Les lignes rouges désignent les endroits qui pourront recevoir des vignettes.

Les lignes rouges désignent les endroits qui pourront recevoir des vignettes (Photo : Google map).

Après des années d’attentes, certains n’y croyaient plus. Mais c’est maintenant chose faite : les résidants de la rue Fréchette, non loin de l’Hôpital du Sacré-Coeur, pourront désormais se procurer une vignette de stationnement. Un mélange de surprise et de soulagement après une bataille emportée de haute lutte après plus de dix ans d’attente.

C’est le 5 juin dernier, lors de la séance mensuelle du conseil d’arrondissement, que la décision a été rendue publique.

« L’arrondissement souhaite accélérer le processus d’implantation de nouvelles zones SRRR prévues sur la rue Fréchette, au nord du boulevard Gouin Ouest, afin de mitiger les difficultés de stationnement vécues par les résidents depuis les inondations », peut-on lire dans le sommaire décisionnel du conseil.

Un avis fort attendu

Plus tôt cette semaine, les résidants du secteur 260 de la rue Fréchette, au nord du boulevard Gouin, recevaient un avis les informant de l’implantation d’une zone de stationnement sur rue réservé aux résidants (SRRR).

Les récentes inondations ont permis de faire avancer rapidement le dossier qui traînait depuis de nombreuses années.

«La décision d’implanter des zones SRRR dans la rue Fréchette a été prise avant les inondations. Cependant, les inondations ont fait en sorte que l’arrondissement a procédé aux étapes menant à l’implantation des SRRR dans cette rue de façon urgente et prioritaire », explique Émilie Miskdjian, chargée des communications à l’arrondissement.

« Les avis ont été distribués aux résidants. Ce sera gratuit de façon exceptionnelle pour quelques mois. Les résidants n’auront donc pas à payer pour leur vignette », précise pour sa part Harout Chitilian, conseiller de Bordeaux-Cartierville.

Comme ailleurs dans l’arrondissement, les inondations n’ont malheureusement pas épargné les résidants de la rue Fréchette qui ont dû s’organiser pour garder la tête hors de l’eau.

« Durant les inondations, nous n’avions pas accès à nos autos à cause de murets. C’était encore plus compliqué pour les résidants », témoigne Julie Bergeron, membre d’un comité de citoyens de la rue Fréchette actif dans le dossier des vignettes.

Une longue histoire qui s’achève

C’est en 2003 que débute la long combat des résidants du secteur 260 de la rue Fréchette.

Cette année-là, la rue Notre-Dame-des-Anges, située à l’est de Fréchette, devient un sens unique. Ce changement crée des problèmes de circulation sur la rue Fréchette et causera bien des maux de tête aux résidants du secteur.

Il faut dire que la rue Fréchette est au cœur d’un secteur qui bourdonne d’activités.

Le restaurant Paulo et Suzanne situé à l’intersection du boulevard Gouin et de la rue Fréchette accueille des clients de jour comme de nuit. L’Hôpital du Sacré-Coeur est pour sa part directement situé en face du restaurant qui a pignon sur rue. Au lieu de devoir payer pour le stationnement de l’hôpital, les gens qui vont visiter leurs proches malades préfèrent très souvent garer leurs véhicules dans les rues avoisinantes, gratuitement.

En 2008 et en 2015, plusieurs résidants ont fait circuler des pétitions pour obtenir l’obtention d’une vignette de stationnement. Ces demandes sont malheureusement restées lettre morte, comme l’explique un article de journaldesvoisins.com paru en septembre 2015. Le dossier a semblée se réactiver en juin 2016, tel que mentionné dans un autre article de journaldesvoisins.com.

Les va-et-vient constants des clients revenant du restaurant ou encore les déchets laissés sur la rue sont autant d’irritants dont se plaignent plusieurs résidants de la rue Fréchette.

« En revenant du restaurant, les clients font souvent beaucoup de bruit et laissent des déchets devant nos maisons. Il y a souvent des bouteilles de bière par terre le matin et il faut à chaque fois ramasser. Nous sommes plusieurs à trouver la situation embêtante », affirme Mme Bergeron.

Après toutes ces années d’attente et d’atermoiements, l’octroi des vignettes marque la fin d’une longue épopée. Pour certains, l’attente avait déjà trop duré.

« Ce dossier-là traînait depuis tellement longtemps. C’était vraiment pénible et décourageant, déplore Philippe Vallée, du Comité de circulation de Cartierville (CCC). On est content que ce soit terminé.»

Quelques réserves

Même si la décision semble en satisfaire plusieurs, tous ne partagent pas cet enthousiasme.

Une citoyenne de la rue Fréchette soutient pour sa part que la rue appartient à tout le monde et elle ne voit pas pourquoi il faudrait l’interdire aux visiteurs. De fait, elle estime qu’il est légitime pour les gens qui se rendent régulièrement à l’hôpital de garer leur véhicule à des endroits non payants.

« Pour les gens qui vont voir leurs proches à l’hôpital, le stationnement est payant. À la longue, c’est très coûteux pour eux. Je ne vois donc pas pourquoi ils ne pourraient pas se garer sur ma rue », affirme Louise Laberge, résidante de la rue Fréchette.

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Travaux sur l’autoroute métropolitaine : une consultation est en cours

Le ministère des Transports a annoncé son intention de procéder à une…

COMMUNIQUÉ – Ensemble Montréal apaisera la circulation dans les rues d’Ahuntsic-Cartierville

Montréal, le 20 octobre 2021 – L’équipe Chantal Huot d’Ensemble Montréal pour…

Retour des BIXI, pas pour tout le monde

Le service de vélo-partage BIXI a repris du service le 13 avril…
Les trois candidates à la mairie d'Ahuntsic-Cartierville, Chantal Huot (à gauche), Émilie Thuillier (au centre) et Kassandre Chéry Théodat (à droite). (photomontage JDV)

[Vidéo] Quelle vision de la diversité?

Les candidates à la mairie d’arrondissement se sont entretenues avec le JDV.…