, lorsque vous apprenez que vous êtes enceinte, avisez en premier votre conjoint, mais inscrivez-vous sur Place 0-5 avant même d’en parler au reste de votre famille », ironise Isabelle Dunn.

NDLR : Pour prendre connaissance de centaines témoignages de parents aux prises avec des problèmes de services de garde, un peu partout au Québec, le regroupement de milliers de parents « Ma place au travail » vient de publier ce document. Nous le reproduisons ici avec sa permission. 

Pour connaître le mouvement Ma place au travail, c’est ici.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

COVID-19 : pas de congé de transmission pendant les fêtes dans Ahuntsic-Cartierville

En augmentation constante depuis la fin novembre, le nombre de nouveaux cas…

2012-2022: la semaine des 10 ans du JDV… De la tranquillité ?

Aujourd’hui même, Journaldesvoisins.com fête ses 10 ans! Histoire de se remémorer les…

Le Mag de juin: un avant-goût de l’été!

Entrer de plain-pied dans la belle saison, quel bonheur! Voir approcher la…

La résidence Ignace-Bourget occupée par une secte religieuse?

Des citoyens du quartier Sault-au-Récollet ont contacté Journaldesvoisins.com, car ils s’inquiètent de…